Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Roche-la-Molière : au moins cinq listes et peu d'étiquettes

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

La mairie de Roche-la-Molière (Loire), 9800 habitants, a été perdue par la gauche en 2014 au profit de l'UDI. Mais désormais le maire sortant se présente sans étiquette, comme la plupart de ses quatre adversaires.

Cinq candidats se sont déclarés pour briguer la mairie de Roche-la-Molière
Cinq candidats se sont déclarés pour briguer la mairie de Roche-la-Molière © Radio France - Mathilde Montagnon, Tifany Antkowiak et Denis Souilla

Éric Berlivet affirme qu'il a pris le temps de la réflexion avant d'envisager un second mandat. Le maire sortant repart en campagne, parce que, dit-il, il entretient un sentiment d'inachevé après six années de mandat.

"Sur le quartier de la Varenne on a un grand plan urbain régional de rénovation complète du quartier. Le centre-ville, ce n'est pas encore complètement terminé. On a des programmes de constructions et d'aménagements, d'amélioration d'accès au centre-ville. Il faut anticiper l'avenir et organiser la ville pour demain".

Éric Berlivet
Éric Berlivet © Radio France - Mathilde Montagnon

Penser à l'avenir c'est surtout penser aux jeunes, pour Patricia Portafaix. La directrice d'antenne de Radio Ondaine est tête de liste sans étiquette de "Réussir l'avenir ensemble". "Par exemple, il n'y a plus d'étude gratuite pour faire les devoirs. Ça, c'est pas possible en primaire. Nous on s'engage à remettre ça tout de suite en place. Ensuite, au niveau du secteur jeune : est-ce que c'est dans des préfabriqués qu'on accueille des jeunes et qu'on essaye de leur faire faire des activités ? Ben non je ne crois pas. On s'engage vraiment à avoir un vrai lieu pour les jeunes". 

Patricia Portafaix
Patricia Portafaix © Radio France - Mathilde Montagnon

Traitement des déchets et vidéosurveillance

Patricia Portafaix qui veut aussi mettre en place une "maison des citoyens et du numérique" pour aider les habitants dans leurs démarches du quotidien. Le quotidien à Roche-la-Molière, c'est également la décharge de Borde-Matin, dont la présence est actée pour encore au moins 30 ans. Hélène Favard, est conseillère municipale sortante et tête de liste de "S'unir pour Roche",  liste sans étiquette soutenue par les parlementaires de gauche Régis Juanico et Jean-Claude Tissot.

Hélène Favard
Hélène Favard © Radio France - Mathilde Montagnon

"Je souhaiterais qu'on revoit le parcours des camions qui vont à la décharge, qui passent devant le collège. 150 camions à l'aller, 150 camions au retour. Deuxième chose que j'aimerais faire, qu'on prenne en compte la nuisance que provoque la décharge, en allégeant la taxe des ordures ménagères voir même en la supprimant pour les Rouchons". 

Annie Clément
Annie Clément © Radio France - Mathilde Montagnon

"C'est compliqué d'être la capitale des déchets", ajoute Annie Clément pour qui la commune doit être exemplaire en matière de tri. La chef de file de la liste "l'Atelier participatif" est soutenue par La République en Marche. Elle s'interroge également sur le système de vidéo-surveillance de la commune qui sert, selon elle, essentiellement à mettre des PV aux automobilistes.

"Il y a eu des cambriolages, il y a eu des atteintes aux biens, les gens ont demandé des images, on leur a dit que c'était compliqué que la caméra ne tournait pas etc... mais les caméras en tout cas marchent bien pour vidéo-verbaliser. On n'est pas à Saint-Étienne ici, si les gens ont choisi de venir s'installer à Roche c'est qu'ils ne veulent pas vivre comme dans une grande ville. Donc il faut écouter les Rouchons". 

Plusieurs candidats déjà en lice en 2014

Le maire sortant n'aurait pas suffisamment écouté les habitants de la commune ses dernières années selon ses opposants, unanimes sur ce point. De tous les cotés, la personnalité clivante d'Éric Berlivet est montrée du doigt. Il faut plus de démocratie participative selon Olivier Brouilloux, conseiller municipal d'opposition sortant et tête de liste "Roche Autrement".

Olivier Brouilloux
Olivier Brouilloux © Radio France - Mathilde Montagnon

"Il y a un manque, clairement. Donc, nous, ce manque là, on veut y répondre. Il y a des décisions qui sont prises, peut-être, en faveur de certains. Peut-être en faveur de certains autres. Et du coup, on ne veut pas ça aujourd'hui, on veut qu'il y ait une vraie gouvernance qui soit faite pour l'ensemble des Rouchons. On est arrivé à un système qui est très tendu, et nous on veut vraiment d'une ville qui soit apaisée". 

En 2014, Olivier Brouilloux avait recueilli plus de 45 % des voix au premier tour. Annie Clément (13,8% au 1er tour) s'était désistée en faveur d'Éric Berlivet (17,8%), qui avait remporté le scrutin au second tour, un peu par surprise, avec 51,5 % des suffrages.

La mairie de Roche-la-Molière (Loire)
La mairie de Roche-la-Molière (Loire) © Radio France - Mathilde Montagnon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess