Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales à Carbon-Blanc : un duel à l'issue incertaine au second tour

-
Par , France Bleu Gironde

Carbon-Blanc pensait assister à une triangulaire au second tour, ce sera finalement un duel entre le maire sortant Alain Turby (centre-droit) et Patrick Labesse, à la tête d'un collectif ancré à gauche. Le retrait de Valérie Drouhaut pourrait rebattre les cartes.

Le maire sortant de Carbon-Blanc Alain Turby (g.) est opposé à Patrick Labesse (d.)
Le maire sortant de Carbon-Blanc Alain Turby (g.) est opposé à Patrick Labesse (d.) © Radio France - Camille Huppenoire

Au soir du premier tour, Carbon-Blanc comptait trois candidats pour le fauteuil de maire. Mais Valérie Drouhaut, arrivée troisième (26,1%), s'est retirée de la course. L'ancienne adjointe à l'éducation du maire sortant Alain Turby, qui avait quitté la majorité municipale en 2016, a annoncé son retrait ce 2 juin. Ce qui pourrait bien rebattre les cartes pour le second tour, alors qu'Alain Turby, arrivé en tête au premier tour avec 35,15% des suffrages, ne comptait alors qu'une centaine de voix d'avance sur son désormais unique adversaire Patrick Labesse (30,89%). 

Le maire sortant Alain Turby porte un regard critique sur le retrait de son ancienne adjointe. "Quand on pèse 25% d'un scrutin, un quart des personnes qui se sont exprimées, on ne se retire pas d'une élection (...) c'est peut-être une stratégie politique, ce que j'appelle le 'tout sauf Turby'. Si c'est ça le calcul, je trouve que ce n'est pas la bonne méthode." Le report des voix va-t-il avantager la liste 'Aux arbres citoyens' de Patrick Labesse ? Ce dernier joue la prudence : "Cela a sûrement changé la donne, je ne vais pas dire le contraire (...) si cela nous favorise, tant mieux pour nous, mais le vainqueur, on ne le connaît qu'au dernier coup de sifflet." 

Pour les deux candidats, la crise sanitaire souligne la légitimité de leurs propositions

Patrick Labesse et Alain Turby se présentent sans étiquette. La liste du premier, ancrée à gauche, joue la carte de l'écologie. Le programme de Patrick Labesse s'appuie sur "le développement des circuits courts, la maîtrise de l'urbanisation, l'aide énergétique aux citoyens" précise le candidat, qui critique l'urbanisation menée par l'équipe du maire sortant lors du précédent mandat. "On peut dire que la crise sanitaire a renforcé en quelque sorte nos convictions." Mais cette période inédite a aussi renforcé celles d'Alain Turby, qui voit dans le projet de construction d'un nouveau groupe scolaire une réponse au besoin d'accueillir dans les meilleures conditions les élèves. "On avait déjà conscience des choses, mais là, on a compris l'urgence de la situation, de décider rapidement. On ne peut pas être sur des logiques de 'y-a-qu'à-faut-qu'on."

Il n'y aura pas de débat entre les deux candidats

Alain Turby et Patrick Labesse se trouvent au moins un point commun : ils espèrent que la participation des habitants de Carbon-Blanc au second tour sera plus importante qu'au premier, où l'on avait observé près de 60% d'abstention. Alain Turby a souhaité un débat public, dans le respect des mesures sanitaires, mais son adversaire l'a refusé. Pas le lieu ni le moment, estime Patrick Labesse, qui est directeur d'école et explique avoir beaucoup à gérer en ce moment. "On pense que sur une commune comme Carban-Blanc (environ 8000 habitants, ndlr), un débat, ce serait de la politique-spectacle. Il n'en sortirait pas grand-chose." Pour Alain Turby, ce refus montre "la légèreté des propositions" de son adversaire, qui selon lui "ne correspondent en rien au quotidien des administrés."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu