Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Grasse : l'eau, le logement, le stationnement et le dynamisme économique au cœur des enjeux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur

Nous sommes à Grasse toute cette semaine pour notre tour des Alpes-Maritimes à quinze jours des élections municipales. Nous sommes allés à la rencontre des habitants de la sous-préfecture, quatrième ville du département en terme de population, pour leur demander quelles sont leurs attentes.

Le centre historique de Grasse
Le centre historique de Grasse © Radio France - Marion Chantreau

La campagne pour les élections municipales bat son plein à Grasse, sous-préfecture des Alpes-Maritimes, quatrième ville du département avec un peu plus de 50.000 habitants. De lundi à jeudi nous vous proposons des reportages sur des thématiques qui préoccupent les électeurs. Jeudi soir 19h, un débat aura lieu entre candidats sur France Bleu Azur, à écouter en direct à la radio. 

La qualité de l'eau en question

Un sujet occupe les esprits depuis plusieurs mois, dans cette commune du Moyen Pays, c'est la qualité de l'eau. Depuis mi-octobre, un parasite a rendu malades 150 personnes dans le bassin grassois provoquant diarrhées, vomissements... Une bonne partie de la ville est alimentée par l'eau du Foulon, la source concernée par le parasite. Les habitants s'interroge sur le traitement de l'eau, réclament un remboursement de la facture d'eau potable, le syndicat intercommunal de l'eau et SUEZ ont finalement accédé à cette demande. 

Reportage

Plus de 60 % des habitants de Grasse ne sont plus concernés par les mesures de précautions suite à la purge du réseau et à la déviation d’alimentation en eau vers une autre source. Seuls les quartiers les Hautes Ribes, Centre Historique, Centre-Ville sauf l’ouest, le secteur Pierre Sémard de St Claude, Plateau Roquevignon, La Marbrière, St Christophe, St Jean, le nord de St Mathieu et Magagnosc doivent faire bouillir l'eau avant de la boire. 

Un manque de logements sociaux 

La ville compte aujourd'hui 14,7% de logements sociaux. Le contrat de mixité sociale passé avec la préfecture en prévoit 15% dans 2 ans. Comment répondre à la demande de logements?  Construire du neuf ou réhabiliter l'ancien? Densifier le centre-ville ou privilégier l'habitat en périphérie ? Les habitants sont partagés. Le centre médiéval est mal entretenu, le constat revient dans toutes les bouches, l'habitat y est dégradé, parfois insalubre, on nous parle de "marchands de sommeil", de "_bâtiments qui menacent de s'effondrer". Le Vieux Grasse est à l'abandon, et les Grassois le regrettent, "la réhabilitation doit aller plus vite, s'accompagner d'une mise en valeur, il faut créer des parcs de jeux pour enfants, redynamiser le centre ville"_ confient certaines familles.

Reportage

Le stationnement compliqué 

Dans le centre-ville, une fois passée les 30 minutes gratuite, le stationnement est payant, via les horodateurs ou des parkings et ça ne plait pas beaucoup. En périphérie, il y a des rues où l'heure de stationnement est gratuite, deux parkings où le tarif est réduit le samedi mais ça ne suffit visiblement pas : "je suis retraitée , je marche encore, j'ai 75 ans heureusement mais on ne peut plus stationner, les zones bleues ont disparu, et c'est 2,50 euros l'heure. Et les transports en commun ont diminué". Résultat, les habitants des quartiers périphériques viennent le moins possible dans le centre historique. Le marché, ils préfèrent le faire à Mougins ou Mouans-Sartoux et fréquenter les grandes surfaces ou les centres commerciaux. Les pistes cyclables, au vu du relief, ce n'est pas la priorité, la circulation automobile domine. Des habitants regrettent la disparition de navettes gratuites et souhaiteraient davantage de bus dans la partie haute de la ville.

Reportage

Les petits commerces ferment

La ville est surnommée "la cité des parfums", la parfumerie est une activité économique historique, elle demeure aujourd'hui le principal pôle industriel de la ville. Parmi les autres secteurs d'activité, il y a la grande distribution alors que le petit commerce lui est de plus en plus menacé, regrettent habitants. Deux gros projets d'urbanisme sont en cours  : la livraison prochaine d'une médiathèque dans le secteur du Rouachier et l'aménagement d'une zone d'activité commerciale dans le secteur Martelly en centre-ville, les travaux vont durer 7 ans pour accueillir un cinéma multiplexe, un supermarché, des petits commerces, des logements, ça ne convainc pas tout le monde.

reportage

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu