Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales : à Lille, les candidats s'attendent à rejouer les deux tours de scrutin

-
Par , France Bleu Nord

Aucun des principaux candidats à Lille ne croit à un second tour organisé fin juin. La plupart se préparent à rejouer les deux tours de scrutin à l'automne, si la situation sanitaire le permet.

Martine Aubry (PS), Stéphane Baly (EELV) et Violette Spillebout (LREM)
Martine Aubry (PS), Stéphane Baly (EELV) et Violette Spillebout (LREM) © Radio France - Cécile Bidault, Stéphane Barbereau, François Cortade

Personne n'a la tête à cela, évidemment. Violette Spillebout, la candidate LREM, explique que "beaucoup (de membres de son équipe de campagne) sont malades. On prend des nouvelles des uns, des autres, certains sont seuls. Je passe beaucoup d'appels chaque jour". Et puis, les réunions au local de campagne ont laissé la place à des visioconférences, comme samedi dernier : 

Dans ce contexte, la candidate plaide pour un report du scrutin à l'automne, en rejouant alors les deux tours : 

C'est une bonne chose si ces élections peuvent être décalées.

"Les Lillois sont préoccuppés d'abord par l'épidémie, la reprise de l'activité. Beaucoup, qui sont dans notre équipe, connaissent des situations difficiles aujourd'hui. Ils auront peu la tête aux élections municipales".

Violette Spillebout, entourée de Nicolas Lebas et Benard Charles
Violette Spillebout, entourée de Nicolas Lebas et Benard Charles © Radio France - Stéphane Barbereau

Aucune des trois listes ayant dépassé les 10% à Lille n'avvait déposé sa liste en vue du second tour. Les négociations n'avaient pas débuté non plus entre le PS et EELV, alliés pour gérer le beffroi depuis 2001. De simples discussions ont lieu le lendemain matin du 1er tour entre les écologistes et La France Insoumise, arrivée quatrième du scrutin (9%), suivies d'autres discussions l'après-midi entre Martine Aubry et Stéphane Baly rapidement écourtées en raison de la crise du coronavirus et de l'allocution présidentielle le soir même qui annonçait le report du second tour et le début du confinement du pays. Des échanges qui n'auguraient en rien, affirment les participants des alliances éventuelles : "Je n'ai pas eu de contact avec EELV, confirme Violette Spillebout qui renouvelle son offre d'alliance : s'ils veulent relever les défis écologique et sociaux, ils doivent se présenter seuls ou avec moi".

Forcément la tête ailleurs

Chez Europe Ecologie Les Verts, on a beau être auréolé d'une très prometteuse deuxième place lors du 1er tour (25% contre 30% pour la maire sortante PS Martine Aubry), on n'a pas non plus la tête à une nouvelle campagne explique la tête de liste, Stéphane Baly

Aujourd'hui, le temps n'est pas à une campagne politique.

Stéphane Baly, lors de la présentation du programme EELV pour les Municipales 2020 à Lille
Stéphane Baly, lors de la présentation du programme EELV pour les Municipales 2020 à Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

"Je pense qu'il faut laisser passer la trêve estivale et au plus tôt, à la rentrée prochaine, nous démarrerons une campagne pleine et entière. Le principal message est de prendre soin des autres et de rester chez soi". Le candidat penche même pour un regroupement des élections municipales avec les futures élections régionales et départementales en mars 2021.

Daubresse prêt à repartir

Le sénateur Les Républicains Marc-Philippe Daubresse ne décolère toujours pas après la décision du gouvernement d'avoir maintenu le 1er tour des élections municipales : "ça a été une grossière erreur", explique le parlementaire qui s'est abstenu, pour cette raison précise, lors du vote de la loi instaurant l'état d'urgence sanitaire.

L'option la plus logique [est] que la liste que j'ai présentée se représente.

Marc-Philippe Daubresse, candidat Les Républicains aux élections municipales de Lille
Marc-Philippe Daubresse, candidat Les Républicains aux élections municipales de Lille © Radio France - Stéphane Barbereau

"Nous estimons que nous n'avons pas eu la mobilisation d'une bonne partie de notre électorat", précise l'ancien maire de Lambersart qui vise notamment les persones âgées qui ne se seraient pas rendues à l'isoloir par crainte d'être contaminées par le coronavirus. Mais c'est aussi un moyen de ne pas assumer le pire score pour un candidat de droite à Lille avec seulement 8% des voix. La candidate LREM a sans doute capté l'électorat de droite traditionnel.

Enfin, talonnée par EELV le 15 mars, la maire sortante, Martine Aubry, est arrivée en tête (30% des voix) et n'a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess