Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 : la difficile campagne pour les candidats LREM

-
Par , France Bleu Paris
Les Lilas, France

À un peu plus d'un mois des élections municipales, la campagne s'accélère en Île-de-France. Une campagne sur fond de réforme des retraites et de crise des "Gilets Jaunes". Dans ce contexte, faire campagne peut s'avérer très difficile pour La République en Marche.

Jimmy Vivante, candidat aux élections municipales aux Lilas, soutenu par la République en marche.
Jimmy Vivante, candidat aux élections municipales aux Lilas, soutenu par la République en marche. © Radio France - Bradley de Souza

Tractages, réunions et meetings, les candidats des différents partis se mobilisent dans leur ville respective. Aux Lilas (Seine-Saint-Denis), Jimmy Vivante, candidat aux élections municipales soutenu par La République en Marche ne passe pas par quatre chemins. "C'est vrai qu'en décembre c'était compliqué, on a eu des insultes, des crachats, des agressions. Des plaintes ont même été déposées. Mais depuis mi-janvier, les choses se sont relativement calmées. On entre vraiment dans la campagne".

Permanences dégradées

À un peu plus d'un mois des élections, Jimmy Vivante s'affiche avec le parti qui le soutient. "Je ne me cache pas contrairement à d'autres. À partir du moment où on a accepté d'être soutenu par La République en Marche, on n'a aucune affiche, aucun tract où le logo n'apparaît pas", explique le candidat, avant de poursuivre "en fait, je trouve ça malhonnête, ça voudrait dire que s'afficher avec La République en Marche il y a six, sept mois c'était bien vu, et maintenant on va le cacher parce que c'est plus dur ?", s'interroge le candidat.

Jimmy Vivante prévoit des meetings à la fin du mois et début mars. Il a également anticipé de possibles perturbations. "J'ai vu mes collègues d'autres départements où leurs meetings ont été perturbés. Je m'attends également à cela", réagit Jimmy Vivante. Depuis le début du mois, une dizaine de permanences de députés de la majorité ont été dégradées en France.

En Île-de-France, au moins cinq permanences de députés de La République en Marche ont été dégradées depuis début février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu