Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Orléans : l'encombrante présence d'un ex-Debout la France sur la liste écologiste

-
Par , France Bleu Orléans

Les Jeunes Communistes accusent l'écologiste Jean-Philippe Grand de "recycler un élu d'extrême droite sur sa liste" aux municipales à Orléans. Visé : Stéphane Cornée, actuel adjoint à la sécurité à Gien, encarté Debout la France en 2014. "Ça a duré 3 mois" assure-t-il, "blessé par cette polémique".

"Je suis un humaniste, je n'ai jamais été d'extrême droite" se défend Stéphane Cornée
"Je suis un humaniste, je n'ai jamais été d'extrême droite" se défend Stéphane Cornée © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

C'est une polémique dont certains se seraient bien passés à gauche. Les Jeunes communistes accusent l'écologiste Jean-Philippe Grand de "recycler un élu d'extrême-droite sur sa liste". Allusion à la présence de Stéphane Cornée à la 27ème place de la liste OSE, Orléans Solidaire et écologique. Agé de 51 ans, ancien gendarme, actuel adjoint au maire LR de Gien en charge de la sécurité, Stéphane Cornée avait brièvement adhéré en 2014 à Debout la France, le mouvement de Nicolas Dupont-Aignan (à l'époque Debout la République).

Schahin Karagoz, coordinateur départemental des Jeunes Communistes, et qui sera en position éligible sur la liste PS/PC menée par Baptiste Chapuis à Orléans, ne décolère pas : "Avoir quelqu'un qui a été actif pour ce mouvement-là, Debout la France, que nous considérons comme d'extrême droite, et dont les idées sont très proches du Rassemblement national, nous paraît incompatible avec une liste soutenue par des mouvements de gauche. Quand on est de gauche, on a certaines valeurs, on a des lignes rouges qu'on ne franchit pas."

De Debout la France à OSE en passant par LREM

D'un point de vu formel, le conseil d'Etat a récemment refusé l'étiquette "extrême-droite" pour qualifier Debout la France, au profit de la seule mention "droite" - c'est ce qui a été retenu dans la dernière mouture de la circulaire du ministère de l'Intérieur pour les municipales.

D'un point de vue personnel, Stéphane Cornée se sent "particulièrement blessé par cette polémique. Je n'ai jamais été d'extrême droite, je suis un humaniste." Et de s'expliquer sur son parcours politique : "En 2014, lors des municipales de Gien, des colistiers m'avaient proposé de rejoindre le mouvement de Dupont-Aignan, en me le présentant comme un mouvement de droite sociale. Je ne suis resté que 3 mois, entre mars et mai 2014, car ce n'était pas du tout adapté à ma vision de la politique sociale et parce que le côté nationaliste ne me convenait pas du tout."

En 2017 Stéphane Cornée s'est ensuite engagé à la République en Marche, mais il se dit "déçu par Emmanuel Macron", et "de plus en plus préoccupé par l'urgence écologique". D'où sa rencontre avec Jean-Philippe Grand, à qui Stéphane Cornée veut offrir son expertise en matière de sécurité : "A Gien, j'ai œuvré pour mettre en place une police municipale de proximité du quotidien, qui se base sur le contact, y compris à pied, à VTT et bientôt à cheval, et qui lutte non seulement contre la délinquance mais aussi contre l'insalubrité publique. Je souhaite transposer cela à Orléans, où on pourrait également créer une unité canine métropolitaine." Stéphane Cornée a emménagé à Orléans en mars 2019. 

Un futur casus belli en cas de fusion ?

Lors d'un séminaire de travail dimanche soir, la liste OSE a renouvelé son soutien à Stéphane Cornée. "Parce que l'urgence écologique et l'urgence sociale, la lutte contre les inégalités et les discriminations, s'imposent plus que jamais comme des nécessités absolues, d'autres femmes et hommes, aux parcours différents, après avoir fait l'expérience des impasses des partis conservateurs nous ont rejoints, partageant les mêmes valeurs" explique ainsi Jean-Philippe Grand.

"S'il y a des discussions entre les deux tours à gauche, et une fusion des listes, le maintien de Stéphane Cornée ne sera pas possible", préviennent déjà Schahin Karagoz et Dominique Tripet (conseillère municipale sortante, communiste, et numéro 2 sur la liste de Baptiste Chapuis).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu