Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Messigny-et-Vantoux : que veulent les habitants en pleine crise du Covid-19 ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

A Messigny-et-Vantoux (Côte-d'Or), que désirent les habitants ? Trois listes sans étiquette sont en lice pour le second des municipales. Le sortant Vincent Leprêtre pour "Bien Vivre à Messigny", Françoise Gay tête de liste de "Notre Village avant tout" et Pierre Mas, de "Pour un autre avenir".

On trouve une boucherie, une boulangerie, un bar-tabac, une pharmacie, une esthéticienne et un salon de coiffure à Messigny-et-Ventoux
On trouve une boucherie, une boulangerie, un bar-tabac, une pharmacie, une esthéticienne et un salon de coiffure à Messigny-et-Ventoux © Radio France - Sophie Allemand

A Messigny-et-Vantoux, commune à vingt minutes en voiture au nord de Dijon en Côte-d'Or, les 1700 habitants sont appelés à voter ce 28 juin 2020 pour élire leur maire au second tour des municipales. Alors que la crise du Covid-19 n'est toujours pas terminée, qu'attendent les habitants de leur futur maire ?

Garder l'esprit "village", ou au contraire, urbaniser ?

Gros dilemme : certains habitants veulent garder l'esprit "village", d'autres espèrent que la commune s'agrandisse. Un plan local d'urbanisme touche actuellement à sa fin.

Laurent vit à côté du joli lavoir tout rénové. Ce photographe de 42 ans affirme qu'il fait bon vivre à Messigny : "sur la place du village on a un petit marché qui vient tous les samedis matins, avec des fruits et légumes, une rôtisserie. C'est vraiment positif, on s'y sent bien, on est en sécurité. La taille actuelle me convient parfaitement." A côté, sa fille Zoé, neuf ans est du même avis. Elle va à l'école à trois minutes à pieds, et préfère vivre ici que dans une ville comme Dijon : "c'est plus calme, il y a moins de voitures qui circulent. J'ai pleins de copains, les maîtresses sont gentilles!"

Le lavoir de Messigny-et-Ventoux, rénové
Le lavoir de Messigny-et-Ventoux, rénové © Radio France - Sophie Allemand

L'envie de consommer local

Un couple dans une maison de l'autre côté de Messigny, personnifie cette hésitation. Geneviève, elle, ne veut pas que cela bouge : "c'est un très bon petit village, on a tout ce qu'il nous faut : médecins, infirmières. Moi je préfère quand il y a peu d'habitants, mais vous savez on est vieux." Son mari Albert, né ici, au contraire craint que sa commune ne devienne un village dortoir : "il faut avancer, moi je voudrais que Messigny fasse 3.000 habitants. Il faut que cela grandisse ! Il y aurait peut-être un peu plus de boulot pour que les gens ne partent pas travailler ailleurs. Et puis au moins une petite supérette, que l'on n'ait pas à descendre à Dijon pour faire leurs courses."

  • Françoise Gay, 63 ans, participe au conseil municipale depuis deux mandatures, elle est arrivée avec 42.79% des voix au premier tour avec sa liste "Notre Village avant tout". Selon elle, la crise du Covid-19 a mis en lumière de nouvelles exigences : "en terme de consommation, à Messigny ce serait bien que le marché se développe un peu plus pour que l'on n'ait pas à courir à droite à gauche."

"Un ou une maire plus proche de ses commerces"

Il y a de nombreux commerces au sein de Messigny : une pharmacie, une boucherie, une boulangerie, un tabac, ainsi qu'un salon de coiffure au coeur du village. Elena, le gère depuis quatre ans, elle veut surtout des élus plus présents : "avec le confinement on a eu aucune nouvelle : le maire ne nous a pas demandé si l'on avait besoin d'un coup de pouce pour la réouverture, de barrières ou quoi que ce soit. Si le prochain maire ou la maire pouvait être un peu plus proche des commerces, nous demander un peu notre avis."

Elena, gérante du salon de coiffure de Messigny-et-Ventoux depuis quatre ans
Elena, gérante du salon de coiffure de Messigny-et-Ventoux depuis quatre ans © Radio France - Sophie Allemand
  • Pierre Mas, 52 ans, habitant depuis 2002, ancien conseiller municipal démissionnaire est arrivé avec 14 % des voix au premier tour avec sa liste "Pour un autre avenir". Selon lui, après le Covid, il faut d'autant se montrer présent en tant qu'élu : "on veut une autre gestion, une transparence, une  proximité avec les citoyens. Les élus sont au service de la population, cela sous-entend un volet de sécurisation des habitants. Notre avenir, c'est de garder notre esprit de village en le bonifiant."

Sécurité routière et transports en commun

A chaque commune ses serpents de mer. A Messigny, il y a notamment la question de la circulation au sein du village, à cause de la route départementale et ses 7.000 véhicules qui passent chaque jour à vive allure. "Il y a beaucoup de passage et une vitesse excessive, personne ne respecte la limitation à 30 km/h. Cela fait peur quand les petits veulent aller à l'école tous seuls. Je sais que Messigny ne peut pas faire grand chose, mais il faut mettre des choses en place pour stopper la vitesse des automobilistes," explique Eugénie, habitante.

Eugénie comme beaucoup d'autres aimerait que Messigny soit mieux desservi en transports en commun, sans entrer dans la métropole dijonnaise. Un projet sur lequel promettent de travailler les trois listes en présence. 

  • Vincent Leprêtre, 73 ans, agriculteur retraité est le maire sortant. Après un mandat, il se représente avec sa liste "Bien vivre à Messigny", arrivée avec 42.93 % des voix au premier tour. Il travaille déjà sur le sujet : "depuis le changement de loi au mois de décembre, les collectivités peuvent mettre en place des dessertes de transport publique, alors qu'avant c'était l'apanage de la région. Cela fait parti de mettre un programme : nous voulons mettre en place une navette croisée, c'est à dire dans les deux sens, qui desserve à la fois Messigny, Savigny et Anières. C'est plus que dans la réflexion."

Le résultat de l'élection municipale

Le coeur du village de Messigny, où passe la route départementale
Le coeur du village de Messigny, où passe la route départementale © Radio France - Sophie Allemand
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu