Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Nantes : Laurence Garnier (LR) promet un référendum sur un nouveau stade

-
Par , France Bleu Loire Océan

La candidate à la mairie de Nantes, Laurence Garnier, promet d'organiser un référendum local au sujet de l'avenir du stade de la Beaujoire, si elle remporte le scrutin en mars 2020. Mais pour l'heure les contours du vote restent flous.

La candidate (LR) à la mairie de Nantes, Laurence Garnier, promet, si elle est élue, d’organiser un référendum pour savoir si le stade de la Beaujoire doit être rénové ou une nouvelle enceinte créée.
La candidate (LR) à la mairie de Nantes, Laurence Garnier, promet, si elle est élue, d’organiser un référendum pour savoir si le stade de la Beaujoire doit être rénové ou une nouvelle enceinte créée. © Radio France - Louis de Bergevin

Nantes, France

A cinq mois des municipales, la tête de file de la droite à Nantes, Laurence Garnier, veut remettre la question d'un nouveau stade au centre des débats. "Soit on évite le sujet, soit on prend le sujet à bras-le-corps", lance celle qui est notamment vice-présidente de la région en charge du sport. Pour sa part, Laurence Garnier propose de mettre en place un référendum, si elle est élue, au cours duquel les Nantais pourront se positionner en faveur d'une nouvelle enceinte sportive ou d'une rénovation de la Beaujoire. Une ambition aux contours encore flous. 

Un référendum pas avant le deuxième semestre 2021

"Nantes a besoin d'un équipement sportif de niveau international", a plusieurs fois répété la cheffe de file de l'opposition à Nantes qui a égratigné au passage la gestion de ce dossier par l'équipe au pouvoir. "On a assisté à un triple fiasco : sportif, politique et démocratique. Cela montre l'incapacité de la maire sortante à piloter des grands projets." Johanna Rolland avait renoncé au YelloPark, un projet de nouveau stade 100% privé porté par Waldemar Kita, au mois de février, quelques jours après l’ouverture d’une enquête préliminaire du parquet national financier (PNF) concernant la situation fiscale du président du FC Nantes. 

Aujourd'hui, je n'ai pas tous les éléments pour me faire une idée parfaite du sujet.

A cinq mois du scrutin, Laurence Garnier fait donc le pari de remettre ce sujet sur la table tout en restant très vague. La candidate Les Républicains vaincue au second tour des municipales en 2014 explique qu'elle mettra en place "un comité de pilotage". Il sera composé de personnes favorables à un nouveau stade et d'autres à la réhabilitation de l'enceinte actuelle et dont le but sera de rédiger un document qui servira de socle à ce référendum. En revanche, elle ne sait pas encore si tous les habitants de la Métropole seront consultés ou seulement les Nantais. Laurence Garnier évoque le "courant 2021" pour organiser ce référendum "mais [elle] ne grave pas la date dans le marbre". Il faudra encore patienter au minimum deux à trois ans pour assister au début des travaux en raison des compétitions internationales programmées dans la cité des Ducs, parmi lesquelles la coupe du monde de rugby en 2023.

La cheffe de file de la droite à Nantes dit "concevoir difficilement un FC Nantes qui ne joue pas à Nantes" et ne veut pas d'un "projet avec zéro financement public" comme cela était initialement prévu avec le YelloPark. L'élue préfère opter pour un Partenariat Public Privé (PPP) si les électeurs se montrent favorables à la construction d'une nouvelle enceinte comme ce fut le cas à Lille ou encore Nice. Et à l'heure de se positionner, elle préfère botter en touche pour le moment. "Aujourd'hui ma conviction n'est pas faite, affirme-t-elle. Je n'ai pas tous les éléments pour me faire une idée parfaite du sujet." 

Choix de la station

France Bleu