Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Marseille : Yvon Berland menace un journaliste

-
Par , France Bleu Provence

Yvon Berland, tête de liste LREM pour les municipales à Marseille, a menacé Paul Molga, un journaliste des Échos basé à Marseille et qui a rédigé, lundi, un article critique sur la campagne du candidat macroniste. Ce dernier lui a publiquement présenté des excuses ce mardi.

 Yvon Berland, candidat soutenu par La République en Marche à Marseille.
Yvon Berland, candidat soutenu par La République en Marche à Marseille. © Radio France - Camille Payan

Marseille, France

Il a, comme on dit familièrement, pété les plombs. À Marseille, le candidat La République en Marche a menacé un journaliste. Yvon Berland n'a pas apprécié un article publié, lundi, sur le site Internet du journal Les Échos. Et il l'a fait savoir à son auteur d'une manière violente. 

Ce lundi, à peine l'article publié, Paul Molga reçoit ce texto

"Merci pour cet article. Tu me donnes une telle énergie que je vais te mettre la tête dans le cul." 

L'expéditeur, est donc Yvon Berland, qui donne rendez-vous au journaliste "le 15 et 22", jours des élections municipales en mars prochain. 

Mais le candidat LREM ne s'arrête pas là. Pendant plusieurs heures, sur son téléphone, sur Facebook et Twitter, Paul Molga dit être inondé de messages du même acabit

Jouer l'apaisement

Dans son article, le journaliste des Échos parle, notamment, d'un "problème de casting", rappelle que le candidat Berland n'est crédité que de 8% des voix et que ses affiches de campagne le vieillissent. 

Yvon Berland, lui, "regrette" de "ne pas avoir été interrogé directement" par le journaliste des Échos à qui il a présenté publiquement ses excuses ce mardi sur Twitter, c'est à dire 24 heures après les premières menaces. 

La première personne de La République en Marche à avoir présenté des excuses à Paul Molga est le patron du mouvement présidentiel, Stanislas Guérini

Choqué, le journaliste des Échos dit ne pas vouloir porter plainte et souhaite que le calme revienne d'ici le scrutin qui aura lieu le 15 et le 22 mars. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu