Politique

Municipales 2014 : zoom sur Vannes

France Bleu Armorique mardi 18 mars 2014 à 6:00

A Vannes, c’est une situation inédite : pour tourner la page de l’"après François Goulard", il y a sept listes en présence. Le maire sortant David Robo (UMP) s’est installé dans le fauteuil de son mentor François Goulard en 2011, lorsque celui-ci a été élu président du Conseil général du Morbihan.

  1. Les candidats (par ordre alphabétique)

Bertrand Deléon , 39 ans, professeur des écoles, emmène la liste bretonnante "Gwened 2014", soutenue par le Parti Breton.

Bertrand Iragne , 42 ans, ancien militaire du 3e régiment d'infanterie de marine, il conduit une liste Front national "Vannes Bleu Marine"

Anita Kervadec , 58 ans, professeure de lettres, elle est la seule femme parmi les têtes de listes. Militante au Parti communiste, elle conduit la liste "Partageons la gauche" soutenue par le Front de gauche.

Nicolas Le Quintrec , 50 ans, travailleur social et actuel conseiller municipal. Ex-PS, il a été deux fois adversaire de François Goulard et deux fois battu. Ancien porte parole de la gauche au conseil municipal, il conduit désormais la liste "Vannes au centre"

David Robo , 43 ans, maire sortant. Encarté à l'UMP, il a pris le fauteuil de François Goulard quand ce dernier a été élu président du Conseil général en 2011. Ancien assistant social, il conduit la liste "Vannes c'est ensemble" soutenue par l'UMP, l'UDI et le Modem.

Vincent Salette , 45 ans, gérant de société, il emmène la liste "Vannes à Tribord", divers droite.

Simon Uzenat , 29 ans, assistant parlementaire de la sénatrice socialiste du Morbihan Odette Herviaux, il a été désigné par la primaire socialiste. Il conduit la liste d'union "l'Alternance" avec EELV, le PRG, l’UdB et VPC (Vannes Projet Citoyens) de Marion Le Berre.

  1. Les points chauds

Le casino. La Ville de Vannes est classée station de tourisme et balnéaire, elle peut donc accueillir un établissement de jeux. Il y a deux ans, la Ville a lancé une procédure pour la création d’un casino. Le site est retenu, on connaît la société qui va l’exploiter, mais on attend toujours le feu vert du Ministère de l’Intérieur. Si le futur casino de Vannes voit le jour, il sera le 6e du département, après Larmor-Plage, Carnac, Quiberon, la Trinité-sur-Mer et Arzon-Port Crouesty. Le directeur de ce dernier, tout proche de Vannes, estime que cette création entraînerait de grosses difficultés pour le casino du Crouesty, voire sa disparition.

La gare . La gare SNCF de Vannes est la 3e gare de Bretagne en terme de fréquentation après celles de Rennes et de Brest. Depuis 2010, au nord de la gare, les vieux ateliers et les hangars ont été démolis, ainsi que les entrepôts désaffectés qui faisaient de ce quartier une friche urbaine. Puis, les premiers immeubles sont sortis de terre : l’îlot Kérédenn a accueilli ses premiers habitants. Il s’agit d’un programme qui porte sur plus de 5 hectares et qui devrait s’achever vers 2020.

Mais il y a de gros problèmes d’accès et de parkings à la gare de Vannes. Dernièrement, quelques voix discordantes se sont élevées du côté d'une chambre consulaire et de l’Agglo. Ces voix se demandaient s’il ne fallait pas déplacer la gare pour ne pas gaspiller le gain de temps que permettra la LGV (ligne à grande vitesse) en 2017. Vannes sera alors à 2h20 de Paris. Mais pourquoi gagner 40 minutes si on les perd dans les embouteillages ensuite au centre ville de Vannes, ou à la gare à attendre un taxi ? 

L'hermine . Vannes est une belle ville avec de beaux monuments : ses vieux quartiers, son château... Pas le château de Limur qui a été restauré, mais le château de l’Hermine, près des remparts. Un château en mauvais état qui a été construit en 1785 sur les fondations de la résidence des Ducs de Bretagne. L'édifice n'est pas classé, mais il est situé dans le secteur sauvegardé. 

C'est un patrimoine sous-utilisé que la Ville a du mal à entretenir. Certains Vannetais souhaitent que l'Hermine reste "un bâtiment public". D’autres voudraient le vendre au privé pour en faire un hôtel, comme le projet a circulé dans Vannes il y a quelques mois.

  1. L'inconnue du scrutin : le score du Front national

Lors de la présidentielle de 2012, Marine Le Pen avait obtenu 11,2% des voix. Aux municipales de 1995, la liste FN avait obtenu 9,07% des suffrages exprimés. Cette fois, le parti d'extrême droite dépassera-t-il les 10% des suffrages exprimés (nécessaires pour être présent au second tour)? 

 

Partager sur :