Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Dieppe : l'enjeu de l'attractivité économique et touristique

Ils sont cinq candidats à briguer la mairie de Dieppe aux prochaines élections municipales de mars 2020. Dans ce bastion communiste, le maire sortant allié aux écologistes fait campagne sur son nom pour la première fois. La droite part divisée et l'extrême droite veut jouer les trouble-fête.

5 candidats à la conquête de la mairie de Dieppe.
5 candidats à la conquête de la mairie de Dieppe. © Radio France - Christine Wurtz

Nicolas Langlois, 36 ans, fait campagne dans son jardin à Neuville. Au marché, on l'appelle "Monsieur le Maire" mais au bistrot du coin, tout le monde lui fait la bise. "C'est mon quartier ici, confie l'ancien contrôleur des douanes arrivé à Dieppe il y a 13 ans. C'est le café où je viens très régulièrement pour discuter et voir les copains." Premier adjoint au maire jusqu'en 2017, il a succédé au communiste Sébastien Jumel devenu député. 

Il fait campagne pour la première fois sur son nom, avec les écologistes et sur un bilan qu'il juge satisfaisant, "notamment les deux projets de renouvellement urbain sur Neuville-Nord et le Val Druel [...] et puis on a préservé un fort maillage de services publics municipaux. Dans tous les quartiers on a préservé tous nos bureaux de poste et ça c'est le fruit d'une longue bataille avec les habitants, les postiers et les syndicats"

La droite part divisée au premier tour

La ville peine pourtant à retenir ses habitants. Dieppe est passé sous la barre des 30 000. Une pression fiscale trop forte, un taux de chômage trop élevé en ville (23%), plus assez de médecins, voilà le diagnostic que pose André Gautier, 54 ans. Membre des Républicains, conseiller municipal d'opposition, conseiller communautaire et vice-président du Conseil Départemental de la Seine-Maritime, il était déjà candidat en 2014. "Dès le lendemain de cette élection, je me suis attelé à rassembler tous ceux qui voulaient incarner une opposition unie", raconte ce natif de Dieppe, qui habite le quartier de Janval. 

Restaurer l'attractivité de la ville

Pour l'union de la droite au premier tour, c'est raté. Après un an de réflexion sur un projet commun, André Gautier s'est fait doubler par Dominique Garçonnet. A 59 ans, l'ex-président de la Chambre de Commerce et d'Industrie qui roule en "Alpine" conduit une liste "apolitique et citoyenne", assure le candidat. C'est vrai qu'il n'appartient à aucun parti, mais il est officiellement soutenu par le Modem et la REM. 

"Ce qui m'importe c'est l’intérêt général et l'intérêt de la ville de Dieppe en priorité, donc j'ai demandé a chacun de mettre ses convictions et étiquettes de côté et je crois que c'est ce qui fait la force du groupe", explique le candidat. 

Son maître mot c'est l'attractivité. Touristique, avec un projet de thalassothérapie, et économique : "Nous avons un projet d’entreprise en lien avec le C.N.R.S autour des ressources agro-marines".  Et pour aider les entreprises à recruter, un projet d'aide aux étudiants qui quitteraient Dieppe pour leurs études à condition qu'ils reviennent travailler pendant quelques années dans les entreprises du bassin. 

André Gautier lui, commanderait un audit financier pour commencer : "Quand on me dit comment vous pouvez faire, je réponds qu'on va faire comme au département parce qu'on a pu réduire les dépenses de fonctionnement au département" explique le vice-président du Conseil Départemental. 

A l’extrême droite, Louis-Armand de Béjarry, 41 ans, parachuté à Dieppe, n'espère pas prendre la mairie mais faire entendre la voix du Rassemblement National au conseil municipal. En 2014, son prédécesseur avait obtenu 9,7% des voix, il espère faire mieux. "Déjà dépasser les 10% bien sûr, et au conseil municipal porter la voix d'un rééquilibrage de Dieppe. Du social il faut en faire parce qu'on ne peut pas laisser les gens sur le bas-côté mais ça ne doit pas se faire au détriment des finances municipales."

Un cinquième candidat se présente a Dieppe : Eric Moisan pour Lutte Ouvrière.

Ecoutez la carte postale à Dieppe

Les municipales 2020 à Dieppe.
Les municipales 2020 à Dieppe. © Radio France - Jade Peychieras
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu