Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Amiens : "Il faut que l'on fasse quelque chose de neuf avec les citoyens" assure François Ruffin

-
Par , France Bleu Picardie

Le député insoumis de la Somme François Ruffin était l'invité de France Bleu Picardie ce lundi matin. L'occasion de revenir sur les ateliers participatifs organisés à Amiens par Picardie Debout ce week-end, à un an des municipales. Et de faire le point sur ses ambitions et projets pour le scrutin.

François Ruffin dans le studio de France Bleu Picardie.
François Ruffin dans le studio de France Bleu Picardie. © Radio France - Hélène Fromenty

Amiens, France

A un an des municipales, "Picardie Debout" le micro-parti de François Ruffin a organisé dimanche des ateliers participatifs à Amiens. Une après-midi de réflexion avec les forces politiques de la gauche amiénoise, et aussi des associations et de simples habitants. "L'objectif c'était de coller des gens ensemble, a précisé le député de la Somme, invité de France Bleu Picardie ce lundi matin. On a rassemblé des groupements politiques qui ne se partent plus trop et surtout des citoyens, pour réfléchir ensemble, évoquer des idées en terme de logement, de santé, de transport. On les fait tous monter dans le train."

Environ 140 personnes ont ainsi participé à des ateliers thématiques le temps d'une après-midi. Une bonne base, même si on est encore loin d'un programme pour le scrutin de 2020 assure François Ruffin. "Ce n'est pas possible de dégager un projet en trois heures. Mais ça permet de lancer une dynamique, que les gens se sentent ensemble."

C'est comme si il y avait des envies dans cette ville, mais personne pour les arroser. Chaque envie est précieuse, il faut que l'on soit des arroseurs d'envies. 

Pas encore de projet, ni de noms de candidats. A quoi ressemblera cette liste ? "Je ne sais pas," reconnait François Ruffin. Seule certitude pour l'élu samarien : "Il faut qu'il y ait des partis, on ne peut pas gagner sans eux. Moi, si j'ai gagné aux législatives, c'est parce que les écolos, La France Insoumise et les communistes ont eu l'intelligence de se mettre ensemble."

Il faut éviter le recyclage des années Demailly et Hollande

Et qui pour conduire cette liste ? "Je peux pas vous dire, le tête de liste c'est ce qu'il y a de plus flou. Mais en terme de dynamique, il faut qu'il y ait les partis pour ouvrir les portes et les fenêtres, sans faire du recyclage des années Demailly ou Hollande. Et ensuite, le plus important c'est qu'on ait les citoyens. Il faut qu'on arrive à faire quelque chose de neuf, et que les citoyens soient avec nous." 

Ouvrir la brèche

François Ruffin le confirme sur France Bleu Picardie, lui ne sera pas candidat aux municipales. "J'ai déjà un boulot, un mandat à l'assemblée, rappelle le député de la Somme. Je dois être là pour passer la main à d'autres personnes qui veulent se lancer en politique. Un seul homme ne doit pas tout faire."

Je n'ai pas peur de perdre

Pourtant, sa cote de popularité auprès des Amiénois se porte plutôt bien. "Oui, je ne veux pas me la péter, mais je pense que ça passe bien avec les gens. Donc je pense que j'ai une responsabilité. On a ouvert la brèche avec les législatives en gagnant de manière surprenante. Il y a une opportunité pour que l'on gagne Amiens, et que l'on change les choses dans la ville." 

Et François Ruffin d'ajouter que "non", il ne redoute pas le duo Brigitte Fourré - Alain Gest. "Je n'ai pas du tout peur de perdre, ce n'est pas ça qui me conduit à ne pas y aller, assure-t-il. Etre de gauche, c'est être habitué à la défaite, et j'en ai vécu plein. Mais là, je pense qu'on a l'occasion de gagner. Je sais faire campagne et je suis confiant."

L'interview intégrale de François Ruffin est à réécouter ici. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu