Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

SONDAGE - Municipales à Grenoble : Piolle toujours devant, Carignon 2e, Noblecourt prend la 3e place

-
Par , France Bleu Isère

Le nouveau sondage IPSOS Sopra Steria pour France Bleu Isère et le Dauphiné Libéré confirme la dynamique d'Éric Piolle (36%), qui gagne encore des points dans les intentions de vote au premier tour. Alain Carignon reste 2e (20%), mais la surprise vient d'Olivier Noblecourt, désormais 3e, (19%).

Le nouveau trio de tête selon notre sondage Ipsos Sopra Steria : Piolle-Carignon-Noblecourt
Le nouveau trio de tête selon notre sondage Ipsos Sopra Steria : Piolle-Carignon-Noblecourt © Maxppp - Maxppp

Après celui de septembre, voici le 2e sondage IPSOS Sopra Steria pour France Bleu Isère et Le Dauphiné Libéré. Éric Piolle, le maire écologiste sortant arrive en tête avec 36% des intentions de vote au premier tour. Il est en progression. Alain Carignon reste deuxième à 20 %. Olivier Noblecourt, pour Grenoble Nouvel Air, prend la troisième place avec 19%. Emilie Chalas, la député LREM voit les intentions de vote pour elle se tasser un peu avec 16%. Elle est désormais quatrième.

La dynamique Piolle, prime au sortant

Éric Piolle est donc loin devant avec des intentions de vote très fortes pour un premier tour. Et il creuse l'écart :  32% en septembre, 36% cette fois-ci. Le maire de Grenoble capitalise sur son positionnement atypique, le seul maire écologiste d'une grande métropole. Il capitalise aussi sur le rassemblement politique qu'il a organisé autour de sa candidature. Et puis l'air du temps fait que ses thématiques préférées sont au centre des programmes de tous : l'écologie, la question des modes de transport. Il profite aussi d'un vote très acquis chez les jeunes, mais beaucoup plus timoré chez les plus de 60 ans, peut-être une fragilité en cas de faible participation ? Son autre écueil : le regard des grenoblois sur son bilan. Cette perception est beaucoup moins favorable que dans les autres villes de plus de 50.000 habitants.

L'opinion des grenoblois sur le bilan de l'équipe sortante - Radio France
L'opinion des grenoblois sur le bilan de l'équipe sortante © Radio France - Ipsos Sopra Steria

Alain Carignon, le plafond de verre ?

Alain Carignon, deuxième, reste le challenger. Son score est le même que lors du sondage de septembre. Mais ce vote stable est aussi en trompe l’œil, car en septembre nous avions testé une autre liste à droite, étiquetée Les Républicains. Or cette liste ne s'est finalement pas montée, et malgré cela, cette réserve potentielle de 6 points n'est pas venue dans le score Carignon. 

Pourtant Christian Jacob, le patron de LR avait clairement apporté son soutien à la liste "La Société Civile avec Alain Carignon". Depuis ce sondage de septembre, autre fait politique, Alain Carignon est revenu dans le conseil municipal de Grenoble, sans effet notable a priori. Un atout pour l'ancien maire de Grenoble : les intentions de vote lui sont beaucoup plus favorables chez les personnes âgées, qui se mobilisent traditionnellement plus le jour de l'élection.

L'opinion des grenoblois sur leurs candidats - Radio France
L'opinion des grenoblois sur leurs candidats © Radio France - Ipsos Sopra Steria

Olivier Noblecourt, outsider en grande forme

C'est le fait marquant et la tendance nouvelle par rapport au précédent sondage : surprise, la troisième place est pour Olivier Noblecourt, avec 19% d'intentions de vote. Il double quasiment le score d'une liste de gauche alternative à Eric Piolle, étiquetée "PS" en septembre. Elle était testée à 11 points à ce moment-là. Le voilà à 19. Il y a donc bien un effet Noblecourt, avec son nom, des soutiens de plusieurs partis politiques bien implantés à Grenoble, et une campagne très pugnace.

Émilie Chalas, une campagne pleine d'embûches

Des questions se posent en revanche sur la stratégie d'Émilie Chalas. La candidate investie par LREM voit ses intentions de vote se tasser : 16% contre 18 en septembre. Elle semble en perte de vitesse, et voit sa campagne contrariée par des exactions (dégradations du local, agression des militants qui tractent), et par des couacs en interne. Comme les départs pour des raisons différentes de deux co-listières (Louisa Ben Fakir et Marie-Claire Nepi). Sur quel ressort peut-elle jouer ? Elle a déjà reçu un grand nombre de soutiens de membre du gouvernement, en déplacement à Grenoble. A moins de tenter quelque chose avec Olivier Noblecourt ? Leurs deux scores additionnés font 35, soit un point seulement derrière Éric Piolle. Mais leur volonté d'alternance ira-t-elle jusqu'à travailler ensemble ? Rien n'est moins sûr.

Les autres votes, rien de déterminant

Autre fait politique de la campagne et de ce sondage : les deux listes de Mireille d'Ornano et de Damien Berthélémy ne font que 2 et 3 %, respectivement. Stables par rapport à septembre. La liste "La Commune est à Nous" ne perce pas (1%), malgré les différentes assemblées générales, et surtout ne capitalise pas par rapport à une liste d’extrême-gauche / Gilets Jaunes testée "théoriquement" en septembre dernier, et crédité à l'époque de 7 points. Lutte Ouvrière fait 2%.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu