Politique

Municipales 2014 : zoom sur Toulouse

Par Jean-Marc Perez et Olivier Uguen, France Bleu Toulouse mardi 25 février 2014 à 17:29

Pierre Cohen, maire socialiste de Toulouse depuis 2008.
Pierre Cohen, maire socialiste de Toulouse depuis 2008. © Maxppp

A Toulouse, l'UMP Jean-Luc Moudenc, en poste de 2004 à 2008, tente de reprendre son fauteuil au socialiste Pierre Cohen, maire de Toulouse depuis 2008. De son côté, le maire sortant espère conforter à gauche la quatrième ville de France, qui a basculé il y a six ans après 37 ans à droite. Au total, dix candidats sollicitent les suffrages des Toulousains.

  1. Les candidats

Elisabeth Belaubre. Ancienne élue EELV, la troisième adjointe au maire en charge de la santé environnementale et de la restauration scolaire liste "Rassemblement citoyen de Toulouse", soutenue par le mouvement de Corinne Lepage.

Ahmed Chouki. Enfant du quartier de La Reynerie, Ahmed Chouki entend se faire le porte-voix des quartiers et lutter contre les inégalités avec la liste "Toulouse en marche" soutenue par le NPA.

Pierre Cohen. Maire de Toulouse depuis 2008, président de Toulouse Métropole depuis 2009, Pierre Cohen est candidat à sa succession. Il mène la liste "Avec nous, Toulouse avance" soutenue par le PS, le PCF, le PRG, le MDC et Parti occitan.

En 2008, Pierre Cohen avait ravi la mairie à la droite avec seulement 1.200 voix d'avance avec 50,42% des suffrages contre 49,58% pour l'UMP Jean-Luc Moudenc.

Serge Laroze. A la tête de la liste "Toulouse Bleu Marine", soutenue par le Front national, Serge Laroze espère dépasser les 10% des suffrages exprimés au premier tour et provoquer une triangulaire.

Antoine Maurice. Conseiller municipal sortant, Antoine Maurice mène la liste EELV "Toulouse Vert Demain" sur laquelle on retrouve quelques figures historiques de l'écologie toulousaine comme Gérard Onesta, Catherine Grèze ou François Simon.

Jean-Luc Moudenc. Député UMP de la 3e circonscription de Haute-Garonne depuis 2012, il fut maire de Toulouse de 2004 à 2008. Jean-Luc Moudenc mène la liste "Un nouvel élan pour Toulouse" soutenue par l'UMP, l'UDI, le Nouveau centre, le Modem et le MPF.

. En congés du Parti radical de gauche, le sénateur et conseiller général Jean-Pierre Plancade se présente comme le chef de file d'un "rassemblement humaniste et démocrate" (liste "Aimer Toulouse", divers centre gauche).

Jean-Christophe Sellin. Élu avec Pierre Cohen en 2008, il mène une liste de gauche alternative Parti de gauche / Front de gauche intitulée "Toulouse, Place au peuple".

Sandra Torremocha. Comme en 2008, cette enseignante âgée de 40 ans, porte-parole nationale de Lutte ouvrière, est également tête de liste aux municipales à Toulouse.

Christine de Veyrac. Lâchée par l'UDI de Jean-Louis Borloo, la député européenne présente une liste "indépendante des partis politiques" intitulée "Alternative responsable" (divers, centre droit).

  1. Les sujets chauds de la campagne

Les transports.  Depuis le début de la campagne, c'est le thème qui suscite le plus de débats et de propositions. Jean-Luc Moudenc et Jean-Pierre Plancade militent pour une troisième ligne de métro, pendant que le maire sortant prône un bouclage de la ville par le tramway et (comme les Verts) le développement des lignes de bus en site propre et l'extension des horaires de service. Plus orginales, les propositions inattendues de SkyTran (sorte de nacelles aériennes transportants deux à quatre personnes) du sénateur Plancade ou l'aéro tram de Christine de Veyrac. Elisabeth Bélaubre souhaite elle le maillage de tous les quartiers par des micro-bus.

La sécurité.  Le débat porte essentiellement sur l'augmentation du nombre de caméras de vidéo-surveillance sur la voie publique. Le maire sortant est très réservé sur leur utilité. Il en existe actuellement 21 dans la ville rose. Jean-Luc Moudenc propose d'en installer entre 240 et 280, Jean-Pierre Plancade porte lui ce chiffre à 450. Ces deux derniers candidats souhaitent miultiplier par deux le nombre de policiers municipaux (150).

L'ancienne prison Saint-Michel. Que faire de l'ancienne prison construite en 1862 et vidée de ses détenus depuis 10 ans ? Les idées ne manquent pas. Si le castelet de la prison a été classé et doit être réhabilité en lieu de mémoire en souvenir des résistants fusillés là par les nazis, le débat porte sur le reste des bâtiments et les 500 cellules. Pierre Cohen souhaite y voir s'installer l'école de commerce mais aussi des bureaux et des logements. Christine de Veyrac veut y créer une cité de l'artisanat, Jean-Luc Moudenc une cité de la musique accueillant un auditorium souterrain pour l'Orchestre du Capitole mais aussi des musiciens en résidence et des studios d'enregistrement. Aucun chiffrage de ces projets n'a été avancé pour le moment.