Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les municipales dans le Loiret, un an avant

Municipales 2020 : à Fleury-les-Aubrais, le temps des incertitudes

-
Par , France Bleu Orléans

A Fleury-les-Aubrais, la maire UDI Marie-Agnès Linguet annonce qu'elle sera candidate à un second mandat. Mais elle devra composer avec une équipe divisée, de quoi susciter de l'ambition parmi ses opposants.

Situation politique compliquée, sur fond de divisions, à Fleury-les-Aubrais
Situation politique compliquée, sur fond de divisions, à Fleury-les-Aubrais © Radio France - François Guéroult

C'est la seule certitude à Fleury-les-Aubrais : la maire centriste Marie-Agnès Linguet sera candidate pour un second mandat en 2020. "Comme je me sens en bonne santé et que je pense qu'on a fait quand même un travail cohérent, la réponse est oui. Tout simplement."

Que feront les 7 frondeurs du groupe majoritaire ?

Tout simplement ? Peut-être pas. L'équipe actuellement en place est minée par les tensions internes. Parmi les 27 élus du groupe majoritaire, on compte pas moins de 7 "frondeurs", surnommés parfois en interne "les 7 mercenaires"... En février 2018, Sophie Loiseau en a perdu son poste d'adjoint à l'Economie. Réforme finalement avortée du régime indemnitaire des agents municipaux et aire événementielle au stade de la Vallée notamment ont creusé peu à peu un fossé : "Beaucoup de choses sont restées sous le couvercle mais éclateront lors des prochaines municipales", affirme l'un des frondeurs sous couvert d'anonymat. Sophie Loiseau a d'ailleurs entamé des consultations auprès de Fleurissois : "Je suis engagée dans une réflexion personnelle et une phase d'écoute, avant de prendre une quelconque décision concernant l'échéance de 2020", affirme-t-elle sobrement. 

Même discrétion chez Fabienne Leproux-Vauzelle, toujours adjointe à l'Education, mais qui a pris ses distances avec Marie-Agnès Linguet. Une candidature de Fabienne Leproux-Vauzelle, qui est adhérente à la République en Marche, serait poussée localement par les militants macronistes, mais l'élue n'a pas souhaité répondre à France Bleu Orléans pour confirmer ou infirmer cette rumeur. L'éventualité de liste(s) dissidente(s) issue de sa propre équipe n'émeut pas outre mesure Marie-Agnès Linguet : "Nous verrons bien. J'ai toujours mené une équipe qui était faite pour les Fleurissois ; maintenant, les gens qui ont des volontés autres... Chacun se débrouillera avec ses valeurs et avec sa moralité."

Combien de listes à gauche ?

Ces divisions pourraient en tout cas profiter à la gauche, qui a perdu la mairie en 1995. Sauf que, lors des derniers scrutins, elle a toujours eu du mal localement à se rassembler. Officiellement, les discussions n'ont pas commencé. "On travaille plutôt bien avec les élus communistes, explique la socialiste Carole Canette, chef de file de l'opposition au conseil municipal. Moi, je suis favorable à un rassemblement de la gauche et je ne serai pas un obstacle à ce rassemblement." Une façon de reconnaître que le PS, après ses 6% à l'élection présidentielle de 2017, sera contraint de revoir ses exigences à la baisse dans les éventuelles futures tractations : "Il faut tenir compte du message qui nous a été adressé par les électeurs, il s'agit d'être dans une position d'humilité et d'écoute. Le Parti socialiste n'a pas moins d'ambitions, mais elles peuvent s'exprimer autrement : dans la recherche du rassemblement et, peut-être plus qu'avant, dans la volonté de construire avec les autres."

Ce rassemblement sera d'autant moins facile que de son côté, Stéphane Kuzbyt, déjà candidat en 2014 (sa liste avait obtenu 12,4% des voix au premier tour, avant de se retirer au second tour) entend bien poursuivre son créneau de "gauche écologiste et citoyenne". Depuis juillet 2014, il anime l'association Ensemble pour un nouveau Fleury, qui sort régulièrement des publications. "Il y aurait une logique à ce qu'on constitue à nouveau une liste en 2020, ce serait dans l'ordre des choses, acquiesce-t-il. Dès 2014, nous parlions de mieux associer les habitants aux décisions qui les concernent, d'améliorer au quotidien la qualité du cadre de vie des Fleurissois, mais également de revoir le mode de fonctionnement des vieux schémas politiques de notre pays, et particulièrement à Fleury. Cela reste effectivement plus que jamais d'actualité."

Bref, à un an des municipales, la situation n'a sans doute jamais été aussi incertaine à Fleury-les-Aubrais.

A ECOUTER : le décryptage de France Bleu Orléans était consacré ce matin à la division de l'équipe municipale à Fleury-les-Aubrais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu