Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Lille : le camp Aubry réplique aux attaques d'EELV

-
Par , France Bleu Nord

Mercredi matin, Stéphane Baly, tête de liste "Lille Verte 2020" accusait Martine Aubry de mensonge pour rejeter la faute sur l'absence de fusion de listes sur ses partenaires historiques écologistes. Ce jeudi matin, le camp de la maire sortante répond.

Audrey Linkenheld, ancienne députée PS, candidate sur la liste Aubry, était chargée des négociations avec EELV.
Audrey Linkenheld, ancienne députée PS, candidate sur la liste Aubry, était chargée des négociations avec EELV. © Maxppp - Vincent Isore

C'est elle qui a dirigé la tentative de fusion entre les listes Aubry et Baly ces derniers jours. Audrey Linkenheld, ancienne députée PS, actuelle adjointe au maire, et présentée comme potentielle dauphine de Martine Aubry, à terme. La maire sortante a décliné, pour des raisons personnelles, l'invitation lancée par France Bleu Nord pour ce jeudi matin, c'est donc Audrey Linkenheld qui a répondu aux attaques d'EELV qui estime que jamais, la maire sortante n'a souhaité une fusion de listes : "Les faits sont têtus et c'est important de les rétablir"

J'espère qu'ensuite nous pourrons quitter la cour de récréations et ensuite nous intéresser à ce qui intéresse vraiment les Lillois : le meilleur projet pour l'avenir de Lille et la meilleure équipe pour le porter.

"Martine Aubry et sa liste a toujours dit qu'elle était favorable au rassemblement. Nous avons toujours dit que nous étions favorables à un rassemblement plus large y compris EELV". L'ex députée raconte les coulisses de ces discussions avortées : "On s'est vu à de nombreuses reprises avant et après le 1er tour, deux fois le 16 mars dont une fois avec Martine Aubry. Nous nous sommes revus lorsque la date du second tour a été connue", explique Audrey Linkenheld qui souligne l'ultime point de blocage, selon elle : 

Nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord parce que les écologistes parce qu'ils n'ont jamais voulu évoluer sur la répartition des sièges. 

"Ils se sont arc-boutés sur le principe de la proportionnelle qui n'est pas le principe d'une élection municipale qui se fait au scrutin majoritaire avec une prime majoritaire pour la liste arrivée en tête. C'est la raison pour laquelle on part de manière autonome au 1er tour pour arriver en tête et avoir cette prime majoritaire et tenir compte du rapport de forces au 1er tour".

Confiance affichée

Fort du score du 1er tour (30%), la liste "Lille en confiance, Lille en commun" croit en la victoire le 28 juin : "Nous partons confiants dans cette élection, confiants dans notre capacité à rassembler encore plus les Lillois".

Ce n'est pas un échec pour l'équipe de Martine Aubry, c'est un échec qui revient à la liste écologiste. 

"Je peux comprendre que les électeurs attachés à cette alliance soient perturbés, mais qu'ils ne s'inquiètent pas encore un fois, le projet que nous portons est un projet de transition écologique, de justice sociale et un projet pour que cette ville reste en mouvement sur le plan culturel et économique".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess