Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Annecy : pour Jean-Luc Rigaut, l’union Astorg-Lardet est "une tambouille politique"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

"Tambouille politique", "union dangereuse pour la ville"… Le maire sortant d’Annecy attaque la fusion des listes de ses deux principaux adversaires au second tour de l’élection municipale. Même fragilisé par cette union, Jean-Luc Rigaut estime encore pouvoir l’emporter. ENTRETIEN.

Municipales à Annecy (Haute-Savoie) - Le maire sortant, Jean-Luc Rigaut, dénonce la fusion des listes de ses deux principaux adversaires.
Municipales à Annecy (Haute-Savoie) - Le maire sortant, Jean-Luc Rigaut, dénonce la fusion des listes de ses deux principaux adversaires. © Radio France - Richard Vivion

Alors que ces deux principaux rivaux ont annoncé le weekend dernier la fusion de leurs listes, Jean-Luc Rigaut s’exprime pour la première fois sur cette union. Le maire sortant d’Annecy (soutenu par LREM) estime que cette alliance est "dangereuse pour Annecy" et qu’elle n’est le fruit que d’une "tambouille politique". Lors du premier tour, Jean-Luc Rigaut était arrivé en tête (28.39 %) mais avec seulement 150 voix d'avance sur François Astorg (27,87 % des voix). En troisième position, on retrouve la députée Frédérique Lardet (21,50 %). Denis Duperthuy (10,04 %) a annoncé qu'il serait présent au second tour, mais on ne sait pas encore si ce sera seul ou en soutenant une autre liste. 

"L’assemblage Astorg-Lardet n’est pas l’avenir d’Annecy. Cette union, c’est de la tambouille politique et moi je n’en veux pas." - Jean Luc Rigaut, maire sortant d'Annecy

ECOUTEZ l'intégralité de l'interview de Jean-Luc Rigaut, maire sortant d'Annecy.

Jean-Luc Rigaut, que pensez-vous de la fusion des listes de vos deux principaux adversaires François Astorg (soutenu par EELV) et Frédérique Lardet (ex-LREM) ? 

Jean-Luc Rigaut : En fin de semaine dernière, j’ai tendu la main à Frédérique Lardet qui est plus libérale que moi et qui pense l’économie de manière mondiale. Je pensais que nous pouvions porter ensemble un projet pour Annecy.  Alors, il est vrai que nous ne nous étions pas entendus avant le premier tour mais avec l’espacement entre les deux votes, je pensais que la donne avait changé et par conséquent que nous pouvions nous entendre. Mais je me suis trompé. Finalement sa seule motivation reste du "tout sauf Rigaut". Elle a rejoint François Astorg non pas par attachement à un projet mais bien pour une question de personne. Frédérique Lardet a perdu son pari du premier tour et elle cherche à n’importe quel prix sa revanche. Cette union, c’est de la tambouille politique et moi je n’en veux pas. 

C'est également un déni de démocratie puisque c’est s’arranger entre deux tours sur le dos du vote des citoyens. Cet attelage la France insoumise et les communistes avec Frédérique Lardet, je pense qu’il est dangereux pour l’avenir d’Annecy. Vouloir du changement ce n’est pas tenter une aventure hasardeuse. Est-ce qu’on a besoin aujourd’hui du label d’un parti comme Europe Écologie les Verts pour œuvrer en faveur de l’environnement et de la santé ? Je ne le crois pas. Nous en faisons beaucoup aussi nous avec notre plan climat énergie territoriale et le développement du maraîchage… 

Mon histoire me permet également de dire que décliner une conception idéologique et violente des politiques publiques locales ne correspond pas à Annecy. Bloquer des routes, démonter des panneaux comme le fait Extinction Rébellion n’est pas la manière d’agir pour les Annéciens et je ne peux pas accepter cela. Il est finalement paradoxal que mon action pour une ville classée en tête du palmarès des communes françaises où il fait bon vivre, une ville reconnue comme étant bien gérée, que mon action ne soit dénoncée aujourd’hui que par le rejet de ma personne et non évaluée sur le résultat du travail fourni. 

Pourtant ce dimanche, François Astorg a affirmé que sa fusion avec la liste de Frédérique Lardet n’avait rien à voir avec cette notion du "tout sauf Rigaut"...

Jean-Luc Rigaut : Il ne faut pas perdre la mémoire. Au lendemain du premier tour, François Astorg a fait un appel en faisant du "tout sauf Rigaut". Je pense qu’il n’a pas changé d’avis. Et puis, Frédérique Lardet a envie de prendre sa revanche, ça lui va bien. Je voudrais juste citer le quatrième homme de ce second tour qui est Denis Duperthuy. Certes, il est mon opposant. Certes, on ne s’entend pas toujours mais nous avons toujours construit des politiques publiques pour Annecy. Il est attaché aux Annéciens et à la ville. Lui aussi, il n’est pas dans la tambouille politique. 

Cela signifie-t-il que Denis Duperthuy (10,04% au premier tour) pourrait vous rejoindre ? 

Ce n’est pas le sujet du moment. Aujourd’hui, les sujets sont l’intérêt et les enjeux d’Annecy et la lisibilité des actions que l’on porte. Je soutiens que Denis Duperthuy avec ses idées est un homme digne et responsable pour l’avenir d’Annecy alors que l’assemblage Astorg-Lardet n’est pas l’avenir d’Annecy.     

Le dépôt des listes doit se faire au plus tard ce mardi soir, discutez-vous avec Denis Duperthuy ?  

Nous nous sommes rencontrés. Nous sommes tous les deux totalement déçus de voir ce qui se passe et cela nous consterne pour l’avenir d’Annecy. Je pense que les Annéciens ne seront pas dupes de cela.   

"J'ai entendu le message du premier tour"-Jean-Luc Rigaut

Avec la crise sanitaire liée à la Covid-19, la campagne électorale se jouera essentiellement sur les réseaux sociaux, comment l’abordez-vous ?

Les réseaux sociaux sont par nature impersonnels et donc violents. Encore une fois, j’ai vécu le premier tour avec du "tout sauf Rigaut", des expressions souvent masquées et peu respectueuses des hommes. Lors du premier tour, j’ai toujours respecté mes adversaires car c’est ma philosophie de sportif de haut-niveau qui le veut. Je pense qu’il faut débattre des idées et du fond et ne pas être uniquement sur la forme ce qui a été l’attitude de Frédérique Lardet et de François Astorg. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils se retrouvent. 

J'ai entendu le message du premier tour. Avec mon équipe, nous allons donc définir une gouvernance plus proche et plus associative avec les communes déléguées. Nous allons repenser un urbanisme avec plus de nature. La mobilité douce, le plan de déplacements avec le tramway sont autant de projets à accélérer. La crise du Covid que j’ai gérée comme maire avec l’ensemble des services municipaux, nous a offert une belle expérience pour pouvoir continuer à porter un projet pour Annecy.   

Sur un plan "mathématique", si on additionne les scores réalisés lors du premier tour par François Astorg (27,9 %) et Dominique Lardet (21,5 %), ils approchent les 50%. Croyez-vous encore pouvoir l’emporter et conserver votre fauteuil de maire ?  

Ce n’est pas une question de mathématiques mais une question de projet. Il faut savoir où se situe l’avenir d’Annecy. Comment on - je dis on parce que j’habite à Annecy et je sais comment est cette ville - comment on a envie de penser et comment on doit réagir collectivement à des choses qui sont contre-nature. Et je pense qu’Annecy va retrouver sa nature.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu