Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales 2020 : quelles actions face au risque de désertification médicale ?

-
Par , France Bleu Breizh Izel

C'est un défi auquel font face de nombreuses communes : la désertion des médecins au profit des grandes agglomérations. Certaines se battent pour garder ses praticiens sur leur territoire, comme Carantec, malgré l'échec d'un projet de maison médicale.

La construction ou non d'une maison médicale à Carantec fait débat
La construction ou non d'une maison médicale à Carantec fait débat © Radio France - Philippe Paupert

3.000 habitants à l'année, quatre fois plus sur la période estivale : pour la commune de Carantec, dans le nord-Finistère, conserver suffisamment de médecins généralistes sur son territoire est indispensable. Aujourd'hui, deux praticiens  y exercent : la mairie a réalisé un clip début 2018 pour attirer un troisième médecin, jusque là sans réponse. La question s'invite donc dans le débat en amont des élections municipales.

Une commune sur le fil

François de Goesbriand, actuel adjoint à la mairie et tête de liste ("Pour Carantec") veut relativiser : "on a fait ce clip précisément pour anticiper les risques de désertification médicale, on est très proactifs et pour l'instant on n'est pas pris à la gorge". Il mise sur une mutualisation ou coopération avec les communes limitrophes qui ont su attirer de nouveaux médecins dernièrement. "Encore récemment, on avait trois médecins sur Carantec, Taulé, Henvic (environ 6.000 habitants). A partir de mars ce sera le double", grâce aux communes voisines. Le seul problème restant selon lui : "trouver un médecin traitant pour les nouveaux habitants, il faut aller dans les communes voisines".

C'est bien le problème aux yeux de son adversaire, Nicole Segalen-Hamon ("Carantec territoire d'avenir"). "L'arrivée de médecins à Taulé et Henvic change la donne, mais nous avons 40% de la population carantécoise qui a plus de 60 ans ! Il y a des problèmes de déplacement et de transports". Elle compte donc mettre en place une plateforme pour trouver des moyens de locomotion pour les patients âgés et isolés qui doivent se rendre chez le médecin hors de la commune. "Le problème de désertification médicale va arriver rapidement car nos médecins carantécois ne sont pas très jeunes", prévient la candidate.

Projet de maison médicale avorté

Pour avoir plus de marge de manœuvre, quid de la création d'une maison médicale ou pluridisciplinaire ? Le projet avait été lancé par la mairie mais n'a pas abouti : "une entreprise avait trouvé des travailleurs paramédicaux et des terrains à nous proposer, mais _certains professionnels ont renoncé en raison des frais_", explique François de Goesbriand. 

"Il y avait l'idée de construire une maison médicale mutualisée avec les communes environnantes, nous avons nous-mêmes trouvé deux jeunes médecins prêts à s'installer, mais ils ont renoncé face aux lenteurs du projet", déplore Nicole Segalen-Hamon. La candidate continue à réfléchir sur cette option "pour voir si c'est une nécessité ou non", et veut par ailleurs proposer aux médecins des communes voisines de faire des permanences à Carantec, dans le cabinet médical où travaillent déjà les deux praticiens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu