Infos

Municipales 2014 : zoom sur Voiron

Par Denis Souilla et Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère lundi 3 février 2014 à 6:00

Roland Revil voiron
Roland Revil voiron © Maxppp

Voiron avait basculé à gauche en 2008. Roland Revil, le maire PS, se représente et aura face à lui deux conseillers municipaux d'opposition, Roseline Canovas et Julien Polat, un candidat écologiste, Olivier Finet, et un représentant du Front National, Valère Santana.

  1. Les candidats

- Roseline Canovas : la conseillère municipale d'opposition a décidé de constituer la liste "Voiron Élan Citoyen" face à Julien Polat, candidat investi par l'UMP. Elle se présente sans étiquette.

- Olivier Finet : le candidat écologiste brigue de nouveau la mairie après une tentative en 2008. Pas encarté dans un parti, cet écologiste est soutenu par Europe Écologie-Les Verts. Il est un des vice-présidents de la Communauté d'agglomération du Pays Voironnais, chargé des déplacements, transports en commun et modes doux.

- Julien Polat : à 29 ans, il est aujourd'hui le numéro deux de l'UMP en Isère et compte prendre la relève de Michel Brizard, l'ancien maire UMP battu en 2008 avec un peu plus de 44% au second tour. En 2012, il recueille 46% aux légistaltives. Sur sa liste figurent cinq des sept conseillers municipaux d'opposition.

- Roland Revil : le maire PS sortant est âgé de 66 ans. Il est partant pour un nouveau mandat. En 2008, il a fait basculé Voiron à gauche. Il est aussi aujourd'hui premier vice-président de la communauté d'agglomération du Pays Voironnais, chargé du développement économique.

- Valère Santana : il représente le Front National qui, comme dans la plupart des communes françaises, présente une liste "Rassemblement Bleu Marine" pour mettre en avant la société civile.

- Claudio Vitari : il a 36 ans, aucun mandat politique et mène la liste divers gauche "Voiron radicalement vôtre". Membre du Parti pour la décroissance, il a été candidat aux élections européennes en 2009 sur la liste "Europe Décroissance Sud-Est" et axe ses propositions autour de la démocratie, la solidarité, l'anticapitalisme et milite pour la gratuité des services publics.

  1. Les points chauds de la campagne

Le stationnement. L'opposition municipale dénonce le manque de places de stationnement gratuit. Sur son site de campagne, le maire sortant met donc les choses au clair : les places de parking sont au nombre de 3545 à Voiron, 2263 sont gratuites dont 995 en centre-ville. Malgré cela, les inquiétudes lieés au stationnement persistent. "À chaque fois qu'on nous annonce de nouveaux logements, un complexe de 700 logements à venir, on se demande toujours : mais où est-ce qu'ils vont se garer. C'est un soucis dans les années à venir" , explique Manuel Gomez, le président de l'union des commercants de Voiron.

Les commerces et l'emploi.  "On trouve de tout à Voiron" , voilà ce que répondent les Voironnais quand nous les interrogeons sur leur ville. L'inquiétude la plus répandue, c'est bien que Voiron devienne dans les prochaines années une ville-dortoir. À vingt-cinq kilomètres de Grenoble, les actifs, en grande partie, travaillent dans la métropole. Des friches industrielles restent à réhabiliter comme les sites Rossignol et Radiall. Les commerçants de leur côté s'élèvent contre le projet de grande surface à Moirans, un hypermarché Leclerc de 8800 mètres carrés. Enfin, l'opposition municipale évoque la hausse du nombre de demandeurs d'emploi entre  mars 2008 et septembre 2013, de 793 à 1618 personnes.

Le futur hôpital. C'est un des dossiers les plus importants et c'est aussi l'arlésienne depuis 2002. En octobre dernier, les élus, les responsables de l'actuel hôpital et l'Agence régionale de santé (ARS) ont revu leur projet. Mais le comité interministériel chargé de l'examiner a demandé aux responsables de réduire de 10% la surface de l'établissement. Le projet peine à voir le jour faute de financements.

La sécurité. Le Conseil municipal a adopté en février 2013 l'installation de sept caméras dans les rues de Voiron. Leur mise en service serait prévue en mars 2014, le mois où se déroulent les deux tours de l'élection municipale. Olivier Finet est le seul candidat contre le projet. Preuve que la sécurité est un thème porteur de la campagne à Voiron, l'Union des commerçants -c'est une première dans la région- a mis en place un système de surveillance des boutiques par une société privée pour suppléer la police. Un système d'alerte par SMS en cas de vols, escroquerie ou agression est aussi en place depuis 2012.

  1. Les enjeux

Voiron est la septième ville la plus peuplée d'Isère, selon les derniers chiffres publiés par l'INSEE, avec 19.579 habitants. En 1982, elle en comptait 18.911 et 20.672 en 2006. Depuis cinq, la population est donc en léger recul. Si les Voironnais vantent leur "petit village" , leur "ville à taille humaine" , ils s'inquiètent aussi de voir l'attractivité de leur commune absorbée par Grenoble. Le pouvoir accrû des métropoles et agglomérations, évoqué par François Hollande dans le cadre d'une nouvelle loi de décentralisation, est un nouveau motif d'inquiétude.

Partager sur :