Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Lille : ce qu'il faut retenir du débat organisé à Science-po ce mardi

-
Par , France Bleu Nord

Cinq des neuf candidats qui briguent la mairie de Lille (Nord) se sont retrouvés ce mardi soir dans le grand amphi de Science-Po Lille pour un débat de 2h sur les thèmes du logement, de la sécurité et de l'environnement. Voici ce que l'on peut en retenir.

Les cinq candidats au débat de ce mardi soir à Science-Po Lille. De gauche à droite : Marc-Philippe Daubresse (LR), Violette Spillebout (LREM), Julien Poix (LFI), Stéphane Baly (EELV), Martine Aubry (PS)
Les cinq candidats au débat de ce mardi soir à Science-Po Lille. De gauche à droite : Marc-Philippe Daubresse (LR), Violette Spillebout (LREM), Julien Poix (LFI), Stéphane Baly (EELV), Martine Aubry (PS) © Radio France - Benedicte Robin

Le grand amphi de Science-Po Lille (Nord) a accueilli ce mardi soir cinq des neuf candidats déclarés à la mairie de Lille pour les élections municipales des 15 et 22 mars prochains pour un débat de deux heures sur leurs projets pour la ville. 

Les cinq candidats présents (par ordre alphabétique) :

  • Martine Aubry, maire socialiste sortante, "Lille en commun, Lille en confiance"
  • Stéphane Baly, tête de liste Europe Ecologie les Verts (Générations.s), "Lille verte 2020"
  • Marc-Philippe Daubresse, sénateur Les Républicains du Nord, "C'est le moment"
  • Julien Poix, tête de liste La France Insoumise, "Décidez pour Lille"
  • Violette Spillebout, tête de liste La République en Marche (Modem, UDI), "Faire respirer Lille"

Trois thèmes ont été abordés : le logement, la sécurité et l'environnement. Voici ce que l'on peut retenir de leurs principales propositions.

Le logement

Les cinq candidats semblent s'accorder pour dire qu'il faut mettre un coup de frein à la construction dans la ville et concentrer les efforts sur la rénovation de l'existant, notamment la rénovation thermique. Le constat également du manque de logements étudiants pour une grande ville universitaire comme Lille fait l'unanimité.

Parmi les propositions fortes, on peut citer celle de la candidate en Marche Violette Spillebout qui veut construire 6 000 logements intergénérationnels avec des personnes en situation de handicap, des familles et des étudiants.

Le candidat insoumis Julien Poix souhaite mettre en place la réquisitions de logements vides. Il donne l'exemple des anciens locaux de Science-Po Lille.

Stéphane Baly, le candidat écologiste compte de son côté lancer un état des lieux des logements vacants et les logements indignes. Il veut par ailleurs diminuer la construction de bureaux dans la ville.

Martine Aubry de son côté défend son bilan, rappelant qu'elle a inauguré autant de logements neufs que de logements rénovés : 23 000. 

La maire sortante prévoit de construire 8 000 nouveaux logements pour son prochain mandat et rénover 13 000 logements

Concédant toutefois qu'il persiste un réel problème de logement pour les étudiants.

De gauche à droite : Julien Poix (LFI), Stéphane Baly (EELV), Martine Aubry (PS) - Radio France
De gauche à droite : Julien Poix (LFI), Stéphane Baly (EELV), Martine Aubry (PS) © Radio France - Bénédicte Robin

La sécurité

La sécurité est sans doute le thème où les clivages entre les candidats sont les plus palpables, en particulier sur les questions du développement de la vidéo-surveillance et l'armement des policiers municipaux.

D'un côté, Violette Spillebout (LREM) et Marc-Philippe Daubresse (LR) défendent le développement des caméras de surveillance qu'ils considèrent indispensable dans le dispositif de sécurité. Le sénateur du Nord insistant sur le chiffre "d'une caméra pour 500 habitants", assorti d'un centre de supervision urbain

Ces deux candidats sont également favorables à l'armement des policiers municipaux pour leur propre sécurité et celles des habitants.

