Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Saint-Amand-Montrond : reportage en immersion dans la commune

-
Par , France Bleu Berry

Les élections municipales 2020 auront lieu les 15 et 22 mars. France Bleu Berry a choisi de donner la parole aux habitants de huit communes berrichonnes : Bourges, Châteauroux, Issoudun, Argenton-sur-Creuse, La Châtre, Vierzon, Le Blanc et St-Amand-Montrond. Reportage dans la capitale du Boischaut.

Qui succédera à Thierry Vinçon, à la mairie de St-Amand-Montrond ?
Qui succédera à Thierry Vinçon, à la mairie de St-Amand-Montrond ? © Radio France - Michel Benoit

Il pleut sur St-Amand, ce matin là Il n'y a pas grand monde pour le marché sous la halle en ce mercredi. Le gros marché, c'est le samedi matin. Là, on vient de loin et même de l'Allier : " De Vallon en Sully, Saint-Bonnet-Tronçais et Ainay le Château. Les gens aiment se retrouver ici le samedi matin parce qu'il y a de la qualité à acheter " se félicite ce marchand. 

La halle aux marchés  de St-Amand-Montrond (Cher) - Radio France
La halle aux marchés de St-Amand-Montrond (Cher) © Radio France - Michel Benoit

Selon l'Insee, St-Amand-Montrond ne compte plus que 9.437 habitants et n'est plus la troisième du département du Cher, au profit de St-Doulchard. Des chiffres que remet en cause le maire sortant. Un millier d'habitants de moins en 5 ans. A St-Amand, on se souvient avec nostalgie d'un passé glorieux, quand les trains s'arrêtaient encore en provenance de Paris : " C'était le petit Paris se souvient Olivier Bégassat, président de la principale association de commerçants, Sam City. On avait la rue piétonne et la rue Henri Barbusse qui étaient bien remplies de commerces. Aujourd'hui, il y a beaucoup de commerces vacants, mais ça va changer ! St-Amand, on est en plein centre de France, à proximité de Clermont-Ferrand et Châteauroux qui ont chacune un bel aéroport. On est situé juste à côté de l'autoroute A71. On a des atouts. Faut attirer les entreprises ! "  

St-Amand-Montrond perd des habitants depuis plusieurs années - Radio France
St-Amand-Montrond perd des habitants depuis plusieurs années © Radio France - Michel Benoit

Des atouts qui ne suffisent pas à convaincre se désespère Marc : " Il y a beaucoup d'entreprises ou de magasins qui ferment. Les jeunes s'en vont parce qu'il n 'y a plus assez de travail. C'est comme partout, je pense, à part dans les grandes villes. Les grands élus ne voient que par les grandes villes. On s'en sortira pas ici. On marche sur la tête. Regardez, on a failli perdre l'hôpital." 

Une rue piétonne dans le centre de St-Amand-Montrond (Cher) - Radio France
Une rue piétonne dans le centre de St-Amand-Montrond (Cher) © Radio France - Michel Benoit

La population et les élus avaient su se mobiliser pour sauver les urgences, menacées de fermeture. Tout n'est d'ailleurs pas si sombre si on en croit Axelle, employée de société d'intérim : " Du boulot, il y en a ! Que ce soit le bâtiment, les travaux publics, l'industrie, la restauration, l'hôtellerie et même le tertiaire. Même pour des personnes sans diplôme.Tous les jours, on reçoit des propositions de contrats. Simplement, les gens trouvent que c''est pas assez payé où que c'est trop loin et que ça leur fait des frais. Et puis, il y a aussi un problème de mobilité pour certains."  

Optimiste, Charles Gravier l'est également. Ce directeur d'agence immobilière, note cependant une évolution de la demande : " On a de moins en de demandes sur la tranche de 180 à 280.000 euros. Au delà, on va retrouver des clients pour de la résidence secondaire, des étrangers notamment. Et pour la résidence principale, plutôt des jeunes retraités qui ont vendu leur maison (parfois à Paris ou une grande ville) et qui arrivent chez nous où la vie est agréable et pas chère. Ils peuvent bien en profiter. On a même des gens du sud de la France. C'est un peu nouveau depuis un ou deux ans.  Ils en ont marre du climat, du monde, des complications des grandes villes, et ils remontent. " Le déclin n'est donc pas inéluctable... Dans la ville de Julian Alaphilippe, on espère que la pente ne sera pas trop difficile à remonter !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu