Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 à Metz : qui sera candidat ?

mardi 26 juin 2018 à 18:28 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

C'est dans deux ans mais pour certains, c'est déjà demain. Alors que le sortant Dominique Gros ne se représente pas, les élections municipales à Metz commencent déjà à susciter les passions. Dans les potentiels candidats, certains se sont déjà fait connaître. Revue des troupes non exhaustive.

Maire de Metz depuis 2008, Dominique Gros a fait savoir qu'il ne se représenterait pas en 2020.
Maire de Metz depuis 2008, Dominique Gros a fait savoir qu'il ne se représenterait pas en 2020. © Maxppp - Alexandre Marchi

Metz, France

Ceux qui se sont déclarés

  • Isabelle Kaucic : l'actuelle première adjointe au maire l'a dit : "je suis prête à être maire". Membre de l'actuelle majorité, elle est restée socialiste après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République en 2017. Reste à être investie par le parti, elle ne sera peut-être pas la seule à le souhaiter.
  • Richard Lioger : lui a fait le choix de rejoindre La République En Marche. Membre de la majorité municipale jusqu'à son élection au poste de député, il confesse que "la mairie de Metz l'intéresse". Mais comme Isabelle Kaucic, il devra aussi être investi par le parti présidentiel, qui a décidé de centraliser à Paris les décisions pour toutes les communes supérieures à 30.000 habitants.
  • Françoise Grolet : la tête de liste frontiste en 2014 trouverait logique d'emmener à nouveau la candidature de sa formation politique en 2020, même si officiellement rien n'a encore été acté.

Ceux qui y pensent très fort

  • Nathalie Colin-Oesterlé : la candidate malheureuse à l'investiture LR aux législatives de l'an dernier, reconnaît être intéressée par la mairie. "J'y travaille", dit-elle. Son site officiel est plus clair encore, on y lit en gros "Metz 2020, c'est demain". Elle publie régulièrement un journal qui ressemble fort à un journal de campagne.
  • Jérémy Aldrin : le chef de file du groupe Rassemblement pour Metz n'est pas non plus officiellement candidat. Mais il a publié en fin d'année dernière un livre, "Une certaine idée de Metz", il multiplie les tweets éloquents et les publications qui laissent peu de place au doute quant à ses ambitions.

Celui qui ne ferme pas la porte

  • François Grosdidier : comme à chaque scrutin municipal ou presque, le nom du sénateur LR de Moselle revient dans les discussions. Contacté, l'intéressé explique se consacrer pleinement à son mandat de parlementaire. Même si, ce sont ses mots, il ne ferme aucune porte. "2020 c'est encore loin", explique l'ancien maire de Woippy.

Ceux qui n'ont pas -encore- de candidat

  • La France Insoumise remet le choix de la tête de liste à plus tard. Le parti préfère travailler sur un programme et lance une vaste consultation dès le 5 juillet, en ce sens.