En face d'eux, Stéphane Baly (EELV) et Julien Poix (LFI) affirment leur ferme opposition à la vidéo-surveillance qui d'après eux n'aurait pas fait ses preuves et mettent au contraire en avant la nécessité de l'humain, des effectifs et du lien entre police et population. Par ailleurs, la police municipale n'a pas vocation à être armée pour eux. Elle n'a pas les mêmes missions que la police nationale et de ce fait la question de l'armement ne se pose pas.

Là dessus, ils sont rejoints par la maire sortante toujours opposée à l'armement de la police municipale. Martine Aubry se dit en revanche favorable au développement des caméras en ce qu'elles permettent de "dissuader" ou de retrouver les auteurs d'infractions. Elle se défend d'avoir changé de philosophie à ce sujet et rappelle que Lille compte plus de 6 000 caméras sur son territoire.

Enfin, tous s'accordent à dire qu'il manque des effectifs de policiers municipaux. Aujourd'hui, il y a 120 agents. Tous s'engagent à augmenter ce chiffre.

Marc-Philippe Daubresse (LR) et Violette Spillebout (LREM) - Radio France
Marc-Philippe Daubresse (LR) et Violette Spillebout (LREM) © Radio France - Bénédicte Robin

L'environnement

L'environnement est le sujet transversal de ces élections. Tous les candidats font le constat de l'urgence à agir contre les dérèglements climatiques et plus particulièrement à lutter contre la pollution que subit la ville de Lille.

Parmi les ambitions mises en valeur par les candidats, outre les plantations d'arbres et la création ou l'agrandissement de parcs : le développement des mobilités douces et en premier lieu le vélo et les pistes cyclables. Violette Spillebout par exemple souhaite mettre l'accent sur les voies express pour vélo, à savoir des pistes sans rupture qui permettent des trajets entièrement sécurisés. Une autre de ses propositions serait de rendre piéton une bonne partie du centre-ville et de construire des sortes de parking-relais proches des transports pour permettre de le rejoindre.

Une des propositions majeures du candidat La France Insoumise est la gratuité des transports en commun pour tous. Il chiffre la mesure à 100 millions d'euros

Martine Aubry a la même ambition mais son projet serait de rendre la gratuité progressive en commençant par les étudiants, les bénéficiaires du RSA, les personnes handicapées notamment. Selon la socialiste, tant qu'il n'y a pas le doublement des rames de métro, la mesure ne serait pas envisageable pour tous.

L'écologiste Stéphane Baly ne dit pas qu'il veut bannir la voiture mais affirme clairement son ambition de réduire drastiquement le nombre de véhicules en ville et de rendre Lille "100% cyclable".

Marc-Philippe Daubresse souhaite pour sa part lancer une grande mobilisation citoyenne autour d'un "Green New Deal" tout en soulignant que beaucoup des sujets qui touchent à l'environnement à commencer par les transports et la mobilité en général se décident au niveau de l’intercommunalité et donc de la métropole.

Et Saint-Sauveur ?

Le débat s'est conclu sur la question de l'avenir de la friche Saint-Sauveur. Hormis le candidat Insoumis Julien Poix qui ne veut voir aucune construction sur le site, les  autres candidats proposent un site mixte qui où la nature serait préservée mais où il pourrait y avoir des logements. La différencejauge se fait sur la surface bâtie et sur la surface laissée en parc.

Les absents du débat

Eric Cattelin-Denu, candidat du Rassemblement National était convié à ce débat mais n'a pas souhaité s'y rendre.

Trois autres candidats sont en lice et n'ont pas été conviés (par ordre alphabétique) :

  • Nicole Baudrin, Lutte ouvrière, "Faire entendre le camp des travailleurs"
  • Pierre Buissart, sans étiquette.Alexandre Chantry, NPA, "Resitance anticapitaliste"
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu