Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Montpellier : "Au Saurelistan, aucune place pour ceux qui ne pensent pas comme le maire"

-
Par , France Bleu Hérault

Les partis d'opposition, formations de gauche en tête, dénoncent le refus de la Ville de Montpellier de leur louer des salles municipales, empêchant ainsi la tenue de réunions politiques en vue des élections municipales de mars 2020.

Le maire de Montpellier Philippe Saurel le soir de sa victoire au second tour des élections en 2014
Le maire de Montpellier Philippe Saurel le soir de sa victoire au second tour des élections en 2014 © Maxppp -

Montpellier, France

La ville de Montpellier chercherait-elle à empêcher les réunions à quelques mois des élections municipales ? Le parti communiste dénonce le refus systématique de la mairie de louer ses salles aux formations politiques.

Refus pour tout parti ou mouvement politique

La demande du PC a été adressée le 10 octobre à la Ville pour une réunion publique consacrée au logement le 31 janvier prochain, en présence du porte parole national Ian Brossat. Location refusée en ces termes : "Devant le nombre exponentiel de demandes de réunions politiques émanant de partis et mouvements politiques de tout bord , la priorité a été donnée aux actions et manifestations liées aux actions associatives, municipales entrant dans les champs des compétences de la Ville."

"Une entrave au débat démocratique", selon Clara Gimenez, membre du parti à Montpellier. "Personne ne pourra débattre dans de bonnes conditions". Elle demande à la Ville de revenir sur sa position ou se réserve le droit d'engager des poursuites pour rétablir l'accès aux salles municipales.

Une volonté d'entrave

Même indignation chez EELV qui organise un congrès le 16 novembre à Montpellier. Demande refusée là encore malgré l'insistance de Manu Raynaud, candidat sur la liste écologiste. "J'ai relancé personnellement le maire et son cabinet. Je n'ai eu aucune réponse. Il y a une véritable volonté d'empêcher les partis politiques de s'exprimer dans des locaux municipaux, c'est à dire les locaux de tous." 

"Une volonté réeelle d'empêcher les partis politiques de s'exprimer" Manu Raynaud EELV

"Il est impossible de s'organiser avec autant d'incertitude;"

D'autres se sont résignés à trouver des alternatives. Le collectif citoyen #NousSommes se réunit en plein air ou dans les cafés, notamment depuis une énième déconvenue l'an dernier. 

"On nous avait accordé une Maison pour Tous à titre gratuit, convention signée, et on a appris a posteriori qu'il fallait payer, explique Cathy Aberdam, porte parole. On ne fait plus les démarches : trop lourdes, trop compliquées, trop souvent sujettes à un refus qui arrive en plus à la dernière minute. Il est impossible de s'organiser avec autant d'incertitude." 

"Au "Saurelistan", il n'y a aucune place pour les gens qui ne pensent pas comme le maire."

En réalité, ce problème ne date pas d'hier. "Depuis mon élection en 2012, jamais la mairie ne m'a accordé une salle, s'indigne le député LREM Patrick Vignal. Nous sommes dans un régime que j'appelle le "Saurelistan". C'est la Corée du Nord. C'est à dire qu'il n'y a aucune place pour les gens qui ne pensent pas comme le maire. Pour toutes mes réunions, les autres communes m'ont prêté des salles. La ville de Montpellier jamais. Donc on ne va pas mendier." Pour être exact, il signale quand même une réponse positive en sept ans.

"Le Saurelistan", selon le député LREM Patrick Vignal

Une disposition votée en début de mandat

La mairie met en avant une disposition votée en tout début de mandat. "En 2014, on a voté un décret interdisant toute réunion à caractère politique ou cultuel, plaide Gérard Castre, adjoint au maire en charge de la démocratie. En revanche, quand on sera en période électorale, tous les partis bénéficieront d'une salle gratuitement. Tout le monde sera sur un pied d'égalité."

"Un texte voté en 2014 au début du mandat". Gérard Castre , adjoint au maire, s'explique

Les refus récents au Parti Communiste et à EELV. Explications (avec Clara Gimenez et M. Raynaud)

Le problème a commencé bien avant l'approche des échéances électorales. En témoignent NousSommes et P. Vignal

Choix de la station

France Bleu