Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Orléans : Nathalie Kerrien se retire mais laisse le choix de la fusion à ses colistiers

-
Par , France Bleu Orléans

La centriste Nathalie Kerrien annonce qu'elle arrête là l'aventure des municipales à Orléans, après avoir obtenu 6,5% des voix au premier tour. Mais elle laisse ses colistiers libres d'accepter ou non la proposition de fusion offerte par l'ancien maire LR Serge Grouard.

Nathalie Kerrien, pendant la campagne du premier tour des municipales à Orléans, en mars 2020
Nathalie Kerrien, pendant la campagne du premier tour des municipales à Orléans, en mars 2020 © Radio France - Antoine Denéchère

Pour elle, c'est fini : Nathalie Kerrien n'ira pas plus loin que le premier tour des élections municipales à Orléans. Sa liste "Nous, elle, Orléans" avait recueilli 6,5% des voix le 15 mars dernier. Insuffisant pour se maintenir, mais suffisant pour pouvoir fusionner...

Modeste avec mon score modeste"

"Je ne souhaite pas être candidate au second tour, annonce Nathalie Kerrien. Pour moi, l'aventure des municipales s'arrête là, ma décision est prise. Et c'est sans regret : je reste modeste avec mon score modeste, ce sont les Orléanais qui ont choisi de me mettre à ce niveau-là, donc j'estime que je peux me retirer."

Mais ce qui vaut pour elle ne vaut pas forcément pour ses colistiers, ajoute-t-elle : "Le sens de ma candidature, c'était aussi de pouvoir accompagner et mettre en avant des personnes qui ne sont pas issues du sérail politique et qui sont beaucoup plus jeunes pour moi. Donc, oui, je fais une différence entre mon cas personnel d'ancienne adjointe et ces personnes qui sont compétentes et qui ont très envie de s'engager."

Mes colistiers sont parfaitement libres"

Elle laisse donc le choix à ses colistiers d'accepter ou non de fusionner avec une autre liste : "L'esprit de notre équipe, pendant toute cette campagne, a été un esprit de liberté. C'est la raison pour laquelle aujourd'hui il y a une grande liberté pour mes colistiers : s'ils veulent, eux, continuer l'aventure, ils sont parfaitement libres de le faire. D'autant que je souhaiterais que des idées portées par notre équipe puissent avancer..."

Parmi ces idées : la place du vélo, le zéro plastique, les transports de nuit, et la priorité à la santé. Des thèmes compatibles, en fait, avec les autres listes qualifiées pour le second tour… Mais à gauche, la priorité de l'écologiste Jean-Philippe Grand est de fusionner avec la liste PS-PC de Baptiste Chapuis - les discussions sont en bonne voie, même si l'accord ne sera pas signé cette semaine comme initialement prévu : "Il s'agit surtout de réécrire le programme à la lumière de la crise sanitaire",explique Jean-Philippe Grand. L'élu EELV aurait bien accepté d'intégrer aussi l'équipe de Nathalie Kerrien mais celle-ci fait figure de repoussoir pour le PS et le PC qui lui reprochent son engagement dans la majorité de droite et du centre au conseil départemental du Loiret (elle est conseillère départementale depuis 2015).

Une partie des 54 co-listiers de Nathalie Kerrien, le 27 février 2020, à Orléans
Une partie des 54 co-listiers de Nathalie Kerrien, le 27 février 2020, à Orléans © Radio France - Antoine Denéchère

On voit mal aussi comment une réconciliation serait possible avec le camp d'Olivier Carré, alors que Nathalie Kerrien avait démissionné de son poste d'adjoint précisément pour marquer ses divergences avec le maire actuel. Reste une hypothèse : la fusion avec la liste de Serge Grouard. L’ancien maire LR l’a effectivement proposé – conscient qu'il n'avait que 772 voix d'avance sur la gauche au premier tour, dans un contexte de très forte abstention (64%), et que la liste Kerrien a pesé 1 446 voix. 

La politique de la chaise vide n'est pas souhaitable"

Les colistiers de Nathalie Kerrien réfléchissent et prendront leur décision sans doute avant ce week-end. Mais cela pourrait bien être oui : « Il y a une sorte d'unanimité parmi nous pour dire que la politique de la chaise vide n’est pas souhaitable » nous a confié l’un d’entre eux - même si les membres de l'équipe Kerrien sont davantage issus de la gauche ou du macronisme (Yann Chaillou, Benoît Lonceint, Elouan Sivilier) que de la droite (Laurent Lhomme).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess