Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Nancy : le maire de Tomblaine Hervé Féron tire à boulets rouges sur le socialiste Mathieu Klein

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le maire de Tomblaine Hervé Féron égratigne Mathieu Klein, candidat déclaré à l'élection municipale à Nancy en mars prochain. Il parle de fonctionnement clanique du candidat socialiste et affirme qu' "une autre alternative est nécessaire pour Nancy".

Hervé Féron, le maire de Tomblaine , le 26 novembre 2019
Hervé Féron, le maire de Tomblaine , le 26 novembre 2019 © Radio France - Cédric Lieto

Tomblaine, France

Le divorce semble bel et bien consommé entre le socialiste Mathieu Klein, candidat aux municipales à Nancy en mars prochain et Hervé Féron, maire de Tomblaine. En 2014, le premier désirait gagner Nancy quand le second briguait la présidence de la communauté urbaine du Grand Nancy. Ils étaient apparus ensemble lors de la campagne. Le scénario ne devrait pas se répéter en 2020. Dans un billet publié sur son blog, Hervé Féron n'hésite pas à cibler Mathieu Klein.

"Une autre alternative"

Le maire de Tomblaine, ancien député socialiste, affirme qu'une "une autre alternative est nécessaire pour Nancy". Il y dénonce une opposition socialiste absente pendant six ans, des promesses impossibles à tenir car pas de la compétence du maire. Il reproche notamment à Mathieu Klein de ne pas s'être opposé au tramway et au projet Grand Nancy Thermal : 

"J'aurais aimé entendre le candidat à la mairie de Nancy dire comment on va pouvoir faire ici ou là machine arrière de façon à se désendetter. Ce n'est pas la peine de faire des belles promesses tant qu'on ne s'attaque pas à la dette."

Mathieu Klein a tout de même évoqué le lancement d'un audit financier pour savoir dans quel état se trouve la Métropole.

Klein - Hénart : "quasiment la même chose"

Sur le fond, il renvoie Mathieu Klein et l'actuel maire Laurent Hénart, dos à dos : 

"Il est souhaitable qu'il y ait d'autres candidatures à Nancy, de façon à ne pas laisser un choix terrible aux Nancéiens entre Mathieu Klein et Laurent Hénart parce que c'est quasiment la même chose. Il faut d'autres propositions. Peu importe qu'ils gagnent ou qu'ils ne gagnent pas. Ce qui est important, c'est qu'ils ne fassent pas allégeance à l'un ou à l'autre entre le premier et le second tour, de façon à continuer à exister et à faire vivre la Métropole autrement."

Le maire de Tomblaine est-il en train de penser au "troisième tour", à l'élection du président de la Métropole par les conseillers municipaux des 20 communes du Grand Nancy ? Il n'annonce pas qu'il est candidat, comme c'était le cas en 2014, même s'il s'y verrait bien : 

"Je continue à penser que je serais un bon président de la Métropole. J'ai une expérience, j'ai un savoir-faire, je crois l'avoir démontré. J'ai une idée très précise sur ce que devrait être la Métropole demain."

Contacté par France Bleu Lorraine, Mathieu Klein n'a pas souhaité faire de commentaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu