Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales à Lille : menacée par EELV, Martine Aubry passe à l'offensive

-
Par , France Bleu Nord

La maire de Lille dénonce les incohérences du programme écologiste qu'elle qualifie de "décroissant" et enregistre de nouveaux soutiens d'homme politique de droite et de personnalités locales.

Martine Aubry, maire PS de Lille lors de la campagne municipale 2020, le 24 juin
Martine Aubry, maire PS de Lille lors de la campagne municipale 2020, le 24 juin © Radio France - Stéphane Barbereau

Il y a encore quelques jours, Martine Aubry semblait en difficultés, un brin abattue face au risque de défaite pour le second tour des élections municipales, dimanche 28 juin. Ce mercredi midi, elle est apparue combative lors d'une conférence de presse réunissant certains de ses colistiers et plusieurs personnalités locales : 

Autour de la maire actuelle, des patrons de bar et restaurants (Monique du bar "le cheval blanc" à Wazemmes, le chef étoilé Florent Ladeyn, l'ancien patron du Zénith de Lille et de l'Olympia à Paris Arnaud Delbarre, le président du Secours Populaire, Jean-Louis Callens,...). Les commerçants étaient aussi représentés et 130 d'entre eux ont signé un appel à voter pour Martine Aubry : Elle "est la seule capable de faire la promotion de notre ville partout en France, en Europe et dans le monde".

Nous rejetons les discours de décroissance, d'une ville repliée sur elle-même que portent ses adversaires.

"Nous rejetons le grand bond en arrière qui annulerait 20 ans de fierté retrouvée".

Manque de cohérence d'EELV

Martine Aubry a rappelé son programme : "faire de Lille une ville sociale et durable, c'est la priorité des priorités", soulignant qu'elle n'avait pas changé de programme suite au coronavirus et à la crise économique : "on a parlé dès le début de l'emploi et de la santé". Elle en a profité pour faire deux ajouts : un plan 1000 apprentis embauchés d'ici l'automne et un plan pour les stagiaires qui souffrent de la crise économique. Puis, elle a attaqué le modèle de développement de la ville selon Stéphane Baly (EELV) : 

La ville ne peut pas s'arrêter de croître. On devrait supprimer les commerces ? Ne plus faire d'enfants ? 

"Oui, l'attractivité de la ville est une bonne chose", ajoute la maire sortante PS.

Elle a également pointé les incohérences d'EELV qui a répondu aux propositions de la liste La France Insoumise (éliminée à l'issue du 1er tour mais qui a voulu peser dans le débat en discutant avec les listes PS et EELV uniquement des points de programme) : "Qu'est-on prêt à faire pour avoir des voix ? Si on dit, on passe de 25% à 30% de logements sociaux, ça veut dire qu'on construit 5 000 nouveaux logements".

Ce n'est pas aujourd'hui que je vais faire des petits arrangements. Où est la cohérence ?

Nouveau soutien à droite

Martine Aubry qui a également enregistré ce mercredi le soutien, attendu, de Jean-René Lecerf, le président divers droite du département du Nord, candidat face à elle en 2014 qui égratigne aussi la tête de liste EELV : 

Stéphane Baly a un fil rouge : celui de la décroissance.

Jean-René Lecerf, président du conseil département du Nord
Jean-René Lecerf, président du conseil département du Nord © Radio France - Emma Sarango

"Deux dangers guettent les collectivités : l'extrémisme et l'amateurisme (...). Depuis le début de la crise sanitaire, Martine Aubry s'est démultipliée pour sa ville". 

Je préfère prendre comme capitaine Maud Fontenoy que Bibi Fricotin

Baly "profondément déçu"

Chez Europe-Ecologie-Les Verts, on sourit "jaune" face à ces attaques. Stéphane Baly manie d'abord l'ironie, estimant que son programme est caricaturé : "non, je ne mange pas les chats !" puis se dit "profondément déçu" par Martine Aubry : 

J'attendais de la Ministre qu'elle a été plus de hauteur. Elle est tombée bien bas. 

Sur la promesse de 30 de logements sociaux, le candidat écologiste affirme que "c'est réalisable en rénovant des logements anciens et en les convertissant en logement social. De même, les m2 de bureaux vides peuvent muter en logement social", selon lui.

Et pendant ce temps, chez Violette Spillebout...

La campagne est animée à gauche, chez La République en Marche, on tente donc d'exister malgré les appels de plusieurs élus de droite à voter Aubry. Ce mercredi après-midi, c'est le président de la fédération LR du Nord, Sébastien Huyghe (qui avait été tête de liste malheureuse de la droite en 2008 face à Martine Aubry) qui a apporté son soutien à la liste "Faire Respirer Lille" de Violette Spillebout : 

Les trois candidats débattront une dernière fois ce jeudi, à 18h, sur France 3 Nord-Pas-de-Calais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu