Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Meylan : duel entre Philippe Cardin, arrivé en tête le 15 mars, et Joëlle Hours

-
Par , France Bleu Isère

Le 15 mars, il a manqué 65 voix à Philippe Cardin, AIMeylan, pour être élu au premier tour. Le maire sortant ayant été battu d'entrée et Jean Claude Peyrin ayant jeté l'éponge dans l'entre-deux-tours, l'élu de gauche se retrouve face à Joëlle Hours, Sincèrement Meylan, qui veut rassembler à droite.

La mairie de Meylan emploie 500 personnes, pour une commune de 18 000 habitants
La mairie de Meylan emploie 500 personnes, pour une commune de 18 000 habitants © Radio France - Véronique Pueyo

Philippe Cardin, 55 ans, chercheur et géo-physicien, ex-PS, tendance écolo, père de 6 enfants, a le sourire. Il est serein pour le 28 juin : " On est proche du but. On a fait 48,96% au premier tour. _Il nous a manqué 65 voix pour l'emporter_. Il y avait trois autres candidats, Jean-Philippe Blanc, le maire sortant qui a fait 7,39%, Jean-Claude Peyrin, conseiller municipal, qui a recueilli 14,34 % et Joëlle Hours, 29,31%. Avec ce score, les Meylanais ont montré nettement qu'ils faisaient le choix de notre équipe, de notre programme. Le 28 juin, on espère qu'ils vont confirmer ce choix !"

Ecoutez le reportage de France Bleu Isère sur le 2 ème tour des municipales à Meylan

Philippe Cardin a lancé une web radio pour garder le contact avec les Meylanais

Alors pour garder le contact, durant le confinement, Philippe Cardin a monté une web radio, chez lui. Tous les jeudis soirs, à 18H30, on peut dialoguer avec lui, en direct : " Pendant la crise sanitaire, on a fait de l'information locale et de la solidarité. A présent, c’est une radio de campagne. on a 100 auditeurs, en moyenne et 800 personnes qui écoutent en replay l'émission. Pour nous, c'est bien !"

Cette émission de web radio, c'est l'occasion pour Philippe Cardin, qui est candidat pour la troisième fois et qui n'a donc jamais été si près du but, de rappeler les grands axes de son projet : "Solidarité en vers les plus fragiles. On a vu, durant la crise du Covid, combien la commune était un rempart pour ces personnes. Le coronavirus a aussi montré qu'on avait besoin de vivre dans un environnement acceptable. Et puis, si je suis élu maire, je développerai la démocratie au niveau local."

Affiches électorales, dans le Haut-Meylan
Affiches électorales, dans le Haut-Meylan © Radio France - Véronique Pueyo

La droite meylanaise divisée permettra-t-elle l'élection de Philippe Cardin ?

A ce propos, Philippe Cardin regrette qu'à cause de la division à droite, qui, souligne-t-il, aura duré tout le mandat et jusqu'au 2e tour, les Républicains soient absents du futur conseil municipal : " A Meylan, après un mandat qui a été Dallas et où on a connu 3 maires en 6 ans, il faut de l'apaisement. _Je veux apaiser, y compris dans le camp adverse_. Je proposerai donc au colistiers de messieurs Blanc et Peyrin de participer aux instances de concertation, que je mettrai en place. L'entre-soi en politique est néfaste. Il faut entendre ce que les autres ont à dire car les projets partagés sont les seuls qui aboutiront."

Joëlle Hours veut apaiser Meylan et rassembler

Un tel discours fait réagir Joëlle Hours, sa seule adversaire du second tour,  puisque Jean-Claude Peyrin, élu LR à Meylan depuis 2001, et qui aurait pu se maintenir, a jeté l'éponge sans donner de consigne de vote.  "Un tel discours, c'est de la démagogie, à deux semaines du deuxième tour. Moi aussi, je veux apaiser Meylan. Par définition, de toutes façons, n'importe quel citoyen peut participer aux commissions extra-municipales. D'ailleurs, à ce sujet, si je suis élue, on mettra en place, avant chaque conseil, une heure citoyenne, pour que les habitants discutent avec les élus et s'expriment."

Joëlle Hours, élue pour la premier fois en 2014 sur la liste de Marie-Christine Tardy, s'est désolidarisée de la majorité, pour redevenir simple conseillère municipale d'opposition. Soutenue par LREM, cette professeur d'économie veut faire de la politique autrement, avec un programme écologique, innovant et humaniste : "C’est notre ADN. Les Meylanais veulent qu'on écrive _une nouvelle page pour faire de Meylan une ville durable_, épargnée par la densification urbaine voulue par Philippe Cardin, qui représente pour nous une gauche dogmatique qui mènerait, si elle était élue, le 28, une politique aux conséquences désastreuses en terme d'attractivité, d'économie et de sécurité."

Joëlle Hours a choisi d'aller à la rencontre des Meylanais avec son triporteur, baptisé Meylanie
Joëlle Hours a choisi d'aller à la rencontre des Meylanais avec son triporteur, baptisé Meylanie -

Jean-Claude Peyrin a choisi de se retirer sans faire alliance avec la liste de Joëlle Hours

Pour faire campagne, en respectant les gestes barrières, Joëlle Hours sillonne Meylan avec son triporteur, un local de campagne ambulant, en quelque sorte. "Je salue la décision de Jean-Claude Peyrin de ne pas se maintenir." explique-t-elle. "Je lui ai proposé de prendre sur ma liste certains de ses colistiers qui n'avaient pas fait partie de l'équipe sortante. Mais il voulait, lui, être présent sur ma liste. J'ai refusé et nous en sommes restés là. Je le regrette. Il ne donne pas de consigne de vote. Mais personne n'est propriétaire de ses voix. Sur le terrain, je sens que cet électorat veut qu'on se mobilise pour maintenir Meylan, ville nature."

Joëlle Hours estime être la seule capable de rassembler les 51 % d'électeurs qui n'ont pas voté pour Philippe Cardin. "J'espère que les Meylanaises et les Meylanais vont me faire confiance le 28 juin !"

Il reste maintenant deux semaines aux deux candidats pour convaincre et mobiliser les électeurs. Le 15 mars dernier, par crainte du Covid-19, le taux de participation était de 46,75 % alors qu'il avait été de 67 % en 2014.

Les résultats de l'élection municipale à Meylan

Choix de la station

À venir dansDanssecondess