Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Chécy : le maire Jean-Vincent Valliès de nouveau candidat, mais sans couleur politique

-
Par , France Bleu Orléans

Sans surprise, Jean-Vincent Valliès, maire de Chécy depuis 2014, annonce qu'il briguera un nouveau mandat en mars 2020. Mais l'ancien membre du PS s'affiche désormais sans aucune couleur politique.

Jean-Vincent Valliès, 64 ans, a été maire de Chécy en 2008, réélu en 2014
Jean-Vincent Valliès, 64 ans, a été maire de Chécy en 2008, réélu en 2014 © Radio France - François Guéroult

Chécy, France

Le maire de Chécy est candidat à sa propre succession : Jean-Vincent Valliès, âgé de 64 ans, l'a annoncé officiellement. Elu une première fois en 2008, réélu en 2014, il briguera donc un troisième mandat lors des municipales de mars prochain, à la tête d'une "liste citoyenne d'intérêt municipal".

Est-ce que je suis toujours de gauche ? Je me dis citoyen, voilà..."

Lors des deux précédents scrutins, Jean-Vincent Valliès était adhérent au parti socialiste et ne s'en cachait pas. Depuis, il a quitté le PS, et il entend désormais gommer toute couleur politique. "Le maire est le maire de tous les citoyens de la commune, justifie-t-il. Je crois que le maire doit se mettre à l'abri de convictions trop affirmées ou d'idéologies trop restrictives ; la fonction de maire doit embrasser toutes les sensibilités." Et lorsqu'on lui demande s'il se dit toujours de gauche, Jean-Vincent Valliès répond : "Je me dis citoyen, voilà... Je ne me laisserais pas coincer par cette question !"

Jean-Vincent Valliès pourrait ainsi profiter du nouveau règlement envisagé par le ministère de l'Intérieur, de ne plus imposer aux candidats de choisir une étiquette politique dans les communes de moins de 9 000 habitants - Chécy compte 8 700 habitants - alors qu'en 2014, ce seuil avait été fixé à moins de 1 000 habitants. Ironie de l'histoire, Jean-Vincent Valliès aura sur sa liste Isabelle Glomeron, actuelle adjointe au budget et désignée par les militants PS comme chef de file socialiste à Chécy pour ces municipales ; or, le PS dans le Loiret a violemment fustigé le projet d'abandonner les étiquettes politiques dans les communes de moins de 9 000 habitants, évoquant "une atteinte lourde à la démocratie" :

Le communiqué du Parti socialiste du Loiret sur la réforme envisagée par le ministère de l'Intérieur pour les élections municipales - Aucun(e)
Le communiqué du Parti socialiste du Loiret sur la réforme envisagée par le ministère de l'Intérieur pour les élections municipales - (Capture d'écran)

Naturellement Chécy et Orléans naturellement : un pur hasard"

La liste menée par Jean-Vincent Valliès sera intitulée "Naturellement Chécy". Ce qui fait penser au slogan dévoilé la semaine dernière à Orléans par... Olivier Carré (ex LR soutenu par LREM) : "Orléans naturellement", mais c'est un hasard, jure Jean-Vincent Valliès. "Nous ne nous sommes pas concertés, sourit-il. "Naturellement", en ce qui nous concerne, c'est un clin d’œil à la qualité de vie que nous avons à Chécy mais aussi aux enjeux de la transition écologique." Jean-Vincent Valliès reconnaît toutrefois qu'il apprécie le mode de gouvernance institué par le président d'Orléans métropole : "C'est un mode de gouvernance qui permet à chacun de participer aux débats, de coproduire l'intercommunalité et surtout à chaque commune d'être entendue et respectée dans son identité."

La liste, qui n'a pas encore été dévoilée, sera renouvelée à environ 50% par rapport à l'équipe municipale actuelle. Le programme sera co-construit avec les habitants, lors d'ateliers thématiques en janvier et février, et pourra s'appuyer sur le rétablissement des finances locales : "Nous sommes passés d'un endettement abyssal de 14 millions d'euros en 2008 à un peu plus de 2 millions aujourd'hui", écrit Jean-Vincent Valliès dans sa lettre de candidature distribuée dans les boîtes aux lettres des habitants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu