Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Castres : les temps forts du débat sur France Bleu Occitanie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie
Castres, France

Pascal Bugis (DVD) faisait face à ses trois principaux opposants pour les élections municipales, lors d'un débat organisé par France Bleu Occitanie. Jean-Jacques Gros (RN), Guillaume Arcèse (centre, proche LREM) et André Martinez (Gauche), ont débattu avec le maire sortant.

Tout est en place pour le débat sur France Bleu Occitanie
Tout est en place pour le débat sur France Bleu Occitanie © Radio France

France Bleu Occitanie organisait un grand débat à Castres, en vue des élections municipales, animé avec la Dépêche du Midi le mardi 14 janvier. Les quatre têtes d'affiche y participaient : le maire sortant Pascal Bugis (divers droite), le candidat du centre, proche de la majorité présidentielle Guillaume Arcèse, le candidat de la gauche André Martinez et celui du Rassemblement National (RN) Jean-Jacques Gros. Ils se  sont répondus sur six thèmes définis au préalable : la politique, la sécurité, l'économie, la politique sociale, l'autoroute A69, la culture et le rayonnement de Castres. Pour revivre le débat, cliquez sur le player ci-dessous !

Le débat castrais en intégralité

Thème n°1 : Le décor politique

L'une des interrogations et particularités du scrutin réside dans le positionnement de Guillaume Arcèse (centre-droit) : très proche des députés LREM mais qui ne revendique pas l'étiquette. Le candidat a été pointé du doigt par ses adversaires, "dans l’ambiguïté" pour Jean-Jacques Gros (RN), "moi je ne me cache pas", a ajouté André Martinez. Le candidat du centre s'est défendu, "vouloir réduire notre liste simplement à LREM ça me fait sourire. Et de toute façon on doit discuter avec tout le monde, on ne peut plus mettre Castres sous cloche", pique au maire sortant Pascal Bugis.

Thème n°2 : la sécurité

Après plusieurs nuits durant lesquelles des véhicules ont été brûlés, la sécurité à Castres est un point central du débat. "Il faut reconnaître le bilan du maire depuis 19 ans, on paie cette politique nationale mais aussi locale", accuse Jean-Jacques Gros. Pascal Bugis réclame lui le retour de la BAC et dénonce la politique gouvernementale :  il est directement pointé du doigt par la candidat proche de LREM, Guillaume Arcèse. "On essaie d'avancer au lieu de faire le buzz, je vais faire des annonces pour un retour de la BAC à Castres, car il faut discuter avec les parlementaires, dont un est l'ancien patron du GIGN (Jean-Michel Fauvergue)". Pacal Bugis défend lui son bilan : "tous les indicateurs sont stables, sauf les cambriolages, qui sont en hausse notamment pour alimenter le trafic de drogues".

Thème n°3 : le social et l'hôpital

Castres est la deuxième aire urbaine du département, le maire sortant est souvent accusé d'avoir cassé le tissu social. "Monsieur Bugis a fait beaucoup de communication, la gratuité des bus est un très bon point, mais il a énormément réduit le budget des associations", regrette André Martinez, le candidat de la gauche. "Je n'ai pris personne en traître, la baisse des dotations n'est pas si haute que ça", "Cinquante pourcents !", objecte Guillaume Arcèse, chiffre rejeté par le maire sortant. Selon lui, "la baisse est allée de pair avec celle des dotations votée par le gouvernement Valls". Guillaume Arcès veut "réouvrir les MJC", "nous ne les avons pas fermé ce sont des centres de loisirs", objecte Pascal Bugis.

Thème n°4 : l'économie

Comment conserver les commerces en centre-ville ? C'est la thématique centrale sur ce débat. "Il y a des projets : les idées de manager de centre-ville je les entends, c'est à discuter", tempère Pascal Bugis, maire-sortant, devant la proposition de Guillaume Arcèse. "Le fait d'arrêter les voitures dans le centre-ville de Castres c'est un peu simpliste, il y a une mesure intéressante c'est la préemption : ça permet d'orienter le type de commerce". "On l'a pratiquée la préemption, on a été critiqués, le bilan est contrasté", répond Pascal Bugis, qui compte sur le plan gouvernemental pour expérimenter de nouvelles solutions, dont la "piétonisation".

Thème n°5 : l'autoroute A69

"Nous devons réfléchir à l'échelle du Tarn-Sud : remettre des industries c'est oui", dit Guillaume Arcèse. "Le travail je le fais depuis 10 ans, à Castres on aime bien les parachutistes et pas les parachutés, j'ai sué sang et eau pour que ce projet voit le jour. Il ne faut pas me donner des leçons sur ce qu'il faut faire à propos de l'autoroute". Reste la question du coût du trajet, le prix de 15 euros est évoqué, "c'est un déséquilibre entre le nord et le sud du département", regrette André Martinez. Une déséquilibre qui "existe déjà" selon Guillaume Arcèse, pris une nouvelle fois en grippe par le maire sortant concernant son manque d'expérience d'élu de terrain.

Thème n°6 : le rayonnement de Castres

La baisse de la démographie est importante à Castres. André Martinez et Jean-Jacques Gros sont tombés d'accord sur les causes du phénomène : des impôts trop importants par rapport aux communes périphériques. "Quand on fait rayonner la ville on donne envie", propose Guillaume Arcèse, qui pousserait la création d'un musée Goya, un projet que soutient André Martinez. Un musée qui n'est pas vraiment dans les plans du maire sortant, car les collections "sont exigeantes du point de vue de l'art pictural" même s'il concède qu'il faut "les mettre en valeur"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess