Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : les scrutins d'une trentaine de communes des Pyrénées-Orientales potentiellement annulables

-
Par , France Bleu Roussillon

Dans une trentaine de communes des P-O, des recours ont été déposés devant le tribunal administratif pour tenter de faire annuler le résultat du scrutin des municipales 2020. Le tribunal de Montpellier doit statuer d'ici fin septembre sur une vingtaine de communes.

Dans une vingtaine de communes de moins de 9 000 habitants, des résultats de scrutin pourraient être annulés.
Dans une vingtaine de communes de moins de 9 000 habitants, des résultats de scrutin pourraient être annulés. © Maxppp - Jean-François Rey

Est-ce que dans certaines communes des Pyrénées-Orientales, on va devoir revoter pour les élections municipales ? Ce n'est pas impossible. Certains candidats n'ont en effet pas vraiment digéré les résultats de mars et de juin dernier. 

Il faut dire que cette année, les élections municipales se sont passées dans des conditions inédites. En partie à cause du Covid, il y a eu beaucoup d'abstention. Un peu partout en France, des candidats ont estimé que le résultat était "faussé". Ils ont donc déposé des recours il y a plusieurs mois devant le tribunal administratif pour tenter de faire annuler certains résultats de scrutin. 

Le tribunal administratif de Montpellier doit statuer d'ici fin septembre 

Dans les Pyrénées-Orientales, il y a une vingtaine de communes de moins de 9 000 habitants où l’élection du maire pourrait être remise en cause : Passa, Catllar, Ille-sur-Tête, Bompas, Amélie-les-Bains, Villelongue-de-la-Salanque, Corneilla-la-Rivière, Amélie-les-Bains-Palalda, Tautavel, Llupia, Saint-André, Laroque-des-Albères, Saint-Paul-de-Fenouillet, Claira, Canohes, Villeneuve-de-la-Raho, Corneilla-Del-Vercol...

C'est le tribunal administratif de Montpellier qui doit donner sa décision. Il le fera au plus tard à la fin du mois, sachant qu'il sera possible de faire appel. A Saint-Jean-Lasseille et Nyls-Ponteilla, on connait déjà le résultat des recours déposés : ils ont été rejetés.

Et dans des communes de grande taille aussi on pourrait être potentiellement amenés à revoter. Des recours ont été déposés devant le tribunal à Perpignan, Canet-en-Roussillon, Cabestany, Saint-Cyprien, et Saint-Laurent-de-la-Salanque. Mais c'est à la fin de l'année que les premières décisions du tribunal administratif devraient tomber pour ces villes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess