Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Bordeaux : "le racisme existe dans la police, il faut en parler" pour Philippe Poutou

-
Par , France Bleu Gironde

La mort de George Floyd aux États-Unis a déclenché une vague de réactions à travers le monde : "le racisme policier existe, il faut en parler" estime Philippe Poutou, candidat "Bordeaux en Luttes" aux municipales à Bordeaux, invité de France Bleu Gironde ce vendredi matin.

Philippe Poutou, candidat "Bordeaux en Luttes" aux municipales à Bordeaux, invité de France Bleu Gironde ce vendredi matin
Philippe Poutou, candidat "Bordeaux en Luttes" aux municipales à Bordeaux, invité de France Bleu Gironde ce vendredi matin © Radio France - Aurélie Bambuck

"Le mouvement actuel contre les violences policières doit se développer", estime Philippe Poutou, candidat au second tour des municipales à Bordeaux avec la liste "Bordeaux en Luttes". "C'est une réalité, il faut en parler", précise le prétendant à la mairie, en compétition avec le maire sortant, Nicolas Florian et le candidat écologiste, Pierre Hurmic.

"Ça fait bizarre de voir cette police, ou en tout cas quelques policiers ou syndicats de police qui se mettent en position de victime.  Le mouvement contre les violences policières, contre le racisme, met le sujet sur la table, ça permet de discuter", déclare Philippe Poutou.

Il n'est pas question de dire que tous les policiers sont racistes, c'est évidemment faut. Mais les violences policières sont une réalité - Philippe Poutou

Discuter de ces pans d'histoire qui n'ont pas été digérés selon le candidat aux municipales, et Philippe Poutou d'évoquer le passé esclavagiste de la ville de Bordeaux. "Le racisme a une histoire, développe-t-il, c’est pour ça qu’aujourd’hui il y a une discussion sur les statues à déboulonner, les rues à débaptiser. On est complètement pour d’ailleurs", réagissant à cette initiative de la ville de Bordeaux qui a apposé des plaques explicatives dans cinq rues bordelaises qui portent le nom d'esclavagistes.

Une campagne basée sur la contestation sociale

Le sujet s'invite dans la campagne des municipales, à deux semaines du second tour, prévu le 28 juin. "On se remet dans le sens de la campagne, affirme Philippe Poutou. Les problèmes se reposent comme avant. On parlait du monde d’après, mais on s’aperçoit que le monde d’après c’est exactement le même que le monde d’avant. Et déjà, se reposent des problèmes sociaux : mobilisation des personnels de santé, contre le racisme…"

Des préoccupations qui lui valent les critiques de Pierre Hurmic, le candidat écologiste de ce second tour. Lui estime que Philippe Poutou fait campagne sur des thèmes nationaux. "C’est un débat qu’on pourrait avoir tous les deux, ce serait intéressant, réagit le candidat de "Bordeaux en Luttes.  Le local et le national, ça se tient par tous les bouts. Il faut discuter de la répartition des richesses y compris à l’échelle locale, il faut discuter des services publics de proximité dans les quartiers, de la réquisition des logements vides, c’est très local, de la gratuité des transports, c’est très local. On ne pourra pas résoudre les problèmes locaux sans discuter des problèmes politiques nationaux puisqu’on sait bien que tout est histoire de déclinaison", conclut-il. 

Philippe Poutou, candidat "Bordeaux en Luttes" aux municipales à Bordeaux, invité de France Bleu Gironde

Choix de la station

À venir dansDanssecondess