Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Chinon : y a-t-il des lingots d'or cachés pour payer la relance ?

-
Par , France Bleu Touraine

A Chinon, au second tour, le maire sortant Jean Luc Dupont tête de la liste "l'Union pour Chinon" et Laurent Baumel tête de liste de « Chinon, c’est vous » s'affrontent notamment sur la relance économique et sociale de la ville et les moyens de la financer.

Jean-Luc Dupont maire sortant et Laurent Baumel ex-député socialiste candidats à la Mairie de Chinon
Jean-Luc Dupont maire sortant et Laurent Baumel ex-député socialiste candidats à la Mairie de Chinon © Radio France - ©FBT

Au soir du premier tour de l'élection municipale le 15 mars dernier : le maire sortant Jean-Luc Dupont avait obtenu 45,85% des voix devant Laurent Baumel 37,87%.

En troisième position avec 9,50% des suffrages exprimés, la députée LREM, Fabienne Colboc n'a pas pu se maintenir et n'a donné aucune consigne de vote. Enfin la quatrième liste de Florence Torossian avait obtenu 6,77% des voix.  La participation était de 47,16% .

Relance économique et sociale pour tous ou relance ciblée 

Bien évidemment depuis le premier tour de cette élection municipale, "la crise sanitaire est passée par là" constate Jean-Luc Dupont, "le travail sur notre projet est resté concentré sur nos trois grands axes : une ville gérée avec responsabilité, une ville accueillante où il fait bon vivre et une ville avec un patrimoine préservé et embelli". Le confinement et la crise sanitaire ont mis en avant des attentes fortes des chinonais telles que les circuits courts ou la consommation locale qui ont été renforcées dans le programme du maire sortant

Laurent Baumel estime lui que "cette crise sanitaire a amené les français et les chinonais à se poser des questions sur leur modèle de vie, de civilisation, et notre projet antérieur reste en phase avec ce que l'on appelle le monde d’après... Avec mon équipe on a voulu à l’occasion de cette nouvelle élection – plus une nouvelle élection qu’un second tour de ce point de vue là – on a voulu apporté une réponse forte vigoureuse et énergique à la crise en proposant un plan d’urgence massif de 5 millions d’euros"

5 millions d’euros pris sur les finances de la communauté de communes 

Pour Laurent Baumel, tête de liste de « Chinon, c’est vous », son plan d'urgence doit permettre à tous de faire repartir l'économie locale grâce notamment à un chèque de 120 euros par personne à dépenser dans les commerces, les entreprises ou les associations locales ou encore la prise en charge de deux mois de loyer pour les TPE (entreprises de moins de 10 salariés) ou encore la gratuité des cantines : _"__un plan qui essaie de traiter la crise sur tous les niveaux"_explique Laurent Baumel 

"Un plan de relance démagogique" lui répond le maire sortant et président de la communauté de communes du chinonais. Jean-Luc Dupont rappelle que dés le 19 mai avec les autres 18 maires du chinonais, ils ont voté à l'unanimité une première ligne de crédit de 700.000 euros "avec d'abord un diagnostic des réels besoins" explique le maire sortant : "le plan qui a été voté et adopté à l’unanimité des conseillers communautaires, élaborés avec tous les maires du territoire, s’adresse d’abord à ceux qui ont été le plus frappé par la crise. Là ce qui nous est proposé c’est d’affecter une somme uniforme à tout le monde sans savoir si il a été affecté ou non".

Des anti-nucléaires dépensent l'argent de la centre d'EDF

Laurent Baumel a pointé du doigt le fait que la communauté de communes du chinonais était l'une des plus riches de France grâce aux subsides versées par la centrale nucléaire d'EDF. "A quoi sert d'avoir de l'argent qui dort sur les comptes de la communauté de communes, alors qu'il faut relancer économiquement la ville et le territoire" argumente l'ex-député socialiste.

Pour le maire de Chinon et Président de la communauté de communes : "Laurent Baumel se trompe d'élection, on élit pas le président de la communauté de communes au suffrage universelle et quant à laisser penser qu'il y aurait des lingots d'or cachés, c'est faux" dit Jean-Luc Dupont et de rappeler que l'argent est déjà affecté sur d'autres investissements (maisons de santé, le centre de loisirs intercommunal).

Enfin, le maire de Chinon trouve assez "paradoxal" que son adversaire fait état de la richesse de la communauté de communes du chinonais, "une richesse due à la présence de la centrale nucléaire" et de rappeler que l'ex député socialiste a voté en 2015 dans le cadre de la loi transition énergétique et croissance verte, la baisse de 50% de la part du nucléaire en France ce qui a pour conséquence de fermer la moitié des réacteurs de la centrale de Chinon. Enfin, Jean-Luc Dupont pointe le fait que "lorsqu'on veut capter la richesse du nucléaire, il faut se mettre en accord avec ses pensées" et de rappeler que plusieurs militants anti-nucléaires figurent sur la liste de Laurent Baumel. 

La ville de Chinon va mieux 

Jean-Luc Dupont le maire sortant a par ailleurs rappelé que sur son premier mandat "un travail de fond a été fait pour redresser les finances et sortir des emprunts toxiques" , mais les marges de manœuvre restent relativement faibles. La ville s'est aussi battue, explique encore le maire sortant pour entrer dans un dispositif national qui s'appelle cœur de ville "on est la seule ville du département à l'être : c'est un effet levier important pour faire venir à Chinon des moyens qui donneront la possibilité de financer des projets, car si on compte sur les seules capacités d'auto-financement de la ville, on sera dans l'incapacité d'avoir un projet ambitieux"

Laurent Baumel estime qu'aujourd'hui la ville dispose d'une marge de manœuvre "_de 800 000 à 1 millions d'euros pour faire des travaux, augmenter le budget des associations, c'est suffisant pour faire des choix politiques intéressants__, je propose de rétablir dans les écoles deux postes d'ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) qu'il a f_allu supprimer au moment du règlement des emprunts toxiques".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu