Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Bayonne : "Il aurait été plus sage de reporter les élections à plusieurs mois" pour J.-C. Iriart

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Alors que le gouvernement a annoncer vouloir accélérer le tempo des municipales et faire le deuxième tour le 28 juin prochain, le leader de la liste "Baiona verte et solidaire", arrivé en troisième position lors du premier tour des élections municipales à Bayonne en mars dernier évoque l'échéance.

En mars dernier, la liste "Baiona verte et solidaire" de Jean-Claude Iriart avait recueilli 1597 voix (13,12% des suffrages)
En mars dernier, la liste "Baiona verte et solidaire" de Jean-Claude Iriart avait recueilli 1597 voix (13,12% des suffrages) © Radio France - Oihana Larzabal

Alors qu'Édouard Philippe et Christophe Castaner ont tous deux officialisé ce vendredi à la mi-journée l'organisation du second tour des municipales le 28 juin prochain, Jean-Claude Iriart, tête de liste de "Baiona Verte et Solidaire" (BVS) à Bayonne évoque l'échéance. Le candidat avait réuni 1.597 voix (pour 13,12% des suffrages). 

France Bleu Pays Basque : Le second tour des municipales le 28 juin, êtes-vous favorable ?

Jean-Claude Iriart : Déjà le soir du premier tour, en mars dernier, on avait exprimé notre désolation sur le fait qu’il ait été maintenu dans le contexte sanitaire que l’on connaissait à l’époque. A Bayonne, 61% des personnes inscrites sur les listes électorales ne sont pas allées voter ce jour là. C’est presque 5 à 6.000 personnes qui ne se sont pas déplacées si l’on prend en compte les chiffres de 2014. Des personnes qui avaient notamment peur de tomber malade. Il aurait été beaucoup plus sage de reporter à plusieurs mois, janvier 2021, ces élections municipales. Ça aurait forcément été douloureux, mais c’est quelqu’un qui a participé à une campagne qui vous le dit. Cela aurait été plus raisonnable. 

Le socialiste Henri Etcheto vous propose une liste d’union de la gauche, avec Bihar Baiona menée par Mathieu Bergé. C’est envisageable pour vous ?

Je tiens surtout à rappeler quelle est la position de BVS. Le soir du premier tour, lors de notre assemblée générale, nous étions d’accord pour mener des discussions avec les deux autres listes de gauche, dans le cadre d’un mandat extrêmement précis. Il y a eu un tout début de discussions le lundi 16 mars mais depuis, les choses sont en suspent. L’ensemble des points contenus dans le mandat n’ont pas été évoqués. Notamment la question de la représentativité sur la liste, qui pour nous doit refléter les résultats du premier tour, mais aussi d’autres points de programme. Les choses ont été gelées depuis cette date mais il est important qu’on puisse avoir ces discussions de fond. Les discussions auront lieu dans les prochains jours avec les deux autres listes. Et nous reviendrons vers les adhérents de Baiona Verte et Solidaire pour leur faire part des avancées.

Les deux composantes de votre liste (abertzale et écologiste) sont-elles d’accord pour une stratégie d’union de la gauche ?

Il a également une troisième composante : le groupe Ensemble Insoumis qui fait partie des soutiens politiques. Il y a forcément un débat. La position qui a été prise le soir de l’Assemblée Générale, n’a pas été prise à l’unanimité, mais à une majorité, qui était claire. Même s’il y a forcément des échanges. Je m’exprime en tant que porte-parole d’une structure associative qui n’a pas encore pris sa décision. Et je vous confirme que nous allons régler cette question avec tous les membres.

On se souvient qu’en 2014, Henri Etcheto avait perdu pour 26 voix. À l’époque vous aviez refusé de vous allier avec lui. Est-ce que six ans après, Henri Etcheto est devenu “abertzalo-compatible” ?

Encore une fois, je serai le porteur d’une position commune, que l’assemblée générale prendra très prochainement sur la base des discussions qui auront lieu. Et chacun s’exprimera en toute liberté, on verra bien quel sera le positionnement à la sortie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu