Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Municipales : à Mérignac, trois listes finalement pour le second tour où l'écologie centralise l'attention

-
Par , France Bleu Gironde
Mérignac, France

A Mérignac, le second tour des municipales se jouera finalement à trois listes. L'adjointe et ancienne tête de liste EELV Sylvie Cassou-Schotte a rejoint la liste divers gauches du maire sortant Alain Anziani. Avec la crise sanitaire, l'écologie retient encore plus l'attention des trois candidats.

de g. à d. : Sylvie Cassou-Schotte et Alain Anziani (DVG), Thierry Millet (DVD), Bruno Sorin (LREM).
de g. à d. : Sylvie Cassou-Schotte et Alain Anziani (DVG), Thierry Millet (DVD), Bruno Sorin (LREM). © Radio France - Solène de Larquier

C'est peut-être l'ironie du second tour à Mérignac : tous les candidats revendiquent le programme le plus écologique mais la seule liste portant le label EELV (Europe Ecologie les Verts) se retire. Sylvie Cassou-Schotte a décidé de rejoindre la liste divers gauches d'Alain Anziani, maire sortant dont elle a été adjointe durant son mandant. Tout ça pour ça serait-on tenté de se dire, mais l'ancienne tête de liste écolo défend son choix : "Faire cavalier seul a montré que les Verts étaient la deuxième force de Mérignac. C'était aussi l'occasion pour nous (Les Verts, ndlr) de construire un programme dans son intégralité. L'objectif est d'augmenter la visibilité des Verts pour gagner de futures élections" affirme Sylvie Cassou-Schotte qui espère également voir Les Verts prendre une place plus importante à la Métropole dès cette élection. 

En attendant, rejoindre la liste du maire sortant lui permet de placer huit co-listiers (dont elle-même) et d'ajouter plusieurs propositions au programme d'Alain Anziani. Trois propositions supplémentaires sur l'écologie : "Notamment la démocratie participative qui est très importante pour nous avec un conseil citoyen qui va mesurer sur le temps long toutes les actions de la municipalité, comment ce que nous produisons aujourd'hui peut impacter sur demain" explique Sylvie Cassou-Schotte en citant également une future maison des familles pour créer un point repère pour les parents ou encore la question de la santé environnementale. 

La navette Mérignac-Orly, point de désaccord entre Alain Anziani et les Verts

Mais en se rangeant derrière le maire sortant, les Verts font évidemment des concessions. En premier lieu dans le domaine de l'aéronautique. Alain Anziani s'est mobilisé pour maintenir la navette aérienne Mérignac-Orly que l'Etat demande à Air France de supprimer : "Je ne suis pas favorable à la navette parce que j'aime les avions, précise le candidat-maire, mais parce que c'est un outil de travail pour de nombreux salariés de Dassault, Thalès et d'autres entreprises qui doivent se rendre au sud de l’Île-de-France. Après je ne demande pas non plus un maintien à 100%." Sur cette question, les Verts estiment que la navette appartient au passé "mais il ne s'agit pas là d'une compétence municipale" avancent ensemble Sylvie Cassou-Schotte et Alain Anziani. "Nous actons le fait d'avoir des visions différentes mais cela nourrit le débat" poursuit l'adjointe. Tous deux estiment par ailleurs qu'il est possible de réduire l'impact écologique de l'aérien avec le développement des aviosn à hydrogène ou en végétalisant l'aéroport par exemple.

Alain Anziani reste par ailleurs un fervent allié du secteur de l'aéronautique : "Ce sont 30 000 salariés. Il faut sauver l'emploi dans ce secteur durement touché par la crise. Il y a un fond de 15 millions d'euros créé par la Métropole our venir en aide aux entreprises et qui n'a pas été totalement utilisé, pourquoi pas engager une partie de ce fond pour l'aéronautique" avance-t-il. Sylvie Cassou-Schotte aimerait conditionner cette aide à des engagements écologiques, "on va d'abord écouter les entreprises" tranche l'actuel maire.

L'écologie, un point encore plus central avec la crise sanitaire 

Parmi les nouveaux points de l'alliance entre Alain Anziani et Sylvie Cassou-Schotte, une place plus importante promise à la santé environnementale. Notamment sur la question de l'alimentation avec une ferme municipale pour fournir les cantines scolaires.  Sauf qu'en face, les deux autres listes présentes au second tour dénoncent au contraire le bilan écologique de l'actuelle majorité au sein de laquelle Les Verts étaient présents, montrant "une bétonisation à tout va" ou encore le développement jugé trop partiel des pistes cyclables et des espaces dédiés aux piétons. 

Thierry Millet, candidat divers droite, estime que son programme va plus loin sur la question environnementale : "Nous refusons l'empilement urbain, un R+1 avec attique me semble largement suffisant. Ensuite, la végétalisation de la ville ne doit pas être cosmétique. Nous souhaitons limiter à 50% la partie d'un terrain occupée par une nouvelle construction afin de ne pas saturer les sols." poursuit le candidat divers droite qui voudrait également installer des corridors végétaux pour faire revenir les espèces prédatrices naturelles des moustiques. "A côté de ça, vous pouvez aussi ajouter la nécessité de ranger la voiture à un endroit, ne serait-ce que pour avoir la liberté d'emprunter ensuite les transports en commun" explique Thierry Millet avant d'ajouter : "Il ne faut d'ailleurs pas pointer du doigt la voiture car aujourd'hui les gens ont peur de prendre les transports en commun [en raison du coronavirus], enfin disons à plus juste titre qu'ils se montrent prudents."

Un plan de bataille pour l'emploi

De son côté, Bruno Sorin, candidat de La République en Marche, voudrait créer un poste d'élu au développement durable qui soit transversal, "une personne capable de coordonner toutes nos actions" pour que les élus en charge des différentes compétences municipale mènent des actions cohérentes en termes environnementaux. Il insiste également sur l'emploi et promet "un plan de bataille contre le chômage." Même s'il ne s'agit pas là d'une compétence directe de la ville, le chômage inquiète les différents candidats et incarne un autre focus essentiel de l'après-covid. "Nous allons mettre en place un guichet qui va faire le lien entre toutes les entreprises Mérignacaises et les chômeurs Mérignacais" promet Bruno Sorin. 

Le candidat LREM veut aussi se montrer force de persuasion pour que des Mérignacais soient embauchés sur les chantiers de la ville et mettre en place l'expérimentation zéro chômeurs longue durée "pour embaucher en CDI tous les chômeurs longue durée et les aider à se réinsérer." Il ajoute également une forte subvention à l'attention des associations : "On l'oublie souvent mais les associations sont recruteuses et nous allons renforcer les subventions pour les encourager à embaucher de jeunes Mérignacais." 

Sylvie Cassou-Schotte se dit de son côté très attentive à l'insertion. "La ferme municipale que nous allons construire pourra d'ailleurs être un très bon outil d'insertion" explique-t-elle. L'actuelle adjointe déléguée à l'action sociale et solidaire voudrait également renforcer l'action municipale à visée des jeunes "qui vont être les plus touchés." Bruno Sorin avance qu'avoir été chef d'entreprise permettra de mieux les comprendre et les accompagner. Même discours du côté de Thierry Millet. Les deux hommes devaient d'ailleurs s'allier après le premier tour (la liste arrivée dernière devant se retirer) mais se maintiennent finalement tous les deux.

Pour rappel, les trois listes encore en lice pour le second tour à Mérignac sont :

  • "Ensemble, nous sommes Mérignac" menée par Alain Anziani (divers gauches), rallié par Sylvie Cassou-Schotte (EELV)
  • "Ensemble Pour Une Ville Durable" menée par Thierry Millet (divers droites)
  • "Renouveau Mérignac" avec Bruno Sorin (LREM)
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu