Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Paris : les militants LREM veulent croire aux chances de Benjamin Griveaux

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Benjamin Griveaux tenait un meeting de campagne ce lundi soir, au théatre Bobino. Le candidat LREM aux municipales est aujourd'hui troisième selon les sondages, mais les militants lui restent fidèles.

Benjamin Griveaux, la tête de file LREM en meeting de campagne en vue des municipales à Paris ce 28 janvier. Le candidat du parti présidentiel est aujourd'hui troisième dans les sondages.
Benjamin Griveaux, la tête de file LREM en meeting de campagne en vue des municipales à Paris ce 28 janvier. Le candidat du parti présidentiel est aujourd'hui troisième dans les sondages. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Paris, France

A l'arrière du candidat, sur fond bleu, les quelques mots donnent la couleur : "Un nouveau souffle pour Paris". En plein meeting de campagne en vue des élections municipales de mars 2020, Benjamin Griveaux s'est montré entouré lundi soir, au théâtre Bobino à Paris. De nombreuses figures du parti présidentiel sont venues soutenir le candidat de la majorité, en difficulté dans les sondages : Marlène Schiappa (candidate dans le XIVème arrondissement) , Christophe Castaner, Mounir Mahjoubi... 

La candidature Griveaux s'enlise. L'ancien porte-parole du gouvernement ne décolle pas. Il est  troisième, à 16% des intentions de vote selon le dernier sondage en date pour le Figaro. Il est distancé par la socialiste Anne Hidalgo, à 23% et par Rachida Dati, à 20%. 

Dans la foule, ce lundi soir, les militants veulent y croire : "Victoire, victoire", lance l'un d'entre eux, au passage du candidat. Que ce soit sur scène, à travers les prises de paroles, ou dans le public rassemblé dans la salle du music-Hall, on fustige les sondages. 

"Je crois qu'il faut être prudent avec les sondages, il ne faut pas les ignorer, mais il est trop tôt pour faire un pronostic", souffle Jacques. Ce militant estime Paris prenable aux mains des socialistes. Il évoque les élections précédentes depuis la présidentielle, où En Marche a toujours réalisé de bons scores dans la capitale. 

Le cas Villani

Une épine reste figée dans le pied du parti : la candidature dissidente de Cédric Villani, qui devrait être exclu mercredi soir, par le bureau exécutif de La République en Marche. "La division nous coûte cher, et je souhaite qu'on puisse y mettre un terme, mais même le président a échoué jusqu'ici." 

Deux mois nous séparent des municipales. Jacques espère que cela sera "bénéfiques et que Griveaux pourra l'emporter." Cédric Villani, accroche selon le sondage du Figaro, 10% des voix, et plonge jusqu'à certains membres de LREM dans le doute

Comme Guilaine, une adhérente. "On se pose des questions, c'est normal : qui est le plus à même de diriger Paris. Pour cette dame, d'un certain âge, "bien sûr qu'il faut un accord."  

Beaucoup souhaitent le retour au bercail du candidat dissident 

Matthias, un autre militant, lui lance, lui aussi, un franc appel du pied. "Je ne comprends pas son entêtement à vouloir y aller, et à vouloir faire perdre son camp." Mais cet homme, croisé devant le Bobino, continue à croire aux chances de Benjamin Grivaux et à son projet. 

"La campagne ne fait que commencer, et pour l'instant, je n'ai rien entendu de la part des autres candidats pour Paris. Si ce n'est, c'est moi le meilleur, quel est le projet, qu'est-ce qu'ils proposent ?" Ce qu'il souhaite désormais, c'est une "confrontation projet sur projet, que tout le monde dévoile ce qu'il veut faire sur Paris." 

Les militants font une promesse : celle de continuer à battre le terrain, "ruelle par ruelle", "avenue par avenue", selon les mots du député de Paris Pierre-Yves Bournazel à la tribune, pour faire connaitre aux Parisiens les propositions de leur candidat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu