Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales 2020 : à quoi ça sert un maire ?

-
Par , France Bleu Berry

Les élections municipales 2020 auront lieu les 15 et 22 mars. France Bleu Berry décrypte pour vous les enjeux de ce scrutin à travers quatre dossiers. Cette semaine, nous allons détailler les prérogatives du maire.

Les maires sont élus pour 6 ans. Les prochaines élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars
Les maires sont élus pour 6 ans. Les prochaines élections municipales auront lieu les 15 et 22 mars © Maxppp - Pierrick DELOBELLE

A quelques jours d'aller déposer son bulletin dans l'urne pour désigner celui ou celle qui présidera le conseil municipal de notre commune, on peut légitimement se poser la question, un peu provocante : mais au fait, à quoi ça sert un maire ? 

Le représentant de l'Etat de proximité

Le maire est le premier interlocuteur dans la commune. Placé sous l'autorité du préfet, il est en charge de publier les lois et les arrêtés municipaux dans sa commune. Il doit aussi organiser le recensement et les élections notamment. 

Le maire est officier de police judiciaire. Il peut diligenter une enquête sur instruction du parquet et arbitrer les relations de bons voisinages. C'est lui qui fait appliquer la loi dans sa commune. 

Il est également officier d'état civil :  il enregistre les naissances, les Pacs et les décès, et célèbre les mariages. 

Côté administratif, l'édile passe les marchés publics - pour les travaux par exemple- il prépare le budget et représente sa commune devant la justice. 

Davantage de charges, moins de moyens

Michel Blondeau a été élu pendant 31 ans à Déols. Il renonce cette fois à prendre la tête de la liste. En trois décennies, il a vu les prérogatives du maire considérablement changer : "La création de la communauté de communes a été un bouleversement. La population a vu que l'interlocuteur, le service, allait s'éloigner de leur domicile. Et comme les communautés de communes ont grossi, c'est encore pire maintenant. Il y a ce sentiment de perte d'identité et de compétences". 

Ainsi, Michel Blondeau développe un exemple : "Lorsqu’il y a une fuite d'eau ou un problème sur un compteur, avant, nous faisions appel à l'employé municipal qui réglait cela dans la journée. Maintenant, il faut passer par la communauté de communes, le syndicat, qui traite la demande depuis un bureau, puis envoie quelqu'un. Mais c'est tout de suite 10, 20, 30 km. Cela prend plus de temps."

Michel Blondeau, maire de Déols - Radio France
Michel Blondeau, maire de Déols © Radio France - Gaëlle Fontenit

Un empilement des strates qui perd un peu les citoyens : "J'avoue que je ne sais pas très bien quel est le rôle du maire et celui du président de la communauté de communes dont on dépend, témoigne une retraitée. Le maire gère les déchets non ?

Eh non ! La collecte des déchets, tout comme la gestion de l'eau, est une compétence de la communauté de communes. 

Un passant hausse les épaules : "Je n'y comprends rien ! Ils ont moins de compétences, mais on leur en demande plus... Et ils sont souvent seuls ! Les gens s'investissent moins ! C'est un vrai sacerdoce..."

Michel Blondeau témoigne : "C'est vrai que nous avons moins de compétences à l’échelon de la mairie. Mais à côté de cela, on nous a demandé par exemple d'organiser les TAP (les temps d'activité périscolaires, ndlr), sans nous donner de moyens supplémentaires...

Face à ce constat, on comprend mieux le manque de volontaires dans certaines communes pour prendre la tête d'une liste. Selon une étude du CEVIPOF publiée en novembre 2019, 28% des maires ne souhaitaient pas se représenter en mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu