Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Marseille : le président de la région PACA Renaud Muselier soutient Martine Vassal

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Cette fois c'est clair : Renaud Muselier, le président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a annoncé ce mercredi matin sur France Bleu Provence qu'il soutenait Martine Vassal (LR) pour les élections municipales à Marseille.

Martine Vassal et Renaud Muselier à la cérémonie des vœux au monde économique à Marseille le 20 janvier 2019.
Martine Vassal et Renaud Muselier à la cérémonie des vœux au monde économique à Marseille le 20 janvier 2019. © Maxppp - Frédéric Speich

Jusqu'à ce mercredi matin, sa position n'était pas claire, ou du moins pas connue à propos des municipales à Marseille. Qui le président de région Les Républicains, ami de Bruno Gilles, soutiendra-t-il alors que Martine Vassal a été choisie par le parti ?

"Je suis un républicain, je soutiens Les Républicains, ma famille politique, donc je soutiens Martine Vassal. C'est très clair, c'est très simple. Il n'y a aucune trahison, aucune ambiguïté."

Une déclaration qui peut surprendre quand on sait que Renaud Muselier est très proche de Bruno Gilles, le candidat dissident de la droite à Marseille. Mais Renaud Muselier veut le rassurer : "Bruno Gilles est mon ami depuis toujours".

Et même s'il reste fidèle à sa famille politique, Renaud Muselier précise qu'il est aussi conscient de la situation à Marseille aujourd'hui.  

"Je ne veux pas qu'il y ait un déni sur le bilan de la mandature sortante parce que nous avons une situation difficile."

"Pour faire un bon traitement il faut faire un bon diagnostic et le diagnostic se doit d'être implacable et simplement objectif de façon à ce qu'on puisse projeter Marseille dans l'avenir", a t-il précisé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu