Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Bordeaux : Thomas Cazenave (LREM) se présente comme "le candidat de l'audace"

-
Par , France Bleu Gironde

Le candidat La République en marche aux municipales du mois de mars à Bordeaux démissionne de son poste de délégué interministériel à la réforme de l'Etat auprès d'Edouard Philippe. Il va se consacrer à 100% à la campagne. Interview.

Thomas Cazenave en conférence de presse au Club de la presse de Bordeaux.
Thomas Cazenave en conférence de presse au Club de la presse de Bordeaux. © Radio France - Yves Maugue

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : Pourquoi affirmez-vous qu'il faut "de l'audace" pour Bordeaux ?

Thomas Cazenave : Après 25 ans de transformation, Bordeaux a besoin d'une nouvelle vision, d'un nouveau projet, regarder différemment la ville. On peut aimer comme moi Bordeaux profondément et constater qu'il y a de nouvelles inquiétudes, de nouveaux sujets à régler. Il faut les régler avec de l'audace, autant qu'Alain Juppé en a eu en 1995 avec le tramway et les quais.

C'est quoi l'audace aujourd'hui ?

C'est porter un regard différent sur les sujets. Sur le logement par exemple, j'ai proposé un office foncier solidaire avec 300 millions d'euros pour dissocier le foncier du bâti et permettre aux classes moyennes d'acheter dans Bordeaux. Sur la mobilité, je ferai mes propositions dans une dizaine de jours avec tous les candidats investis ou soutenus par La république en marche car c'est une dimension métropolitaine. Là-aussi, il faut changer les lunettes que nous prenons pour regarder ce sujet. C'est très différent de 1995. Il faut tenir compte de la place du vélo ou du nombre de livraisons effectuées avec le développement du commerce en ligne. Nos propositions doivent répondre à ces préoccupations là.

Malgré des sondages pas très favorables, vous estimez que le jeu est ouvert ?

Je pense que le jeu est ouvert et c'est une bonne nouvelle pour les Bordelaises et les Bordelais. Il faut un vrai débat sur l'avenir de notre ville, comment on reste maîtres de notre avenir.

Vous êtes désormais engagé à 100% dans la campagne ?

J'ai présenté ma démission au président de la République et au Premier ministre qui l'ont acceptée. A partir du 15 novembre, date du prochain comité interministériel à la transformation publique auquel je participerai, je serai à 100% dans cette campagne avec une seule méthode : du terrain, du terrain et du terrain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu