Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Municipales à Boucau : "encore un fiasco" craint Francis Gonzalez

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le maire du Boucau, Francis Gonzalez, qui a été hospitalisé des suites du coronavirus, s’exprime après l’annonce de la date du second tour des municipales pour le 28 juin. Soulagé et confiant au moment de remonter sur le ring politique.

Francis Gonzalez, en février dernier dans les locaux de France Bleu Pays Basque, lors du débat des municipales.
Francis Gonzalez, en février dernier dans les locaux de France Bleu Pays Basque, lors du débat des municipales. © Radio France - Oihana Larzabal

"Normalement le 28 mai je passe à la mairie, et après on démarre la campagne", explique Francis Gonzalez, le maire sortant de Boucau, frappé par le coronavirus après les échéances de mars dernier. Lui qui termine sa convalescence à Cambo-les-Bains n’est pas satisfait du 28 juin, date officialisée ce vendredi par le Premier Ministre pour le second tour des élections municipales.

France Bleu Pays Basque : Que pensez-vous de la décision du gouvernement, de fixer le second tour des municipales au 28 juin ?

Francis Gonzalez : Je peux comprendre, mais je ne serai pas surpris que ce soit encore un fiasco si les gens considèrent que la sécurité sanitaire n’est pas au rendez-vous. Car ils ne se déplaceront pas. Il y aura un fort taux d’abstention, et c’est dans ce sens-là, que je dis que ce sera un fiasco. Je comprends l’importance de faire repartir la démocratie, avec les enjeux au niveau des EPCI (intercommunalités), que l’exécutif soit en place pour prendre des décisions, participer à la relance de l’activité avec notamment des commandes publiques… je l’entends parce que j’ai été expert-comptable. Je comprends les affaires, mais la santé des gens c’est autre chose. Il n’y aura pas de campagne sur le terrain, ce ne sera pas possible. Donc à part mettre des tracts dans les boîtes à lettres… il n’y aura pas de contact physique, ni réunion publique. Quoiqu’il en soit, les résultats seront caducs. C’est pour cela que j’aurais souhaité fin septembre plutôt.

Malgré tout, ce sera à vous, maire sortant d’organiser du mieux que possible ce second tour…

Les élections se passeront du mieux possible oui parce que les normes de sécurité seront mises en place et respectées, comme nous avions fait le 15 mars. Mais ce n’est pas pour autant que les gens viendront voter. On ne peut pas, on ne va pas aller les chercher chez eux pour qu’ils viennent. Même si vous leur garantissez que toutes les mesures de sécurités seront là.

"J'attaque une quatrième vie" ─ Francis Gonzalez, maire de Boucau

Est-ce qu’une date aussi rapprochée ne vous avantage pas, la fameuse "prime au sortant" qui aura été en première ligne face à la crise ?

On ne voit pas se voiler la face. Il est évident qu’à travers la gestion de cette crise, à Boucau et ailleurs, les municipalités ont été mises en avant. Mais je ne suis pas convaincu que cela fasse tout. Il y a un eu premier tour, et une campagne avant, et cela compte aussi. Les projets restent les mêmes. Puis, dans mon cas, mes adjoints ont pris le relais d’une façon remarquable.

Est-ce que ce que vous avez vécu ces dernières semaines a changé la conception que vous aviez de mener la barque ?

Pas du tout. Je suis un passionné, je suis né au Boucau, un enfant un pays, j’ai travaillé dans toutes les usines de Boucau, j’ai eu un parcours très spécial dans le monde associatif. J’avais l’habitude de dire avant que j’avais trois vies : le matin, le midi et le soir. Et finalement là j’attaque une quatrième vie. Mais comme je n’ai aucune séquelle ni rien, je suis prêt à la vivre, à 70 ans, et il n’y aura aucun changement dans ma façon de faire.

Comment se passe la rééducation ?

Ça va, bien. J’aurais pu ne pas m’en sortir ou m’en sortir avec des séquelles, mais je n’ai rien de tout ça. J’ai passé un mois à l’hôpital, dont 17 jours dans le coma et j’aurais pu y rester. J’ai été très, très bien suivi et je rends un très grand hommage au corps médical. Maintenant, ça fait quatre semaines que je suis en centre de rééducation à Cambo-les-Bains, et ça va. Le matin à 10h je fais de la gym douce (j’ai encore quelques restes) et l’après-midi avec la kiné je fais un peu de marche. J’ai repris le travail. J’ai récupéré mon micro, je reçois les emails et j’ai mon téléphone portable, je peux être en relation au quotidien avec la mairie et l’agglomération.

Dans le rétro : le premier tour au Boucau

  • Inscrits : 5 829
  • Votants : 2 650
  • Abstention :  54,54%

- "Boucau Convivial et Développement Durable 2020" de Francis Gonzalez (maire sortant, divers gauche) : 1057 voix (41,09%)

- "Boucau Avenir Durable et Solidaire" de Dominique Lavigne (alliance PCF/PS) : 828 voix (32,19%)

- "Boucau Nouvelle Génération" de Marie-Ange Thébaud (écologiste) : 687 voix (26,71%)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu