Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : Archipel citoyen estime avoir réussi l'union "historique" de la gauche à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

"Le plus large rassemblement", "un moment historique" , les nouveaux alliés sous la bannière du collectif Archipel citoyen ont insisté sur l'unité. En vue du 28 juin prochain, la liste rassemble toutes les sensibilités de la gauche toulousaine. Moment rare mais obtenu non sans mal. Voici la liste.

Autour d'Antoine Maurice toutes les tendances de la gauche toulousaine.
Autour d'Antoine Maurice toutes les tendances de la gauche toulousaine. © Radio France - Stéphanie Mora

Certains ont beau avoir le teint hâlé par les semaines de confinement ou au contraire les week-ends retrouvés, les traits étaient quand même tirés ce mardi pour annoncer "la joie", "la fierté", "l'autre choix" "projet cohérent" que porte la liste fusionnée d'Archipel citoyen avec celles de Nadia Pellefigue "Une nouvelle énergie pour Toulouse" et de Pierre Cohen "Pour la cohésion". Si la jonction entre l'équipe Cohen et Archipel avait été actée dès le premier tour, les choses ont mis plus de temps avec la vice-présidente de la région. 

Petit flottement chez les anciens colistiers de UNE

Le retrait "à titre personnel" de Nadia Pellefigue lundi matin tout en laissant ses colisitiers fusionner s'ils le souhaitaient n'a pas forcément simplifié les choses.  Une partie de la liste a jeté l'éponge, il a fallu rebattre les cartes sans compter qu' Archipel a réduit la voilure dans son offre ne proposant plus que 12 places dans les 53 premières, synonymes de sièges en cas de victoire, et seulement 14 places au lieu de 17 au total. Dans ce premier bloc de 53 noms, tous les partis sont représentés mais ils savent aussi que les 17 premières places sont encore plus importantes car c'est le quota moyen pour siéger dans l'opposition en cas de défaite. Et dans cette tranche de 17, les radicaux de gauche par exemple ne figurent pas, relégués au-delà de la 37e place. L'amertume était bien réelle lors de la présentation de la liste. 

Autre moment de flottement quand on a demandé combien de membres du collectif Une Nouvelle Energie non encartés avait rejoint Archipel. "Il y en a !" s'est exclamé Claude Raynal s'abstenant de dire combien et assurant que non les partis n'étaient les seuls à avoir rallié Antoine Maurice. Selon nos comptes il y en a, deux sur 14

La liste d'Archipel pour le second tour. 

Voici donc la liste proposée au vote des Toulousains le 28 juin prochain. Entre parenthèses nous vous indiquons les noms venus des listes de Nadia Pellefigue (parti + UNE) et de Pierre Cohen (Cohen). Au final 14 noms de la liste de Nadia Pellefigue ont rejoint Archipel tous issus de partis sauf deux. Du côté de Pierre Cohen 9 colisitiers et l'ancien maire qui clot la liste à 71e place. 

1. Antoine Maurice 2. Caroline Honvault 3. Vincent Gibert ( PS ex UNE) 4. Hélène Magdo 5. François Piquemal 6. Isabelle Hardy (Cohen) 7. Maxime Le Texier 8. Odile Maurin 9. Romain Cujives 10.Agathe Roby 11.Aymeric Deheurles 12.Hélène Cabanes 13.Jamal El Arch 14.Julienne Mukabucyana 15.Pierre Lacaze (PCF ex UNE) 16.Michèle Bleuse 17.Francois Briancon (PS ex UNE) 18.Claire Dujardin 19.Thierry Cotelle (Cohen) 20.Céline Cardin 21.Michel Kaluszynski 22.Sehmia Duval (PS ex UNE) 23.Dominique Maréchau 24.Agathe Voiron 25.Jonas George 26.Martine Lucas (PC ex UNE) 27.Olivier Gazzera 28.Circé Collongeon 29.Daniel Molina 30.Florence Ginisty (Cohen) 31.Stéphane Gauthier 32.Martine Martinel (PS ex UNE) 33.Laurent-Luc Burtin 34.Kristel Moinet 35.Sébastien Vautelin 36.Lisa Fernandes 37.Pierre Nicolas Bapt (PRG ex UNE) 38.Corinne Martin 39.Romain Jammes 40.Meryl Skrozinski (UNE) 41. Ahmed Dahrour (Cohen) 42.Véronique Chauveau 43. Claude Raynal (PS ex UNE) 44.Victoria Scampa 45.Patrick Maury 46.Cécile Ramos (PRG ex UNE) 47.Stéphane Robert 48.Leila Amini 49.Pierre Juston 50.Fatiah Adjelout (PS ex UNE) 51.Christian Belinguier (Cohen) 52. Hanane Marzouki- Aboularab 53.Jean-Marc Bares (PCF ex UNE) 54. Laure Durand- Lagarrigue (Cohen) 55. Nicolas Escale 56.Cécile Stratonovitch 57.Romain Artigue 58.Marie-Pierre Cassagne 59.Michel Torrea 60.Catherine Jeandel 61.Pascal Castello 62.Brigitte Pilard (Cohen) 63.Sylvain Guignard 64.Corine Lajaunie (UNE) 65.Emmanuel Eddi 66.Violaine Lombard 67.Vincent Rocheteau (Cohen) 68. Françoise Bocktaels- Kiesgen 69.Ousseynou Diaw (PS) 70.Nathalie Fromont 71.Pierre Cohen

"Le risque c'est Jean-Luc Moudenc"

Interrogé sur leur programme, Antoine Maurice et ses nouveaux colistiers ont insisté sur leurs points communs : les solutions pour le transport, la pollution, l'autonomie alimentaire, le renouvellement démocratique, l'écologie, la justice sociale entre quartiers... "Sur le commerce, les bouchons, la pollution, le risque ce n'est pas Archipel, le risque c'est Jean-Luc Moudenc! Nous avons des solutions, l'essentiel nous rassemble" martèle la tête de liste. Répondant ainsi aux attaques du maire sortant qui parle d'un risque de chaos si ses adversaires arrivent au Capitole.

Caroline Honvault, numéro deux rajoute : "Et que ce soit pour lutter contre la crise comme pour les projets, tout sera fait avec les Toulousains. Donc nous adapterons notre programme à la crise au fur et à mesure"

La majorité de la liste est claire : il vaut mieux un TGV qui arrive à Toulouse qu'une LGV qui n'arrivera jamais. Antoine Maurice.

En revanche concernant les dossiers comme la LGV ou la troisième ligne de métro sur lesquels les colisitiers de Nadia Pellefigue et Archipel étaient opposés durant la première partie de la campagne, Antoine Maurice botte en touche : "nous en débattrons le moment venu au niveau municipal et communautaire sur le financement. Il faudra poser la question de continuer ou pas d'entretenir ce mirage. Mais la majorité de la liste est claire : il vaut mieux un TGV qui arrive à Toulouse qu'une LGV qui n'arrivera jamais. Chacun aura la liberté de porter une position différente " 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu