Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Montpellier : les Verts déchirés par la primaire

-
Par , France Bleu Hérault

Quelques jours après l'annonce d'une primaire pour désigner le ou la candidate qui portera la liste Europe Écologie-Les Verts aux élections municipales de 2020 à Montpellier, un militant écologiste propose de mettre en place une contre-primaire, qui ne serait pas réservée aux membres du parti.

Un militant vert montpelliérain propose l'organisation d'une seconde primaire écologiste, qui comprendrait des personnes non-membres d'EELV
Un militant vert montpelliérain propose l'organisation d'une seconde primaire écologiste, qui comprendrait des personnes non-membres d'EELV © Maxppp - Thibaud Moritz

Montpellier, France

La guerre des écologistes est déclarée à Montpellier. Il y a quelques jours, Europe Écologie-Les Verts (EELV) annonçait la tenue d'une élection primaire ouverte à Montpellier pour la désignation de la tête de liste. Deux candidatures s'étaient fait connaître : l'ancien député Jean-Louis Roumégas et un binôme composé de Clothilde Ollier, future ex-maire de Murles, et Manu Raynaud, porte parole du parti.

Mais Thierry Teulade, figure locale et militant vert de la commune, non-encarté au parti, propose de lancer une autre primaire pour la désignation du candidat qui portera la voix écologiste à Montpellier.

Une primaire fermée ?

Il dénonce la primaire organisée par Europe Écologie-Les Verts qui doit se tenir le 12 octobre, et qui ne voit s'opposer que des candidats membres du parti. "C'est une primaire prétendument ouverte, accuse-t-il. Je ne suis pas certain que les non-adhérents à EELV puissent être candidats. Comme si l'écologie se résumait à EELV".

Les modalités de candidatures annoncées sur le site de la primaire n'indiquent cependant aucune obligation d'être membre du parti. "Cette accusation est fausse, récuse Manu Raynaud, le porte-parole d'EELV à Montpellier. Ce qu'on essaie avec cette primaire, c'est de proposer une manière à la fois originale et unique de faire un pré-choix parmi celles et ceux qui sont candidats."

"Quand on veut inciter des candidatures externes au parti, on le met en avant, répond Thierry Teulade. Il y a une volonté déterminée de ne pas ouvrir cette primaire en dehors d'EELV. Ils auraient pu faire passer un appel à candidature dans la presse, sur les réseaux sociaux. Ça n'a jamais été fait. Ils veulent verrouiller ce vote pour se poser comme les seuls représentants de l'écologie à Montpellier. Mais ils ne sont pas les seuls."

Des modalités de vote contestées

Thierry Teulade dénonce également le mode de scrutin choisi par EELV pour sa primaire, exclusivement en ligne. "Voter en ligne, ça demande de donner des informations personnelles, et on ne peut pas garantir la régularité du scrutin", explique-t-il. Il propose un vote à bulletin secret, dans un isoloir, "un vote vraiment ouvert à tous, à la fois candidats et électeurs", défend-il. 

Pour participer, les votants doivent tout de même remplir deux critères : être inscrits sur les listes électorales, et signer une charte de l'écologie citoyenne

Le scrutin doit avoir lieu le samedi 16 novembre toute la journée. Thierry Teulade a déjà annoncé se porter candidat à sa propre contre-primaire. Jean-Louis Roumégas et le binôme Clothilde Ollier-Manu Raynaud y seront inscrits d'office. 

Choix de la station

France Bleu