Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Lille : la droite et le centre s'unissent avec un trio inattendu

-
Par , France Bleu Nord

Marc-Philippe Daubresse, sénateur LR et candidat au fauteuil de maire à Lille, a enregistré deux ralliements : le chef de fil de l'opposition de droite au conseil municipale et la députée (ex-LREM) Valérie Petit.

Thierry Pauchet, Marc-Philippe Daubresse et Valérie Petit présentent leur union pour les Municipales, le 31 janvier 2020
Thierry Pauchet, Marc-Philippe Daubresse et Valérie Petit présentent leur union pour les Municipales, le 31 janvier 2020 © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est un premier rebondissement de campagne. Ce vendredi 31 janvier, Thierry Pauchet, recevait à son domicile du Vieux-Lille, ses nouveaux camarades de lutte électorale pour faire que Martine Aubry quitte le beffroi de Lille le soir du 22 mars. Le chef de file du groupe d'opposition de droite au conseil municipal, "Un autre Lille", annonce son ralliement à Marc-Philippe Daubresse, le rival qualifié encore il y a peu de "parachuté" dans l'élection lilloise après avoir dirigé la ville voisine de Lambersart pendant une trentaine d'années : 

On s'est rendu compte qu'on avait tout intérêt à être ensemble. Aujourd'hui, Marc-Philippe Daubresse est Lillois-acceptable.

Daubresse et sa promesse faite à son père

Et le sénateur LR du Nord en rajoute toujours plus sur son enracinement lillois : "Quelqu'un qui est né à Lille, qui a fait toutes ses études à Lille, a habité dans quatre quartiers différents de Lille, c'est pas un parachuté. ! " La tête de liste de cette nouvelle union de la droite humaniste et du centre joue également sur la corde familiale : 

J'ai dit à mon père : je reviendrai à Lille et c'est un pacte que j'ai passé avec lui.

Marc-Philippe Daubresse qui reconnaît avoir "commis des erreurs au début de la campagne. J'aurais dû discuté autrement avec Thierry".

Il faut jeter les rancunes à la rivière. M.-P. Daubresse

Le culte de la personnalité de V. Spillebout

Mais le principal invité surprise de cette nouvelle union était la député Valérie Petit, qui vient de quitter la République en Marche même si elle précise voter "toutes les lois de la majorité présidentielle et [soutenir] Emmanuel Macron jusqu'au bout". La parlementaire dont la circonscription est à cheval sur Lille et Marcq-en-Baroeul affirme vouloir porter haut ses idées en terme de transition écologique et de démocratie locale. Quid de Violette Spillebout qui était sa rivale pour l'investiture de LREM l'été dernier et qui l'a battue dans cette compétition :  

Je ne suis pas mauvaise perdante, je suis assez passionnée par Lille depuis 25 ans

"Ne voyant pas représenter mes idées et propositions importantes pour les Lillois, je n'ai pas lâcher l'affaire", ajoute la parlementaire qui ne cache une forte animosité avec la tête de liste LREM avec laquelle cette liste de droite pourrait pourtant bien fusionner. Valérie Petit n'a pas été très claire sur sa possibilité alors d'être présente sur une liste union de la droite-LREM à l'issue du premier tour. Elle lance au passage une pique destinée à Violette Spilebout : 

Quand je vois ce que font ceux qui se revendiquent du nouveau monde avec le culte de la personnalité.

Allusion à un récent tweet de la candidate macroniste avec son portrait déjà peint.

Valérie Petit qui figurera en 2ème position sur cette liste, Thierry Pauchet occupant la 3ème place derrière Marc-Philippe Daubresse, qui vise la fauteuil de maire : "je n'envisage pas un instant l'hypothèse d'être derrière Mme Spillebout", lance le sénateur LR qui ajoute qu'il n'est "pas candidat a priori à la présidence de la Mel (Métropole Européenne de Lille). Dans le contexte actuel, je ne suis pas l'homme de la situation pour la Mel".

A noter que le président (ex-LR) du conseil départemental du Nord, Jean-René Lecerf, qui avait mené la liste de droite en 2014 à Lille, soutient du bout des lèvres ce trio : "Je veux bien qu'ils disent que je les soutiens au premier tour, par amitié et par solidarité, mais mon choix est fait pour le second,(...) mon soutien est acquis à Martine Aubry au second tour, quelle que soit la configuration".  Celui qui est toujours membre du conseil municipal de Lille, dans l'opposition (mais qui n'a jamais caché entretenir de bonnes relations avec la maire PS de Lille) se dit même prêt à parier que M. Daubresse ne sera jamais maire de Lille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess