Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 : Eric Alauzet ne promet rien à Alexandra Cordier

-
Par , France Bleu Besançon

Officiellement investi candidat la République En Marche à Besançon pour les prochaines élections municipales, Eric Alauzet n'oppose pas de fin de non-recevoir à son ancienne rivale Alexandra Cordier... sans promettre quoi que ce soit.

Eric Alauzet entend imposer son agenda en vue des municipales à Besançon.
Eric Alauzet entend imposer son agenda en vue des municipales à Besançon. © Maxppp - JC TARDIVON

Malheur aux vaincus ! En position de force après avoir remporté l'investiture En Marche pour les prochaines élections municipales à Besançon, Eric Alauzet ne veut faire aucune promesse à sa désormais ex-rivale Alexandra Cordier. 

La référente du parti présidentiel dans le Doubs était également candidate à la candidature, mais c'est le député Eric Alauzet qui a eu les faveurs de la commission d'investiture, et du bureau exécutif de LREM ensuite. 

Rassemblement, piège à cons ? 

Pas de promesses donc, mais l'assurance d'un dialogue. "J'ai vocation à rassembler, en effaçant les clivages", jure ce lundi le député Alauzet. 

Alexandra Cordier, attachée de presse de l'actuel maire Jean-Louis Fousseret et très proche de ce dernier aura-t-elle une place sur la liste emmenée par l'ancien membre d'Europe-Ecologie Les Verts ? 

"Pour l'instant personne ne peut se prévaloir d'une place ou d'une promesse", annonce le candidat victorieux. Patience est mère de sûreté donc côté Alauzet, sa liste définitive ne devrait pas être annoncée avant la fin de l'automne. 

Désignation électrique 

La lutte pour l'investiture du parti d'Emmanuel Macron a été rude, et laisse derrière elle un parfum de mauvaise rancœur chez les marcheurs bisontins. Sur les réseaux sociaux, certains membres du parti de la majorité continuent de régler leurs comptes. 

Les débats auraient même été houleux à Paris, pour savoir qui de Cordier ou d'Alauzet méritait la bénédiction de la commission d'investiture. 

Selon le journal le Parisien, le cas Besançon a été explosif, Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a pris fait et cause pour Alexandra Cordier, sans succès. 

Alexandra Cordier tend la main à Eric Alauzet

"La commission s'est prononcée en quelques minutes à la quasi-unanimité", balaie Eric Alauzet, avec cette certitude des vainqueurs qui peuvent écrire l'Histoire. 

En réalité, le vieux routard de la politique - élu depuis 1990 - a senti le vent du boulet : il n'aurait obtenu que 11 voix, contre 8 pour Alexandra Cordier. 

"La compétition a été belle, nous acceptons la décision de la commission d'investiture", tempère aujourd'hui Alexandra Cordier, qui assure "attendre un signe d'Eric Alauzet". 

Il y a quelques jours pourtant, la dirigeante du collectif Besançon Métropole 2020 faisait un procès en machisme à ceux qui ont choisi Eric Alauzet. 

"Je suis de gauche", assure Alauzet 

Jusqu'où l'ira la volonté de rassembler d'Eric Alauzet ? Ce lundi, tout juste le député consent-il à nous dire que sa liste sera "écologiste, humaniste et progressiste". 

Il faudra donc montrer patte blanche pour rejoindre son équipe, qui, comme l'a été le parcours politique d'Alauzet, pourrait être transpartisane

"Des gens du centre-droit pourraient nous rejoindre", glisse ce matin le député. Et de rappeler, "je suis de gauche", à ceux qui auraient oublié son passé d'écologiste. 

Choix de la station

France Bleu