Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Bordeaux : Thomas Cazenave (LREM) hausse le ton

-
Par , France Bleu Gironde

Le candidat macroniste a présenté ce mardi son programme complet pour les élections municipales du mois prochain. Il prône des ruptures pour permettre aux classes moyennes de continuer à vivre à Bordeaux. Et il en profite pour égratigner ses concurrents.

Thomas Cazenave va distribuer 150 000 exemplaires de son programme aux Bordelais.
Thomas Cazenave va distribuer 150 000 exemplaires de son programme aux Bordelais. © Radio France - Yves Maugue

Thomas Cazenave ne change pas réellement de stratégie. Il continue d'égrener ses propositions. Après les conférences de presse par thématique (écologie, logement, sécurité, mobilité, proximité), le candidat La République en marche en a dressé la synthèse ce mardi en présentant les 102 propositions qui constituent son programme. Mais l'évolution se situe dans la tonalité. Désormais, il joue la comparaison avec ses principaux concurrents. A l'approche du dernier mois de campagne, le discours se veut plus incisif.

Florian "électoraliste", Hurmic "incomplet"

Première cible de Thomas Cazenave, le maire sortant Nicolas Florian. "Il propose un inventaire à la Prévert électoraliste, estime-t-il. 200 propositions au total, ce n'est pas crédible. La municipalité actuelle n'a pas tenu ses promesses. Nicolas Florian nous parle des boulevards mais c'était déjà dans le programme de 2014 et ça n'a pas été fait. Le plan vélo, comment y croire ? Ce qui avait été promis n'a pas non plus été mis en oeuvre. Quand on promet tout, soit on ne tient pas ses promesses, soit il faut augmenter les impôts. Nous, nous avons fait des choix et les impôts, déjà très élevés, n'augmenteront pas".

La deuxième lame est dirigée contre l'écologiste Pierre Hurmic. "Son programme est incomplet, poursuit Thomas Cazenave. Il ne parle pas développement économique ni emploi. Il y a quand même 30 000 chômeurs à Bordeaux. Et il est incantatoire. Il affirme qu'il réservera 50% des voies aux mobilités douces, sans préciser comment il fera. Il promet zéro déchet en 2026 alors qu'il a voté la prolongation des incinérateurs jusqu'en 2027".

Un programme "réaliste et pragmatique"

Le candidat La République en marche affirme pour sa part baser sa future action sur deux "ruptures". Un changement de modèle pour préserver les classes moyennes qui n'ont plus les moyens de vivre à Bordeaux. "On ne peut pas se contenter d'une belle ville", affirme-t-il. Il érige donc le logement en priorité, annonce des aides pour les familles avec une réduction de l'abonnement TBM pour les jeunes, des investissements dans les écoles et un tarif famille dans les équipements municipaux accessible aux familles monoparentales. Thomas Cazenave souhaite également une "rupture démocratique". Son programme est selon lui "réaliste et pragmatique". Il dit qu'il y a des choix à faire et se dit prêt à remettre en cause certains projets comme la rue bordelaise envisagée dans le quartier Euratlantique ou les extensions du tramway vers Saint-Médard-en-Jalles et Gradignan. Il annonce également un audit sur des grandes opérations en cours, notamment sur la rive droite, et se dit prêt à "décaler certaines d'entre elles dans le temps". Thomas Cazenave promet également des élus qui ne cumulent pas d'autres mandats locaux (départemental ou régional) et qui limitent leur présence dans le temps à deux mandats.

Thomas Cazenave : "Je souhaite tenir tous mes engagements"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu