Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales dans la Vienne : deux maires sur trois prêts à y retourner

-
Par , France Bleu Poitou

Dans une enquête avec l'hebdo gratuit le 7 et l'Association des Maires de la Vienne, on apprend que 66% des maires annoncent se représenter en mars. L'envie de mener à bien des projets est mis en avant. Ceux qui ne repartent pas le font souvent pour des raisons personnelles ou par lassitude.

écharpe de maire
écharpe de maire - Arnault Varanne - Le 7

Quand on pense qu'il y a un an et demi, un maire sur deux disait ne pas vouloir se représenter aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020, le renversement de tendance est surprenant. Dans la forme, 102 maires de la Vienne (sur les 266 que compte le département) ont répondu au questionnaire mis en place par France Bleu Poitou, le 7 et l'Association des Maires de France. La question principale était de savoir s'ils désiraient se représenter ou pas. Dans les deux cas, pourquoi ? 

L'envie de repartir ? Les deux raisons principales sont dans l'ordre, l'envie de mener ou d'achever de nouveaux projets, mais aussi le sentiment d'utilité et le contact avec la population et pour un quart, le besoin de peser à l'échelle intercommunale. Au rayon des satisfactions, le sentiment d'utilité et les relations concrètes et pour un tiers les encouragements des administrés. 

C'est surtout pour des raisons personnelles

Joëlle Peltier, maire de Ligugé depuis 2014 : "J'ai mûrement réfléchi et j'ai pris ma décision de ne pas y retourner à l'automne dernier. C'était le bon moment. C'est surtout pour des raisons personnelles, professionnelles, je veux avoir plus de temps à consacrer à ma famille. J'ai été très heureuse d'apprendre plein de choses et de mener à bien des projets dans ma commune. C'est très gratifiant de faire un travail d'équipe avec d'autres élus, mais aussi des citoyens, des membres du milieu associatif". 

Gérard Sol, maire de Mignaloux-Beauvoir depuis 2001 : "J'ai beaucoup donné. Je vais bientôt avoir 74 ans et j'ai décidé de dire stop et de passer la main. Parmi les sujets pesants j'avoue que les dossiers d'implantation d'une prison (qui sera finalement construite à Vivonne) et la fameuse déviation de la RN 147 Poitiers-Limoges, ont été difficiles à gérer avec une partie de la population. Après j'ai eu de grandes satisfactions dans mes différents mandats de maire, et puis à un moment il faut savoir passer la main". 

Le manque de moyens

L'envie de ne pas repartir ? Dans ce qui a le plus pesé dans la fonction,  notre enquête révèle le manque de moyens qui arrive en tête, la réglementation, les transferts de compétence à l'intercommunalité, suit ensuite le poids des responsabilités, la gestion des incivilités est, en revanche, peu citée.

Un dossier à retrouver à la une du 7 - Aucun(e)
Un dossier à retrouver à la une du 7 - ND
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu