Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Marseille : Michèle Rubirola et l'union de la gauche en tête du second tour

- Mis à jour le -
Par , , , , France Bleu Provence, France Bleu

La candidate du Printemps Marseillais (union de la gauche) Michèle Rubirola arrive en tête de ce second tour à Marseille ce dimanche soir avec 39,9% des voix, devant la candidate Les Républicains Martine Vassal (29,8%).

Michèle Rubirola et ses colistiers à l'annonce des premiers résultats
Michèle Rubirola et ses colistiers à l'annonce des premiers résultats © Maxppp - TOMASELLI Antoine

Marseille change de cap, après les 25 ans de règne de Jean-Claude Gaudin. La candidate de l'union de la gauche Michèle Rubirola (Printemps Marseillais) arrive en tête de ce second tour à Marseille avec 39,9% des voix. Martine Vassal, la candidate Les Républicains et dauphine du maire sortant Jean-Claude Gaudin, arrive en deuxième position avec 29,8% des voix. Viendrait ensuite Stéphane Ravier du Rassemblement National avec 19,8% des suffrages, puis le candidat dissident Les Républicains Bruno Gilles qui recueillerait 6,2% des voix,  Samia Ghali avec 2,7%, et enfin le candidat LREM Yvon Berland avec 1,6% des suffrages selon ce sondage Harris Interactive Epoka.

Des surprises dans certains secteurs

  • Dans les 1e et 7e arrondissements, la candidate du Printemps Marseillais Sophie Camard arrive en tête avec 58,01% des voix, soit 11 377 votants. Sabine Bernasconi (Les Républicains) laisse donc son fauteuil de maire, elle a réuni 31,17% des voix.
  • Dans les 2e et 3e arrondissements, c'est Benoit Payan qui l'emporte (Printemps Marseillais) avec 46,28% des voix, soit 4 452 votants.
  • Dans les 4e et 5e arrondissements, Bruno Gilles perd son siège de maire de secteur battu par Michèle Rubirola (Printemps Marseillais), tête de liste dans ce secteur, qui a réuni 56,99% des voix soit 12 540 votants. "Je ressens une profonde tristesse et une grande déception" a réagi le candidat dissident LR dans un communiqué. "J’ai échoué malgré un fol espoir que j’ai senti naître au fil des mois d’une campagne qui ne nous a pas permis de nous exprimer pleinement. Pas de débats, pas de meetings, une crise sanitaire, des soupçons de fraudes aux procurations, tout ça a amené à un certain dégoût de l’exercice démocratique dans la population. Hélas, je ne suis pas parvenu à renverser la tendance."
  • Dans les 6e et 8e arrondissements, Martine Vassal (LR) perd dans son propre secteur, où elle a réuni 39,16% des voix, doublée en quadrangulaire par la liste d'union de la gauche menée par Olivia Fortin. La candidate du Printemps Marseillais arrive donc en tête avec 41,78% des voix, soit 14 477 votants. Martine Vassal échoue donc dans un 4e secteur jugé imperdable par la droite, fief de Jean-Claude Gaudin qui l'a toujours remporté au premier tour.
  • Dans les 9e et 10e arrondissements, le candidat Les Républicains Lionel Royer-Perreaut conserve sa mairie avec 43,52%, soit 11 825 votants. 
  • Dans les 11e et 12e arrondissements, le maire sortant Les Républicains Julien Ravier conserve sa mairie avec 35,37% des voix, soit 9 818 votants.
  • Dans les 13e et 14e arrondissements, Stéphane Ravier (RN) perd son fief en arrivant en deuxième position. C'est la liste Les Républicains du général de gendarmerie David Galtier qui l'a emporté avec 50,97% des voix soit 1 080 votants, ce qui représente une avance de 387 voix sur l'ancien maire d'arrondissement Stéphane Ravier, qui avait cédé sa place à sa nièce Sandrine D'Angio en 2017, préférant conserver son siège de sénateur.
  • Dans les 15e et 16e arrondissements, Samia Ghali conserve sa mairie avec 38,16% des voix, soit 5 025 votants.

Les réactions

Michèle Rubirola s'est exprimée dans un communiqué : "Alors que nous concluons une campagne extraordinaire où un vent d’espoir a soufflé fortement le scrutin ne nous livre pas un verdict clair. Sans doute faut-il y voir les derniers signes de résistance d’un système que majoritairement les Marseillais ont rejeté. La victoire a été difficile, elle n’en est que plus belle, même si elle ne nous offre qu’une majorité relative en siège, fruit d’un système électoral par secteur qui est un contre sens démocratique. C’est une victoire relative pour nous, mais une défaite pour la droite. La droite n’est plus en mesure de gouverner cette ville."

"Une nouvelle génération va rentrer au conseil municipal pour incarner l’avenir, la relève, l’espoir de notre ville. Ensemble, dès demain, nous allons examiner les conditions dans lesquelles cette ville peut être administrée, sans renier nos valeurs et sans trahir le message d’espoir que nous incarnons. Nous verrons bien les directions que prennent nos concurrents, les alliances qu’ils sont prêts à nouer. Mais je suis convaincu que la formidable énergie qui a porté le Printemps Marseillais va nous permettre de trouver des solutions pour gouverner cette ville afin qu’elle soit plus juste, plus verte, plus démocratique. Nous déciderons collectivement, et dans le rassemblement comme toujours, des différents scénarios pour assurer la gestion et le redressement de notre ville."

Alors au QG de Michèle Rubirola (Printemps Marseillais), l'ambiance est à la fête ce soir :

"Ce soir, je n'ai pas perdu" - Martine Vassal

Martine Vassal a prononcé un discours en cette fin de soirée : "Ce soir, je n'ai pas perdu. Ce soir, il n'y a pas de majorité à Marseille" estime la tête de liste LR à Marseille. "Il y a une courte défaite dans mon secteur, dans un contexte national particulier avec une vague soi-disant verte qui a tout emporté"

"Ce ras-le-bol local s'est vu au niveau national" a déclaré Stéphane Ravier au micro de France Bleu Provence ce dimanche soir. "Cette ville de Marseille bascule à gauche, voir à l'extrême gauche, dans plus d'incompétence... Une équipe totalement inexpérimentée". 

Stéphane Ravier, candidat Rassemblement National à Marseille, arrive en troisième position de ce second tour.
Stéphane Ravier, candidat Rassemblement National à Marseille, arrive en troisième position de ce second tour. © Radio France - Bruno Blanzat

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin s'est exprimé en fin de soirée ce dimanche à travers un communiqué : "Ce second tour de scrutin a confirmé la nette poussée à gauche ressentie déjà, à Marseille comme dans toute la France, au mois de mars. Mais il n’a pas permis de dégager de véritable majorité pour désigner clairement mon successeur à la tête de notre ville. Car face à cette avancée d’une gauche qui a enlevé quatre secteurs et qui dispose de 42 élus, les listes dirigées par Martine Vassal ont résisté mieux que l’annonçaient les sondages (...) Rien n’est toutefois encore joué pour la désignation du futur maire de Marseille par le Conseil municipal à la fin de la semaine prochaine. Beaucoup dépendra du choix que feront les onze élus des listes minoritaires d’hier entre la poursuite du développement de la ville et le repliement vers les errements du passé et le déclin. »

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu