Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Marseille : le spectre d'un maire sans majorité absolue

-
Par , France Bleu Provence

À exactement quatre mois du premier tour des élections municipales de mars 2020, le cas de Marseille reste une grosse préoccupation dans plusieurs états majors politiques. Le nouveau maire pourrait ne pas avoir de majorité absolue au conseil municipal.

Le conseil municipal de Marseille dans l'hémicycle de la place Bargemon.
Le conseil municipal de Marseille dans l'hémicycle de la place Bargemon. © Maxppp -

Marseille, France

Une préoccupation en particulier du coté du parti présidentiel, La République en Marche, mais aussi dans les rangs de la formation du maire sortant à savoir les Républicains. Pour la REM, plusieurs candidats et aucune décision pour l'instant. Pour LR, deux candidats à l'investiture, très déterminés à ne rien lâcher.

La loi PLM (Paris, Lyon, Marseille)

Du coup avec en plus une élection qui se joue en fait dans huit secteurs, si rien ne bouge, le risque d'un conseil municipal dirigé par un maire sans majorité absolue se profile. Explication : le conseil municipal de Marseille compte 111 élus. Ils sont issus en fait de huit élections dans chacun des huit secteurs de la ville (loi PLM). 

Un électeur marseillais ne vote pas directement pour désigner le locataire de l'Hôtel de ville pour six ans, il vote pour une liste dans chaque secteur. En fonction du nombre d'habitants et du nombre de voix obtenues, chaque liste de chaque secteur envoie à la mairie centrale un certain nombre de conseillers municipaux, qui élisent le maire. 

Par exemple, si le désaccord entre Martine Vassal et Bruno Gilles persiste aujourd'hui après l'échec de la tentative de conciliation, il est possible que les deux prétendants se présentent : deux listes les Républicains dans chaque secteur, une officielle et une dissidente. Résultat, une division des voix et donc moins d'élus pour chacun qu'en cas de candidature unique LR. 

Dans les autres camps, le Rassemblement national peut remporter l'élection au moins  dans un voire deux secteurs, même situation pour la gauche. La surprise pourrait venir des écologistes ou encore de La République en Marche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu