Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : "Quand on veut gérer une ville, on ne démarre pas en racontant des mensonges" (Maryse Joissains)

-
Par , France Bleu Provence

Le sort est jeté à Aix-en-Provence. La maire sortante Maryse Joissains qui brigue un 4e mandat, a déposé la même liste pour le second tour des municipales alors que sa rivale, la candidate de LREM Anne-Laurence Petel, a le soutien de la liste divers-droite. Mais Maryse Joissains se dit confiante.

Maryse Joissains combattive à la sortie de son procès
Maryse Joissains combattive à la sortie de son procès © Radio France - Julie Pacaud

Forte de ses 30,28 % et de sa notoriété sur la ville, Maryse Joissains n'a peur de personne. Elle a déposé la même liste qu’au premier tour et compte donc sur ses seules forces pour remporter un quatrième mandat. 

Anne-Laurence Petel (20%), députée La République En Marche, n’entend pas lui laisser le champ libre. Elle promet une campagne de terrain, du porte-à-porte, avec respect des mesures barrières. La candidate du parti de la majorité a reçu le renfort de neuf personnes de la liste du divers-droite Jean-Marc Perrin (9,9%). 

"Elle n'a fait aucun rassemblement, elle a pris quelques personnes d'une liste qui a fait 9%, les autres n'ont pas voulu. Elle n'a pas rassemblé, c'est des mensonges. Vous savez quand on veut gérer une ville comme Aix on ne démarre pas en racontant des mensonges aux électeurs." (Maryse Joissains)

Ses réserves de voix ? La maire d'Aix-en-Provence pense qu'elles se trouvent chez les abstentionnistes, très nombreux au premier tour à Aix-en-Provence : 64,40%, un record. Elle ne cache pas son inquiétude tout de même et reconnait que cela reste la grande inconnue. 

"L'abstention c'est l'inquiétude pour tout le monde. C'est l'inquiétude parce que ça veut dire que les électeurs se sont détournés des urnes alors que c'est le seul moyen de faire passer des idées, des programmes." 

La maire, qui fait l'objet de critiques depuis le déconfinement et la suppression de certaines "corona-pistes", les pistes cyclables mises en place post-confinement pour encourager à la pratique du vélo. La ville avait promis 13 kilomètres, quelques jours plus tard certains axes ont totalement disparu du paysage. 

"Franchement, j'ai pas supprimé 13 km ! Trois pistes qui faisaient même pas 10 km étaient un encombrement incroyable pour la circulation et dangereuses. Les services sont allés un peu trop vite dans l'installation. Je mets en place actuellement un vrai projet vélo."

Mais si la maire sortante remporte l'élection, elle devra aussi ensuite remporter un autre combat : son procès en appel pour détournement de fonds et prise illégale d’intérêt pour assurer son mandat. 

"Je ne suis pas inquiète. Si vous avez beaucoup de maires en France qui ont aussi peu de choses à se reprocher que moi, hé bien ce sera un optimisme pour l'avenir. Je n'ai jamais désavoué la réglementation. C'était vraiment un procès politique. Mais pour moi, ce n'est pas terminé. Je saisirai la Cour européenne devant laquelle j'ai déjà gagné."

En cause dans cette affaire, la promotion de son chauffeur, jugée non conforme sur le plan administratif, et l’embauche à la communauté de communes d’une collaboratrice en charge de la protection animale, domaine ne relevant pas des compétences de la collectivité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu