Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales au Mans : Stéphane Le Foll reste prudent malgré son avance confortable au premier tour

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Avec 42 % des suffrages contre 13.25% pour son adversaire au premier tour du scrutin, Stéphane Le Foll part largement favori face à Marietta Karamanli dans ce duel fratricide qui opposera dimanche deux candidats socialistes. Mais le maire sortant fait profil bas.

Stéphane Le Foll, le maire du Mans, candidat à sa réélection, a reçu le soutien de l'écologiste Isabelle Sévère entre les deux tours du scrutin
Stéphane Le Foll, le maire du Mans, candidat à sa réélection, a reçu le soutien de l'écologiste Isabelle Sévère entre les deux tours du scrutin © Radio France - Ruddy Guilmin

"Une élection n'est jamais jouée d'avance". Malgré son avance confortable du premier tour, Stéphane Le Foll joue profil bas. Le maire socialiste du Mans, candidat à sa réélection, a pourtant récolté 42 % des voix le 15 mars dernier alors que son adversaire, la députée sarthoise Marietta Karamanli, a plafonné à 13.25%. "En 2002, lors de l'élection présidentielle, j'ai rencontré beaucoup de monde qui pensait que, de toute façon, Lionel Jospin serait au deuxième tour. Je ne vous rappelle pas comment s'est terminée l'histoire avec finalement la qualification de Jean Marie Le Pen. Tout ça pour dire que, malgré l'écart significatif du premier tour, une élection reste une élection."

Près des deux tiers des Manceaux se sont abstenus au premier tour  

Si Stéphane Le Foll reste prudent, c'est aussi parce que 2/3 des Mancelles et des Manceaux ne se sont pas rendus aux urnes le 15 mars dernier. Il y avait bien sûr la crainte du coronavirus mais les prémices de l'épidémie en France sont-ils la seule explication au fort taux d'abstention du premier tour (63.56%) ? "Si ce faible taux de participation ne concernait que Le Mans, on pourrait considérer qu'il y a un problème local mais on a eu un phénomène d'abstention partout en France qui est lié à un contexte [celui du coronavirus]", note Stéphane Le Foll qui n'élude pas la question d'un éventuel problème démocratique ou de représentativité des élus. 

Au premier tour, près de deux tiers des Manceaux ne sont pas allés voter. Un fort taux d'abstention lié surtout au coronavirus selon Stéphane Le Foll

Un duel socialiste 

Surtout qu'au Mans, le deuxième tour du scrutin va opposer deux candidats socialistes. "La droite républicaine qui a toujours été au deuxième tour n'est pas au deuxième tour. La liste du Rassemblement National qui avait fait près de 14% au premier tour en 2014 [15.25 % en fait] est passée sous la barre des 5% [6.05% en fait]" , reconnait le candidat socialiste. "La seule liste qui a fait plus de 10 % et qui a pu se maintenir, c'est celle de mon adversaire du deuxième tour." Celle de Marietta Karamanli, elle-même députée socialiste et conseillère municipale à la mairie du Mans dans l'équipe de Stéphane Le Foll. 

Un duel fratricide qui a de quoi dérouter les électeurs. "C'est une situation politique qui est extrêmement troublante pour une partie de l'électorat", admet l'élu. Notamment, pour les électeurs de droite et de La République en Marche qui ne seront pas représentés à la mairie du Mans lors des six prochaines années et qui n'ont pas donné de consignes de vote. "Et démocratiquement, je ne peux que regretter qu'il n'y ait pas une opposition comme il y a toujours eue et comme il est nécessaire d'en avoir une", ajoute-t-il.

Stéphane Le Foll regrette que "démocratiquement", il n' y ait pas vraiment d'opposition au second tour de l'élection

Démocratiquement, je ne peux que regretter qu'il n'y ait pas une opposition comme il y a toujours eue - Stéphane Le Foll, le maire du Mans, candidat à sa réélection 

Pas de débat d'entre deux tours 

Pourquoi a-t-il alors refusé de débattre avec son adversaire Marietta Karamanli entre les deux tours ? "Parce qu'on était dans le même groupe, il y a encore six mois. Qu'on était dans le même parti pendant 20 ou 30 ans", répond Stéphane Le Foll. Un refus de croiser le fer que la députée sarthoise dénonce. Marietta Karamanli parle du manque de transparence de son adversaire et de la gestion autoritaire de l'actuel maire du Mans. "Soi disant, je ne serais pas capable d'écouter les autres et de dialoguer" ironise Stéphane Le Foll. "Pourquoi, si mon adversaire est toujours dans l'écoute et dans le dialogue, elle n'a pas été, elle, désignée pour succéder à Jean-Claude Boulard ? Pourquoi, si je suis autoritaire et si je décide tout seul, j'ai été capable de rassembler les Verts pour le deuxième tour et elle, pas ? "

La candidate écologiste Isabelle Sevère, créditée de 9.98% de suffrages au premier tour, a raté de peu la qualification pour le 2e tour. Elle a choisi de s'allier avec Stéphane Le Foll plutôt qu'avec Marietta Karamanli. "Pourquoi, quand moi je suis président de la Métropole, j'associe et je travaille avec les maires alors que j'apprends que, si elle avait fait un accord avec les Verts, elle aurait proposé la Métropole aux Verts. Comme si c'était elle qui décidait qui était président ! Non, ce sont les maires de la Métropole qui votent." Et Stéphane Le Foll compte bien s'il est élu maire du Mans, se porter candidat à la présidence de l'agglomération. 

Stéphane Le Foll réfute l'accusation de Marietta Karamanli qui dénonce un manque de dialogue et une gestion autoritaire de la part du maire du Mans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu