Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Biarritz : les réactions des autres candidats suite à l'annonce de l'Élysée

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Les deux ministres renoncent à se présenter aux municipales de mars prochain à Biarritz. Les autres candidats réagissent.

De gauche à droite, de bas en haut : K. Guerdane, G. Barucq, B. Morin, D. Guillaume ; M. Veunac, N. Motsch ; J-B. Lemoyne, M. Arosteguy, M. Batiste et J-B. Saint-Cricq
De gauche à droite, de bas en haut : K. Guerdane, G. Barucq, B. Morin, D. Guillaume ; M. Veunac, N. Motsch ; J-B. Lemoyne, M. Arosteguy, M. Batiste et J-B. Saint-Cricq © Radio France - Jacques Pons

L'Élysée a donc tranché. Jean-Baptiste Lemoyne et Didier Guillaume ne seront pas candidats lors des municipales de mars prochain à Biarritz.  Une annonce qui n'a pas tardé à faire réagir les huit autres candidats à la mairie. 

"Nous avons une grande qualité d'accueil des touristes à Biarritz, donc comme ils ont eu un relatif beau temps, je pense qu'ils garderont un bon souvenir de notre ville", a ainsi ironisé Jean-Benoît Saint-Cricq, élu de l'opposition à la mairie de Biarritz et candidat pour la liste Biarritz ensemble. 

"Tout ça pour ça"

Le maire sortant, Michel Veunac, a pour sa part déclaré : "Je vais regretter que Jean-Baptiste Lemoyne ne soit pas sur ma liste, parce que c'est un homme que j'apprécie beaucoup. Je pensais qu'il n'y avait pas de symétrie entre une présence sur une liste et une candidature officielle."

C'est la volonté du président donc je la respecte totalement. — Michel Veunac, le maire de Biarritz

Le maire, candidat à sa réélection, espère cependant que "Jean-Baptiste Lemoyne aura peut-être d'autres façons de me soutenir et de soutenir ma liste." Mais pour Michel Veunac, la décision d'Emmanuel Macron est un "adoubement" de sa candidature par le président.

"Tout ça pour ça, lâche de son côté Nathalie Motsch, candidate pour la liste Biarritz 2020, avec le soutien de l'UDI. C’était une perte de temps pour les Biarrots. Mais c’est une décision de bon sens. Maintenant, on va enfin pouvoir parler de Biarritz. Mais on est content de pouvoir à nouveau être avec les Biarrots sans être sous les feux et les éclairages des médias nationaux."

"Projet contre projet, enfin"

"Tout le battage n’a servi finalement à rien, exprime pour sa part Guillaume Barucq, qui mène la liste Biarritz Nouvelle Vague. On se rend compte que les candidats locaux sont les mieux placés et plus légitimes. Cela renforce notre motivation. Maintenant on ne sera plus parasités, on revient à une équité entre candidats. Cela va se jouer projet contre projet, et on est prêts à cette bataille. De toute façon sur le terrain, on se rendait compte que la greffe ne prenait pas du tout. Ça ne déclenchait aucun intérêt mais surtout une hostilité auprès des Biarrots."

Ces dernières semaines, les deux ministres avaient été rappelés à l'ordre par le chef du gouvernement Edouard Philippe. Pour Maider Arosteguy, des Républicains (liste Pour Biarritz, pour vous), "la situation était inacceptable. La première réunion publique du ministre de l'Agriculture était organisée un vendredi à 15 heures. La plupart des Français sont au moins aux 35 heures, donc on exige d’un ministre qu’il soit au moins aux 35 heures, voire plus. Par ailleurs, Jean-Baptiste Lemoyne était une caution du maire qui, pour cacher son maigre bilan, a eu besoin d’un secrétaire d’Etat pour noyer le poisson. Donc maintenant, on va enfin pouvoir parler de l’avenir de Biarritz." 

Même son de cloche du côté de Marine Batiste, qui conduit la liste Maintenant ou jamais ! et qui déclare : "On va retrouver un peu de rationalité dans notre campagne, et on va enfin pouvoir parler des sujets locaux. Il n’y aura plus les questions d’ego des ministres, ni de petites phrases, ni la médiatisation ou le tapage autour de leur parachutage. Donc je suis plutôt ravie". 

Parmi les autres prétendants à la mairie de Biarritz, Karim Guerdane (Biarritz Bonheur) prévient : "Nous allons avoir des revirements de situation. Des gens ont appelé à la candidature de ces ministres. Ils ont fait des pieds et des mains pour faire venir des gens influents, pour influencer les Biarrots dans leur vote. La donne a complètement changé maintenant."

Enfin, l'élu d'opposition François Amigorena parle "d'opportunistes sans vergogne qui s'étaient précipités à la soupe autour de l'éphémère candidature de Didier Guillaume et qui se retrouvent cocufiés avec des cornes à ne plus pouvoir passer sous la porte de la mairie de Biarritz."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu